EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Senoussi   L’homme qui en sait trop
actuel n°134, vendredi 23 mars 2012
| More

L’arrestation de Abdallah Senoussi, boîte noire du régime de feu Khadafi, fait trembler beaucoup de monde. Ici comme en Europe.


 

Pourquoi tous les services de renseignement jouent-ils la course contre la montre afin d'empêcher que Abdallah Senoussi ne tombe entre les mains du Conseil national de transition libyen ? Ce n’est certainement pas pour des raisons humanitaires que l’ex-patron des services secrets de Kadhafi, arrêté vendredi à l'aéroport de Nouakchott en Mauritanie, intéresse tant les états majors politiques occidentaux.

La boîte noire du régime du dictateur libyen était aussi le principal interlocuteur des chefs d’Etats de plusieurs pays africains. Et son arrestation sent le soufre. Le voyageur a pris le vol régulier AT 771 de la RAM arrivé à Casablanca en provenance d’Orly, le jeudi 15 mars à 17h30, pour une courte escale, avant de repartir vers Nouakchott. Le lendemain de l’arrestation du haut dignitaire libyen, qui a été évacué vers un hôpital après un malaise cardiaque, trois policiers mauritaniens et le fils d'un haut fonctionnaire, accusés d’avoir facilité son arrivée à Nouakchott, ont été appréhendés dimanche par les forces de sécurité.

Senoussi, qui voyageait avec « un passeport malien falsifié », s'est même permis le luxe de prendre un café dans le bistrot de la zone de transit de l'aéroport Mohammed V de Casablanca. Le lendemain de son arrestation, le site mauritanien Alakhbar rapportait que les services français l'avaient « repéré » mais que les Marocains ayant refusé de procéder à son arrestation, il a fallu attendre qu’il atterrisse à Nouakchott. Nul doute qu'il disposait de protections au plus haut niveau en Europe qui lui ont permis d’échapper à différents mandats d’arrêt, dont celui de la Cour pénale internationale.

 

Scandales et dossiers secrets

L’ancien chef des services de renseignement libyens, et beau-frère de Kadhafi, était un habitué des grands de ce monde. Des dossiers, l’homme en possède sur bon nombre de chefs d’Etat étrangers, à commencer par Sarkozy. Il avait récemment incriminé le chef d’Etat français dans une affaire de financements occultes de la campagne pour les élections de 2007. De plus, les récentes enquêtes de Mediapart et du Canard Enchaîné tendent toutes à confirmer qu’Amesys, une entité du groupe français Bull, a vendu un dispositif d’écoute global, à l’échelle de la nation, au régime de Kadhafi. C’est Abdallah Senoussi, en sa qualité de chef du renseignement militaire libyen, qui accusait réception de chaque livrable, et remontait les demandes fonctionnelles ou faisait part des failles du service.

Avec Berlusconi, l’ex-barbouze en chef entretenait des relations plus que cordiales. En 2006, un gros scandale avait fait la manchette des journaux italiens : le prĂ©sident du Conseil avait autorisĂ© et couvert l’hospitalisation de Abdallah Senoussi dans un hĂ´pital de Rome. Ce dernier venait juste d’être condamnĂ© Ă  perpĂ©tuitĂ©, en 1 999, par contumace par la Cour d’assises spĂ©ciale de Paris pour avoir organisĂ© l’attentat contre l’avion DC 10 de la compagnie UTA en 1 989, qui avait causĂ© la mort de 170 passagers dont 54 Français et 9 Italiens. 

Le directeur du renseignement de la DGSE, qui était alors le contrôleur général André Le Mer, avait alerté sa hiérarchie. Mais cela n’a pas empêché Berlusconi de mettre un avion personnel à la disposition de Senoussi, opéré d’une tumeur, pour rentrer nuitamment à Tripoli.

L’homme était également l’interlocuteur privilégié des Américains et des Anglais. Selon The Independent, la Grande-Bretagne avait communiqué à l'époque, aux services secrets libyens, des informations sur des opposants de Kadhafi en exil.

Dans une lettre du 16 avril 2004, les services secrets britanniques informent Tripoli qu'un militant libyen vient d'être libéré en Grande-Bretagne. Le journal évoque plusieurs documents retrouvés en Libye sur la visite très médiatisée de l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair dans ce pays, en 2004. « C'est M. Blair qui a insisté pour être reçu par Kadhafi sous sa tente. Selon ces notes, les services secrets britanniques ont aussi aidé à rédiger le discours où Kadhafi annonçait qu'il renonçait aux armes de destruction massives », affirme cette publication.

 

Le Maroc dans tout cela ?

Avec le Royaume, les relations sont beaucoup plus ambiguës. Il est vrai qu’après la chute de Mouammar Kadhafi, tous les dignitaires proches du dictateur ont quitté Tripoli pour Casablanca. Certains en transit vers des capitales africaines plus sûres, d’autres dans l'espoir que les milliards détournés en Libye les aident à se refaire une virginité dans le Royaume.

Parmi les membres du premier cercle qui ont fait un passage par le Maroc, des sources proches des services de renseignement citent des personnalités comme le commandant Khouildi Hamidi, les enfants du chef de la garde rapprochée de Kadhafi, Azzedine Al Hanchiri ou encore Omrane Boukraâ Lwarfili, le véritable patron de la diplomatie arabe du dictateur libyen. Sauf que les dignitaires libyens n’ont pas trouvé l’accueil espéré dans le Royaume, en raison notamment de la brouille constante qui caractérisait les relations du colonel Kadhafi avec Hassan II.

Avec le roi Mohammed VI, la rupture est encore plus brutale. Bien avant les prĂ©mices de la chute du rĂ©gime libyen, le souverain aurait refusĂ©, Ă  plusieurs reprises, de prendre Mouammar Kadhafi au tĂ©lĂ©phone. Et dès que le pouvoir de celui-ci  avait commencĂ© Ă  vaciller, le Maroc a Ă©tĂ© le premier pays Ă  accueillir des figures de l’opposition libyenne.

Néanmoins, Abdallah Senoussi aurait des informations intéressantes à livrer sur les armes stockées dans le sous-sol de l’ambassade de Libye à Rabat – découvertes quelques semaines plus tôt – et sur les Marocains qui devaient user de cet arsenal.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter