EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Congrès du PAM Le tracteur passe Ă  l'offensive
actuel n°130, vendredi 24 février 2012
| More

Au niveau de la hiérarchie du parti, l'heure est aux grandes offensives. Le congrès de Bouznika, qui a élu Mustapha Bakkoury à la tête du PAM, a tenté de dédouaner la formation face à une crise idéologique que ses choix au pouvoir ont pourtant largement alimentée.


Un seul ĂŞtre vous manque et tout est dĂ©peuplĂ©. » L'ombre de Fouad Ali El Himma a planĂ© sur l'ouverture du congrès national extraordinaire du PAM. Autre absence remarquĂ©e, celle du chef du gouvernement qui a fait dĂ©fection au dernier moment, prĂ©fĂ©rant mandater quelques-uns de ses lieutenants dont Abdellah Baha. 

Mais le clou du spectacle fut sans aucun doute le plĂ©biscite de Mustapha Bakkoury Ă  la tĂŞte du parti du tracteur. L'ex-patron de la CDG a recueilli 352 voix (sur un total de 388), contre 29 pour Samir Goudar, après le dĂ©sistement d'un illustre inconnu, Zouhir El Allioui, apparemment cooptĂ© juste pour amuser la galerie. 

Alors que le véritable adversaire de Bakkoury, Hakim Benchemass, avait été neutralisé la veille avec un cadeau de choix : la présidence du conseil national du parti. Mais avant que le sort du nouveau patron du parti du tracteur ne soit scellé, le week-end du 17 au 19 février à Bouznika n'a pas été de tout repos pour Ilyas El Omari et ses lieutenants, les véritables architectes du PAM new look.

Trois jours de débats enflammés autour de la nouvelle identité du parti ont débouché sur l'adoption d'une sorte de référence à une sociale démocratie où « un Etat social garantirait l’indépendance de la justice, la reddition des comptes, la répartition équitable des richesses et la prépondérance des institutions ».

Les déclarations du secrétaire général sortant, Mohamed Cheikh Biadillah, sur le poids de ce parti - stimulé par un score confortable à l’issue des dernières législatives - ne devraient pas cacher la crise que vit le PAM depuis que cette formation a fait la « Une  » des banderoles des manifestants du 20-Février.

Lors de la séance inaugurale de cette grand-messe du parti, Biadillah a tenu à préciser que l’organisation de ce congrès extraordinaire avait lieu un an avant la date initiale prévue, « une décision prise par le bureau national à l’issue des dernières élections législatives » prouvant qu'il y avait péril en la demeure.

Le slogan « Pour la consolidation du choix dĂ©mocratique », choisi par le PAM pour son congrès, n'est pas fortuit : on ne se dĂ©barrasse pas de l'Ă©tiquette de « parti du Makhzen » aussi facilement.  Fort de son « rĂ©seau » de notables, de l'appui du Palais et du silence de la classe politique assommĂ©e par des querelles de strapontins, le PAM Ă©tait assurĂ© de dĂ©crocher la chefferie du gouvernement.

Pour préparer et verrouiller la victoire, on avait mis dans la course, un numéro deux, le RNI, chargé de jouer le lièvre. L'alliance démocratique, mort-née, témoigne de ce plan qui a valu à Salaheddine Mezouar la douche froide du 25 novembre dernier. La suite, on la connaît. L'intrusion inopinée du 20-Février dans le jeu politique avait mis à l'eau les plans de l'ingénieur en chef du PAM.

Le parti du tracteur est-il  pour autant mort et enterrĂ©, comme le souhaitent ardemment ses ennemis ? Que nenni. Avec leur retour politique en vue, les pamistes tentent Ă  prĂ©sent de reprendre leur offensive contre le PJD qui se dĂ©bat dans les difficultĂ©s gouvernementales, en faisant valoir au passage que dĂ©sormais le PAM « n'est plus le parti du Makhzen mais plutĂ´t celui de tous les Marocains ».

« Le parti se trouve maintenant dans une position confortable quantitativement et qualitativement. Il a enterré le passé, et doit poursuivre son projet avec un enthousiasme intact », s'enthousiasme son secrétaire général sortant, Cheikh Biadillah.

Abdellatif El Azizi

Profil

Bakkoury

Une place au soleil

La photo avait fait le buzz en son temps : El Himma, Akhannouch et Bakkoury, en plus d'anciens gauchistes cĂ©lĂ©brant, en 2007, la naissance du Mouvement de tous les dĂ©mocrates (MTD). Le dĂ©cryptage qu'en avait fait la presse Ă©tait le suivant : si Akhannouch devait passer Ă  la caisse Ă  chaque fois que le parti avait besoin d'argent frais, que serait alors le rĂ´le de Bakkoury ? 

Patron de la CDG à l’époque, ce dernier n'était-il pas tenu au droit de réserve que lui imposait sa position à la tête du bras armé des finances de l'Etat ? La réponse ne tardera pas avec sa mise au placard quelques mois plus tard. Très rapidement, Bakkoury est rappelé, en décembre 2009, à la tête de l'Agence marocaine de l'énergie solaire.

L'élection à la tête du PAM de ce brillant ingénieur ne fait pas l'unanimité au sein de la formation. Ses détracteurs arguent que l'homme n'a jamais fait partie du PAM. Réponse du berger à la bergère : ses lieutenants avancent l'argument choc que Bakkoury a été parmi les premières personnalités à avoir planché sur les bases du MTD, matrice idéologique du parti.

« La quête du Graal pour Bakkoury vient de commencer », signale l'un d'eux qui fait remarquer que, plutôt que de mener une guérilla vouée à l'échec, de nombreux pamistes pourraient tendre la main afin de se positionner pour les communales qui se profilent à l'horizon.


Les coulisses du congrès

• On a compté plus de 4 000 congressistes venus de toutes les régions du Royaume.

• Quelques invités de marque comme le ministre d’Etat Abdellah Baha, Mohand Laenser, Aziz Akhannouch, Nabil Benabdellah, Moncef Belkhayat, et plusieurs personnalités du corps diplomatique accrédité à Rabat ont retenu l'attention. Ainsi que quelques Sahraouis de Tindouf et des représentants des deux présides de Sebta et Melilia. Les absences de Mezouar et de l’Istiqlal ont été remarquées.

• Le PAM a dévoilé sa fortune à ses militants. Abderrahim Moussaïf Benhamou, le trésorier du parti qui devrait être remplacé par Ahmed Akhchichine, a ainsi révélé aux militants que le PAM avait vu ses recettes fondre de 2009 à 2011, passant de 51 millions de dirhams à 25 millions en 2010 pour chuter encore à 12 millions en 2011. Un montant essentiellement composé des subventions de l'Etat, des cotisations de militants et autres dons de sympathisants.

• La délégation palestinienne a décoré Ilyas El Omari, « le seul arabe à avoir rendu visite au président Arafat quand il était assiégé dans son QG de Gaza ».

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter