EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Communales : Le casse-tĂŞte du calendrier
actuel n°141, vendredi 11 mai 2012
| More

Communales, régionales et seconde Chambre, les échéances électorales étroitement imbriquées sont un véritable casse-tête chinois pour le gouvernement. Pour l’instant, l’équipe Benkirane fait le dos rond.


Le secrétariat général du PJD a posé « un ultimatum » au chef du gouvernement « pour que les élections communales soient programmées au plus tard en septembre 2012 ». Dans sa correspondance, l’instance administrative du parti au pouvoir précise que la conjoncture impose d’organiser sans tarder les échéances électorales qui devaient avoir lieu au printemps 2012. A commencer par le renouvellement de la seconde Chambre, qui est étroitement lié aux communales puisque ce sont les grands électeurs qui procèdent à l’élection de ses membres. Si ses stratèges ont oublié de rentrer dans les détails, c’est que le parti de la lampe et les autres formations politiques partagent la responsabilité du retard pris dans l’annonce de la date des élections municipales. Certains analystes expliquent ce retard par la peur d'une victoire écrasante du PJD aux prochaines élections communales, mais, en réalité, la cacophonie qui règne actuellement au sein de l’équipe gouvernementale est largement suffisante pour montrer que le plus urgent pour la majorité, c’est de sortir du pétrin de la loi de Finances et d’éteindre les incendies sociaux qui se déclarent ici et là, attisés par la bombe des diplômés chômeurs, le casse-tête des charrettes à répétition dans un secteur économique en difficulté, et un ciel peu clément. Quand Benkirane est tancé sur la question des communales, il renvoie la balle dans le camp du ministère de l’Intérieur qui « doit trancher sur la date des communales ». Alors que Laensar explique qu’il attend le feu vert de son supérieur hiérarchique au gouvernement. Selon des sources au ministère de l’Intérieur, il se pourrait bien que les communales ne se tiennent pas en 2012 et qu’il faille attendre l’année prochaine en raison notamment des difficultés qu’a le gouvernement d’expédier les affaires courantes.

Par ailleurs, ces municipales devraient être précédées de la mise en place du vaste chantier de la régionalisation avancée. Seulement, il y un hic : il suffit que l’opposition se mette en tête de mettre des bâtons dans les roues de Benkirane pour que le gouvernement soit bloqué dans ses projets. « Un parti de l’opposition peut saisir le Conseil constitutionnel à tout moment pour constater l’anti-constitutionnalité du vote des lois par la seconde Chambre, laquelle est illégale puisqu’il s’agit-là de députés élus sous un autre mandat et dans le cadre d’une autre Constitution », explique le chercheur en droit constitutionnel Smouni Cherkaoui Khalid.

Sans oublier que les Ă©lections, c’est aussi une question de gros sous. La facture est particulièrement salĂ©e pour les candidats, mais les pouvoirs publics sont Ă©galement contraints de passer Ă  la caisse. En octobre 2009, le montant global de la participation de l'Etat au financement des campagnes Ă©lectorales menĂ©es par les partis politiques et les syndicats, Ă  l'occasion des Ă©lections lĂ©gislatives en vue du renouvellement du tiers des membres de la Chambre des conseillers, avait Ă©tĂ© fixĂ© Ă  50 millions de dirhams, dont 30 millions pour les partis politiques  et 20 millions pour les syndicats.

Cela dit, les intĂ©ressĂ©s n’ont cure de cette polĂ©mique sur la date des communales. Mis Ă  part les grosses mairies oĂą les enjeux politiques et les intĂ©rĂŞts financiers accaparent l’attention des Ă©lus, dans la plupart des autres municipalitĂ©s, les maires actuellement en poste sont dĂ©jĂ  candidats aux prochaines locales. ChaussĂ©es bitumĂ©es, façades repeintes, travaux de voirie, la fièvre « électorale » a d’ores et dĂ©jĂ  gagnĂ© les prĂ©tendants au poste de prĂ©sident de commune. Ces Ă©lus s’emploient activement Ă  « renouer, voire Ă  rĂ©tablir » le contact avec leurs concitoyens pour obtenir les faveurs des Ă©lecteurs. On n’en est pas encore aux visites Ă  domicile et autres rencontres ciblĂ©es mais les maires sont de plus en plus disponibles dans la gestion des affaires locales. Et, surtout, on a remarquĂ© un activisme suspect dont le seul objectif est de mieux « fidĂ©liser » les citoyens. On retrouve exactement les mĂŞmes irrĂ©gularitĂ©s relevĂ©es par le rapport du Forum civil dĂ©mocratique marocain concernant la pĂ©riode qui a prĂ©cĂ©dĂ© les Ă©lections communales du 12 juin 2009. Le FCDM avait ainsi notĂ© plusieurs infractions et fraudes qui vont de « l’inauguration des  projets d’amĂ©nagement de boulevards, de ruelles et d’espaces publics Ă  l’intĂ©rieur des quartiers populaires » Ă  la « distribution de bons au nom de la Promotion nationale aux couches sociales dĂ©favorisĂ©es et pauvres afin d’influencer leur vote en faveur de certains candidats », en passant par « le financement de fĂŞtes et l’octroi d’argent sous forme d’aides pour certaines familles ayant vĂ©cu des moments  ou des situations difficiles ( maladies ou deuils) ».

Et tout cela, au vu et au su du ministère de l’Intérieur.

Abdellatif El Azizi

… Et les partis ?

 

Date ou pas, les partis se mettent en ordre de combat. La rapidité avec laquelle les congrès sont expédiés montre que toutes les formations politiques ne veulent pas être prises au dépourvu par des échéances électorales qui peuvent être fixées d’un instant à l’autre.

 

USFP

Samedi dernier, au siège du parti, le bureau politique a tranchĂ©. Deux points devaient accaparer les dĂ©bats, Ă  savoir l’organisation du 9e congrès et les prĂ©paratifs aux Ă©chĂ©ances Ă©lectorales. Le parti de Mehdi Ben Barka veut faire des municipales une revanche sur sa  cuisante dĂ©faite aux lĂ©gislatives. Il rĂŞve de capter tous les suffrages Ă  gauche. Histoire aussi de reprendre la main sur des exĂ©cutifs locaux, comme la mairie de MohammĂ©dia, qui furent jusqu’à une date rĂ©cente le fief des socialistes.

Pour y parvenir, le parti de la rose doit d’abord régler la question de la succession de Abdelouahed Radi, de plus en plus chahuté au sein du parti et, par la même occasion, répondre à l’ouverture prônée par les militants qui rêvent d’une gauche moderne.

 

Le PPS

Autre composante de la gauche plurielle mort-née, le PPS, qui s’est acoquiné avec les islamistes au pouvoir, risque de faire le plus mauvais score de son histoire politique. Déjà en 2009, le parti n’avait pas réussi à décrocher la représentativité fixée à 6% des suffrages exprimés dans le système du scrutin à la proportionnelle.

 

Le PAM

Le parti de Mustapha Bakkoury éprouve les plus grandes difficultés à dégager une ligne claire et à sortir de l’image de parti de l’« ami du roi ». Mais cela ne l’empêche pas de tenir trois des plus grandes métropoles du Royaume, à savoir Tanger, Marrakech et Mohammédia.

Le PAM réussira-t-il à rester maître de ces trois mairies ? Peu sûr, à moins que ce parti penche pour des alliances opportunistes avec de nouveaux notables qui permettent de gagner les élections mais qui plombent définitivement la réputation des partis.

 

Istiqlal

Sûr de reprendre ses mairies, le parti de l'Istiqlal n’en a pas moins procédé à l'élaboration d'une stratégie électorale susceptible de gagner d’autres communes dans les grandes villes, grâce notamment à la « danse du ventre » qui devrait amener dans le giron du parti une nouvelle élite, cooptée selon les critères de compétence et de popularité.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter