EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
actuel n°160, jeudi 20 septembre 2012
| More

L’échec est patent ? Depuis son investiture, ce gouvernement donne l’impression de naviguer sans commandant de bord. Sur nombre de dossiers, une guerre fratricide oppose les ministres du PJD à leurs collègues de la majorité. Sans égard au ressentiment croissant des électeurs qui ont voté pour les islamistes.


Depuis qu'ils sont aux commandes de l'Etat, les ministres du gouvernement Benkirane n’ont cessĂ© de multiplier les prises de bec, Ă©talant leur linge sale en public. Dès leur investiture, les islamistes ont martelĂ© qu’ils mèneraient la lutte contre la corruption, la prĂ©varication, et dĂ©nonceraient les ripoux. Simple ? Non, simpliste, oui ! Aziz Rebbah, ministre de l'Equipement et du Transport, nommĂ© Ă  la tĂŞte d’un secteur qui connaĂ®t un taux Ă©levĂ© de corruption, a pensĂ© prendre de court ses collègues en dĂ©clarant une guerre sans merci contre l’économie de rente, autre thème très vendeur sur le plan Ă©lectoral. La publication de la liste des bĂ©nĂ©ficiaires des agrĂ©ments de transport a alimentĂ© la polĂ©mique durant des semaines avant d’être contestĂ© par les autres membres du gouvernement. Les dĂ©clarations Ă  l’emporte-pièce prenant le dessus sur la cohĂ©sion gouvernementale, il a fallu juste quelques mois d’exercice pour qu’un ministre (islamiste) de la Justice accusant toute une ville, Marrakech, en l’occurrence de servir de mecque de la dĂ©bauche des touristes Ă©trangers, ne soit violemment rappelĂ© Ă  l’ordre par son collègue au Tourisme (Ă©margeant, lui, au MP). Avant d’être suivi par la charge du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement sur les jeux du hasard, qui se fera recadrer par celui de la Jeunesse et des Sports. Et sur de nombreux dossiers clĂ©s, les islamistes s’opposent souvent Ă  leurs alliĂ©s  de la majoritĂ©. La guĂ©guerre entre les frères ennemis a dĂ©marrĂ© avec les fameux cahiers des charges. Le tout fringant ministre de la Communication qui rĂŞvait depuis longtemps d’en dĂ©coudre avec la deuxième chaĂ®ne, fief des «laĂŻcards » du cru et caisse de rĂ©sonnance du Makhzen, a concoctĂ© dans le secret le plus absolu un cahier des charges 100% islamiste. Le tollĂ© provoquĂ© par ce dossier passĂ© comme une lettre Ă  la poste au niveau de la Haute AutoritĂ© de la Communication audiovisuelle (HACA) a nĂ©cessitĂ© l’intervention du Palais qui a confiĂ© Ă  Nabil Benabdallah, ministre de l'Habitat, le soin d’arrondir les angles pour satisfaire un peu tout le monde. Le rĂ©sultat n’est pas fameux mais il prĂ©serve au moins un certain Ă©quilibre dans le respect de l’opinion et de l’opinion contraire. Le ministre dĂ©lĂ©guĂ© auprès du ministre de l'Économie et des Finances, chargĂ© du budget, Idriss Azami Al Idrissi, quant Ă  lui, avait contestĂ© la dĂ©claration de son patron Benkirane sur les chiffres de Salaheddine Mezouar.

 

Des chiffres « rassurants »

Le chef de gouvernement, qui avait « dénoncé » devant la Chambre des représentants une loi de Finances erronée dont il avait hérité, mettant en doute les chiffres de Mezouar, avait provoqué une série d’interventions dont celle du FMI demandant des éclaircissements. Azami, qui a été chargé de jouer au pompier, s’est fendu d’une déclaration à la MAP sur un ton rassurant pour préciser que « les chiffres contenus dans la loi de Finances 2011 sont officiels et connus. Ils figurent dans des rapports nationaux et internationaux et ne sont pas sujets à une remise en question ».

De même, la question épineuse des heures supplémentaires des professeurs du public dans les écoles privées a provoqué son lot de désaccords. Décidée sans concertation par un ministre istiqlalien, la mesure est non seulement fortement controversée mais risque d’embraser la rue au moment où le gouvernement a bien d’autres chats à fouetter.

 

Les députés PJD champions

Autre champ de bataille, l’examen de passage hebdomadaire devant le Parlement est devenu pour beaucoup de ministres un véritable calvaire. Paradoxalement, les membres de l’équipe Benkirane craignent plus les sorties intempestives de leurs propres députés que les questions incolores et inodores des représentants du peuple qui émargent à l’opposition. « Nous appréhendons souvent les interventions des députés du PJD parce qu’ils préparent toujours leurs questions comme s’ils étaient encore dans l’opposition, avec un désir apparent de mettre en difficulté les ministres », s’indigne un ministre « non islamiste » qui a requis l’anonymat « pour ne pas jeter de l’huile sur le feu », explique-t-il . La preuve par les scores des questions adressées par les députés au Parlement. Au cours du conseil de gouvernement du jeudi 13 septembre, Lahbib Choubani, le ministre chargé des Relations du gouvernement avec le Parlement, a usé de tout son art pour arrondir les angles mais les chiffres sont têtus. Sur les 2 559 questions qui ont fait suer les membres du gouvernement, contrairement à ce que l’on devrait penser, ce ne sont pas les partis de l’opposition qui se taillent la part du lion mais plutôt les députés du PJD suivis par ceux de l’Istiqlal, avec 511 questions pour les premiers et 233 pour les seconds ! Alors que l’USFP vient en quatrième position avec ses 90 interpellations.

 

« Impréparation du PJD »

Au lendemain de la présentation du rapport qui épingle également l'absentéisme des ministres, Choubani a dû faire face à une volée de bois vert de la part des ministres incriminés. Un document, en principe confidentiel, dans lequel on apprend que parmi les champions de l'absentéisme, on trouverait Mohamed Ouzzine, Mohand Laenser et Aziz Akhannouch. C'est Mohamed Ouzzine, le ministre de la Jeunesse et des Sports, qui a décidé de lancer la polémique en qualifiant le rapport de Choubani d’« acte immoral », précisant que le document avance qu’il s’est absenté dix fois alors qu'il ne l'a fait que trois fois et que « ses absences étaient dûment justifiées » par des activités gouvernementales, royales ou déplacements à l’étranger. Un bras de fer qui a contraint le Premier ministre à demander, à plusieurs reprises, aux députés de son parti de se calmer.

Pour la plupart des observateurs, cette cacophonie est la preuve de l'impréparation d'un parti qui a exercé l’opposition sans jamais s'exercer au pouvoir. A sa décharge, ce gouvernement est rattrapé par le principe de réalité. La crise profonde qui frappe le pays est un casse-tête qui obligera peut-être le gouvernement à faire des choix difficiles. Que le gouvernement accepte d’être moins dogmatique et un peu plus pragmatique sur ce sujet pourrait conduire à un improbable retournement de fortune.

Si les ministres précédents sont accusés, à juste titre, d’avoir dégoûté les citoyens de la « politique », les erreurs de casting, les misères croissantes du choc des egos que se livrent Benkirane et les partenaires de la majorité, exacerbés par l'adversité politique et sociale liée à la crise, font qu’aujourd’hui, ce gouvernement a mauvaise presse. De là à ce que le divorce entre Benkirane et les Marocains soit consommé...

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter