EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°69-70, samedi 13 novembre 2010
| More

Le 8 novembre, les autorités marocaines démantèlent le camp de Gdim Izik. Aussitôt, des pillages éclatent dans la ville faisant de lourds dégâts humains et matériels. Comment onze personnes sont-elles mortes à Laâyoune ? actuel s’est rendu sur place pour comprendre.


***

Mardi, 9h du matin. Un jour après les affrontements sanglants de Laâyoune, il règne un calme précaire dans le chef-lieu du Sahara. La quasi-totalité des commerces sont fermés et très peu de gens s’aventurent dans les rues. « Les Sahraouis se lèvent certes tard le matin, mais la ville est d’habitude beaucoup plus vivante », confirme un riverain. Si la ville est pratiquement désertée par ses habitants, la présence des autorités, elle, est impressionnante : militaires en treillis, agents du CMI (Compagnie d’intervention mobiles) munis de casques et de boucliers anti-émeute, forces auxilliaires, protection civile, police, etc. Laâyoune a des allures de Nouakchott au lendemain d’un putsch militaire. Les forces de l’ordre sont sur le qui-vive, lourdement armées et en surnombre. Devant l’hôtel Nagjir, je suis témoin d’une brève scène d’accrochage entre les autorités et des jeunes pris en chasse. « Les militaires sont à cran, à la moindre petite alerte, ils sortent de leurs gonds », nous explique John Thorne, correspondant de The National et seul journaliste étranger présent sur les lieux (lire aussi le billet page 41). Les violents heurts qui ont éclaté la veille entre les habitants des quartiers majoritairement sahraouis et les autorités, après la dispersion des résidents du camp Gdim Izik, ont fait de lourds dégâts, aussi bien humains que matériels. Selon le bilan officiel, on dénombre onze personnes tuées – dont dix parmi les forces de l’ordre. Un gendarme aurait été tué à bout portant, et un policier aurait brûlé vif dans sa voiture en plus des autres victimes. Un agent des forces auxiliaires aurait été, quant à lui, égorgé devant ses collègues par une foule en furie. Une version contestée par des Sahraouis qui affirment qu’il aurait été renversé par une voiture volée.

Selon les Sahraouis du camp, Brahim Gargar, la seule victime civile officielle, était un père de famille et fonctionnaire de l’OCP qui ne s’était rendu qu’un seul jour au camp. Il se serait fait renverser par des véhicules en voulant protéger sa famille. Le parquet a ouvert une enquête. Le bilan du Polisario fait état de 159 disparus et de 11 morts sahraouis. Mais sans en apporter aucune preuve... Ce qui est sûr c’est que plusieurs centaines de blessés sont à déplorer.

41000 registres d’état civil brûlés

Les traces des affrontements sont visibles partout. Les rues de la ville sont parsemées de carcasses de voitures calcinées, de bris de verre et de pierres. On remarque également des vitrines et des fenêtres cassées. Les autorités s’affairent à nettoyer le « champ de bataille » ; de temps en temps, un ballet de camions chargés de voitures brûlées traverse l’avenue Mecca. A quelques mètres de la Place de la résistance, au centre-ville, une longue file de Jeep jonche la route de Smara menant vers les célèbres quartiers Maâtallah, Raha et Aouda où les affrontements ont été les plus violents. Plus loin, à une dizaine de kilomètres, se trouve le camp de Gdim Izik, désormais totalement rasé par les autorités. Il était difficile d’accéder à cette partie de Laâyoune, où, selon plusieurs témoignages, des affrontements mineurs continuaient de se dérouler. C’est là que les dégâts sont les plus importants. Les émeutiers ont mis à sac plusieurs établissements publics et privés qui se trouvent dans cet axe : deux agences Banque Populaire, une agence Attijariwafa bank, le Centre régional d’investissement, le bureau d’état civil, l’Académie régionale d’éducation, le Tribunal, le siège de la région Boujdour Sakia El Hamra, etc. Des ordinateurs ont été détruits, des biens de la ville pillés et des centaines de dossiers officiels, dont « plus de 41 000 registres d’état civil » ont brûlé, raconte Mohamed Laghdaf Eddah, directeur de la chaîne régionale de Laâyoune. Ce dernier a également subi l’agression des pilleurs qui ont tenté de défoncer la porte de son bureau dans la soirée du lundi au mardi.

Terres promises par l’Etat

Pour comprendre cette violence et les motivations des émeutiers, il faut remonter à la fin de la semaine dernière. Le camp de Gdim Izik était alors encore en place. Depuis une dizaine de jours, entre 12 000 et 20 000 Sahraouis avaient élu domicile dans les 8 000 tentes du campement, selon les anciens locataires des lieux. L’endroit est tenu avec une main de maître par un « comité » qui assure la sécurité, l’assainissement et la communication du camp. Les autorités, interdites d’entrée dans le site, font preuve de flexibilité laissant les Sahraouis aller et venir comme bon leur semble entre le camp et leur maison en ville. Plusieurs barrages sont installés à l’extérieur de Gdim Izik pour contrôler les allées et venues. La population croît à vue d’œil, sous l’œil passif des autorités marocaines qui se contentent d’interdire aux citoyens de ramener des tentes. Les insurgés ne veulent pas entendre parler de revendications politiques et mettent en avant des demandes exclusivement sociales : des lots de terrain, des emplois et les fameuses « cartiya », ces cartes de la promotion nationale très répandues au Sahara, et qui octroient aux détenteurs une rente mensuelle équivalente au Smig. Selon des témoignages concordants, les négociations allaient bon train entre les autorités et le « comité» responsable du camp. Jeudi 4 novembre, le troisième round de négociations aboutit même à un accord, selon des membres du comité. Les termes de cet accord seraient les suivants selon Ismaïl, un des Sahraouis du camp : « Les personnes âgées de plus de 40 ans allaient bénéficier de la “cartiya”, celles qui ont entre 20 et 40 ans devaient être embauchées dans la fonction publique. Les personnes très pauvres devaient, elles, bénéficier de lots de terrain ».

Ambiance de fête avant l’assaut

Le lendemain de ces négociations, vendredi 5 novembre, les autorités auraient même commencé à installer des tentes pour procéder au recensement de la population sur place. « L’heure était à la joie dans le camp. On pensait que le plus dur était derrière nous et que le calvaire ne durerait pas plus de deux ou trois jours », raconte Mohamed, un des jeunes Sahraouis qui faisaient la navette entre le camp et leur domicile. Le samedi, le camp s’est relativement vidé de ses occupants. Et pour cause, la plupart des Sahraouis se sont rendus en ville pour suivre le discours royal à l’occasion de la Marche Verte à la télévision. Le ton du message royal est ferme.

Les habitants de Gdim Izik continuent pourtant d’espérer un règlement rapide de leur situation. Ceux qui sont restés dans le camp le week-end fêtent déjà « leur victoire ». « Mon père qui se trouvait dans le camp m’a appelé samedi pour me demander de venir ti’yi – boire du thé – chanter et danser avec les membres de ma famille et de ma tribu. Pour nous, c’était vraiment la dernière ligne droite avant un règlement définitif », affirme Mohamed. L’ambiance détendue durera jusqu’au lendemain. Le dimanche 7 novembre dans la soirée, des prémices de tension commencent à poindre. Les Land-Rover transportant les insurgés arrivent en masse vers le camp. « La police a empêché un premier groupe d’entrer, puis un deuxième. On ne comprenait rien à ce qui se passait. C’est à ce moment-là que les violences ont éclaté, devant les barrages de la police », nous explique Mohamed. Les émeutes se seraient alors étendues au camp, puis aux quartiers de la ville.

Instrumentalisation des séparatistes ?

Cette version des faits n’est pas la même que celle avancée par les autorités. Selon ces dernières, le camp de Gdim Izik était sous le joug d’une « bande de malfaiteurs » au casier judiciaire bien fourni. Ces derniers auraient tenu en échec toute velléité de négociations et séquestreraient la population du camp. Les autorités ont donc décidé de donner l’assaut pour libérer la population « retenue en otage ». Officiellement, cette intervention n’aurait duré en tout et pour tout qu’une heure et n’aurait fait que quatre blessés. « Les autorités voulaient d’abord évacuer les lieux pour recenser la population effectivement éligible aux aides. On s’est heurté à ces réseaux de repris de justice qui ne souhaitaient pas que les négociations aboutissent », explique une source proche des autorités.

Versions contestées

Qui sont ces réseaux criminels dont parlent les autorités ? « Il s’agit de réseaux d’immigration clandestine qui faisaient passer des Subsahariens, des réseaux de trafic de cocaïne qui se sont retrouvés au chômage, des chômeurs venus d’Espagne, etc. Tout ce beau monde était encadré par des jeunes acquis aux thèses séparatistes », nous assure notre source.

Toujours selon la version officielle, ces derniers auraient profité du déplacement en masse des forces de l’ordre devant Gdim Izik pour provoquer des troubles dans la ville. Cette version des faits est contestée par les habitants du camp que nous avons pu interviewer. Ces derniers dénoncent un « assaut beaucoup plus musclé » des autorités, mais reconnaissent cependant que des personnes mal intentionnées aient pu profiter du désordre provoqué par l’intervention des autorités pour mettre le feu à Laâyoune. « Dès le début de l’intervention des forces de l’ordre, les rumeurs ont fusé. On nous rapportait plusieurs cas de morts à l’intérieur du camp. Ce n’est que plus tard que l’on s’est rendu compte qu’il s’agissait de fausses informations. Cela a participé à mettre en colère la population des quartiers sahraouis », explique Hassan.

Aminatou Haidar refoulée

Le détournement politique des événements n’a pas été que l’œuvre des séparatistes, si l’on en croit les sources sur place. Selon des témoignages, des manifestants pro-Marocains du quartier Skikima auraient contribué à mettre de l’huile sur le feu.

Une question demeure cependant en suspens. Si les négociations allaient bon train et si tout allait rentrer dans l’ordre comme le prétendent les insurgés du camp, pourquoi les autorités auraient-elles décidé de donner l’assaut ? Nos sources y vont de leur petite explication. « Le comité a pulvérisé le cliché du Sahraoui incapable de se prendre en charge. Nous avons fait montre d’une très grande capacité d’organisation, ce qui a manifestement gêné le Makhzen, raconte un des insurgés. Saviez-vous qu’Aminatou Haidar était venue nous voir ? Nous avons refusé de l’accueillir pour éviter une instrumentalisation de notre cause. Elle s’est montrée compréhensive et elle a quitté les lieux. Je pense que c’est cette indépendance et cette grande capacité d’auto-prise en charge qui a fait peur à l’État », conclut notre source. Quel crédit accorder à cette analyse ? Quelle version des faits croire ? A Laâyoune, le rythme de vie normal reprend petit à petit ses droits : les commerces rouvrent, les citoyens investissent en nombre la rue dès la nuit du mardi. Le calme semble revenu. Un calme somme toute très relatif.

Zakaria Choukrallah, envoyé spécial à Laâyoune

Quand la presse étrangère s’acharne

La presse algérienne s’est déchaînée contre le Maroc. C’est le cas d’El Watan. On y parle de « crime abominable », en citant largement les responsables du Polisario, sans que la version marocaine n’ait droit de cité. Liberté, de son côté, s’est fait une joie de relayer la réaction française, qui s’indignait du refoulement du député communiste Jean-Paul Lecoq. Ce que le quotidien n’a pas dit, c’est que ce dernier est un grand défenseur de la RASD et que son épouse est présidente d’une association de soutien au Polisario.

Du côté des médias français, les informations sont restées très factuelles. A l’exception de RFI qui a rapporté des opinions pro-polisariennes. Le Figaro a brillé par son grand équilibre. On y parle « d’affrontements » suite au démantèlement d’un camp jugé côté marocain comme « zone de non-droit ». La parole est accordée tant au Polisario, qui affirme que le Maroc a perdu la bataille du cœur, qu’à des parties marocaines qui précisent que ce sont surtout les autorités qui comptent leurs morts. Le Monde prend encore plus de recul en revenant sur les trente-cinq ans de conflit et en affirmant « si les tensions ont déjà été vives par le passé, notamment en 2009, aucun incident de l’ampleur de celui de cette semaine n’avait encore eu lieu depuis le cessez-le-feu de 1991 ». France 24, fidèle à une neutralité éprouvée, n’hésite pas à citer Khalid Naciri, porte-parole du gouvernement, entre autres sources.

Autre son de cloche dans la presse espagnole. El Pais va jusqu’à accuser le Maroc de vouloir provoquer une guerre civile au Sahara. ABC affirme que 19  civils sahraouis ont Ă©tĂ© abattus, alors que les AlgĂ©riens eux-mĂŞmes ne parlent que d’une seule victime. El Mundo nous gratifie d’une correspondance locale qui Ă©voque un climat de terreur. Le tout « dans une ville oĂą aucun visiteur n’a le droit d’entrer ». Le mĂ©dia qui ne cesse jamais de nous surprendre reste cependant Al Jazeera. Citant des « observateurs », la chaĂ®ne qatarie propose mĂŞme une solution Ă  tout le conflit : l’intervention des grandes puissances pour imposer un règlement. L’ONU n’a qu’à repasser.  T. Q.


Pendant ce temps, sur la toile…

Si les mĂ©dias Ă©tatiques se sont contentĂ©s de rapporter la version officielle, comme d’habitude la machine Internet a fonctionnĂ© Ă  plein rĂ©gime pour relater ce qui s’est passĂ© Ă  Laâyoune. Ce sont les sites Internet et les groupes Facebook sahraouis qui ont remportĂ© la palme des supports les plus rĂ©actifs. Dès le dĂ©but de l’intervention des autoritĂ©s, les premières images ont fait le tour du Net. On y voyait des banques saccagĂ©es, des parkings en flammes et un clichĂ© reprĂ©sentant le corps d’un mokhzani Ă©tendu sur le sol, sans vie. Les vidĂ©os d’activistes sahraouis affrontant les autoritĂ©s marocaines ont circulĂ© abondamment, ainsi que celle reprĂ©sentant des individus en train de planter le drapeau de la RASD en plein centre de Laâyoune. Les sites pro-polisario ont bien entendu très largement repris ces images et les ont agrĂ©mentĂ©es de la rhĂ©torique habituelle anti-marocaine. Les sites pro-marocains leur ont emboĂ®tĂ© le pas et ont lancĂ© une contre-offensive.   Z.C.


Billet : une entrave inacceptable

Lundi après-midi 8 novembre. AĂ©roport de Casablanca. Plusieurs journalistes, dont un membre de la rĂ©daction d’actuel, et quelques confrères espagnols, s’apprĂŞtent Ă  prendre le vol rĂ©gulier (16h10) de la RAM Ă  destination de Laâyoune, pour couvrir les Ă©vĂ©nements qui voient s’affronter populations et forces de l’ordre. Au guichet d’enregistrement, on leur oppose un ferme refus. Les motifs invoquĂ©s sont aussi sĂ©rieux et crĂ©dibles qu’une victoire de notre Ă©quipe nationale en Coupe du monde de football. « Le vol est complet » ; « Votre billet a Ă©tĂ© annulĂ© par le système, vĂ©rifiez avec le responsable RAM » ; « Des voyageurs prioritaires ont Ă©tĂ© redirigĂ©s d’urgence vers ce vol »... Aucune explication crĂ©dible n’est fournie au journaliste d’actuel. Le « responsable » censĂ© Ă©clairer la situation a courageusement dĂ©sertĂ© son poste. La rĂ©alitĂ© est claire : les journalistes ne sont pas les bienvenus Ă  Laâyoune. On s’interroge. Qui a donnĂ© l’ordre Ă  la RAM de ne pas embarquer de journalistes sur son vol rĂ©gulier ? Et pourquoi ? Une telle dĂ©cision relève d’une grave entrave Ă  la libertĂ© de la presse, et Ă  la mission des journalistes qui est de se rendre partout, en quelque circonstance, oĂą l’actualitĂ© le commande. Il est piquant de voir bruyamment dĂ©noncer l’actuel comportement de la garde civile espagnole Ă  l’égard de confrères empĂŞchĂ©s d’accĂ©der Ă  Melilia, au moment oĂą Laâyoune est interdite d’accès aux journalistes marocains ou… espagnols.  H.L.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter