EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
actuel n°172, jeudi 13 décembre 2012
| More

Quatre candidats principaux (*), quatre portraits, et un seul et même programme. On aura un nouveau premier secrétaire, mais peut-être pas un nouveau parti.



Ahmed ZaĂŻdi

Ceux qui ont plus de 40 ans le connaissent bien. Durant plusieurs annĂ©es, il a Ă©tĂ© le prĂ©sentateur vedette du JT principal de la RTM. Il dĂ©missionne en 1985 Ă  cause…de la « tutelle de Driss Basri sur l’information ». ZaĂŻdi n’est une figure connue qu’auprès des ittihadis et de ceux qui suivent de près la politique. Du coup, il joue la carte du renouvellement et du sang neuf tant attendus Ă  l’USFP. L’actuel prĂ©sident du groupe socialiste Ă  la première Chambre a confiĂ©, en marge d’un rĂ©cent point de presse Ă  Rabat, qu’il n’avait pas l’intention de briguer le poste de premier secrĂ©taire du parti, et qu’il se contentait d’apporter son soutien Ă  Ahmed RĂ©da Chami.  Mais a priori, c’est l’ancien ministre du Commerce et de l’Industrie du gouvernement El Fassi qui l’aurait encouragĂ© Ă  se prĂ©senter. Signal fort : lors de cette confĂ©rence de presse, Ahmed ZaĂŻdi s’est entourĂ© de la moitiĂ© des dĂ©putĂ©s parlementaires de l’USFP, ainsi que des figures historiques, tel que Mohamed Lyazghi.

 

Ce qui le fait courir

Homme de l’ombre pendant plusieurs annĂ©es, ZaĂŻdi croit aujourd’hui que son  heure est venue de passer sur le devant de la scène.

 

Habib El Malki

Habib El Malki est l’une des figures les plus en vue du parti. Ce professeur d’économie s’est fait connaître lors de sa participation au gouvernement de l’alternance en occupant le portefeuille de l’Enseignement supérieur. C’est un homme de compromis qui évite les clashs. Il est très discret sur les relations entre la monarchie et le gouvernement El Youssoufi. Dans son livre Alternance : la parenthèse désenchantée, il estime que la responsabilité du « blocage de la transition démocratique » en 2002 incombe beaucoup plus aux mauvais rapports entre Abderrahman El Youssoufi et Abbas El Fassi qu’au roi Mohammed VI qui a nommé Driss Jettou ! D’ailleurs, dans de récentes confidences au journal Al Massae, Mohamed Lahbabi, ex-membre du bureau politique et compagnon de lutte de Ben Barka, El Youssoufi et autre Fqih Basri, raconte que Hassan II voulait qu’El Malki succède à Abderrahim Bouabid. Tout un symbole !

 

Ce qui le fait courir

S’il a ses chances de succéder à Abdelouahed Radi, grâce notamment au réseau électoral qu’il s’est tissé dans sa région natale de Bejaâd, El Malki « court aussi un autre lièvre », estime un militant du parti : s’assurer une place dans le prochain bureau politique.

 

Fathallah Oualalou

Il a été l’argentier du Royaume dans le gouvernement de l’Alternance. Les militants lui vouent beaucoup de respect. « C’est quelqu’un de clean. Il n’a jamais été compromis dans quoi que ce soit, outre qu’il est un universitaire respecté par ses confrères », nous disent en substance les militants que nous avons interrogés. Son problème est qu’il est trop « consensuel ». Ses détracteurs se moquent parfois en rappelant qu’il est le socialiste qui a chapeauté l’opération des privatisations…Un peu populiste tout de même !

Oualalou fait de « la modernisation du parti » son cheval de bataille. Dans sa lettre de candidature, il parle de « l’affirmation de l’identité ittihadie du parti, en œuvrant pour l’actualisation de ses fondements et ses principes, afin de répondre aux questions qui se posent à notre pays lors de cette deuxième décennie du XXIe siècle ». Avouons-le, la formule ressemble davantage à une dissertation qu’à des promesses électorales.

 

Ce qui le fait courir

Militant depuis les années soixante, Fathallah Oualalou a toutes les raisons de se présenter. Sa légitimité historique, sa réputation d’homme intègre et sa carrière d’homme d’Etat le donne favori. Pourtant, Oualalou n’a pas de base électorale et ne compte pas de supporters dans les régions, à l’instar d’El Malki par exemple.

 

Driss Lachgar

Très médiatique, il est pourtant le moins connu des candidats car Driss Lachgar est un personnage complexe. Il peut retourner sa veste à tout moment, changer radicalement de cap et, cela, les militants le savent bien. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est comment Driss Lachgar s’en sort, à chaque fois, indemne. Il est champion du jeu des compromis et des tractations en coulisses. Ce qu’il propose est à l’image de ce qu’il est : un militant âgé de 58 ans qui a rejoint le parti à 16 ans et grimpé tous les échelons jusqu’à devenir membre du bureau politique, puis ministre. Il veut redynamiser les appareils régionaux, dont certains sont en léthargie depuis dix ans. Quant à ses promesses concernant le rapport entre l’USFP et la monarchie, ou encore les autres partis, il vaut mieux ne pas y prêter attention, car il peut se raviser à tout moment.

 

Ce qui le fait courir

Gagner et devenir le zaïm semble être l’ultime ambition de Lachgar.

Ali Hassan Eddehbi

(*) Ils sont en réalité cinq candidats, mais le cinquième, Mohamed Talbi, membre du conseil national et journaliste à Al Ittihad Al Ichtiraki, a lui-même reconnu que ses chances étaient nulles et qu’il se présentait par « acte de militantisme ».

Solder le passé


Dans la phase actuelle, qui de Ahmed Zaïdi, Habib El Malki, Fathallah Oualalou ou Driss Lachgar est le mieux placé pour conduire l’Union Socialiste des Forces Populaires ? Peut-être les quatre, peut-être aucun. Car il faut d’abord savoir de quoi souffre le parti pour lui prescrire le remède approprié. L’échec électoral, la désaffection des Marocains, les ratages de l’alternance...ne sont que les symptômes de la maladie. Une maladie qui pourrait s’appeler « mémoire ». L’USFP souffre de son passé. Un passé qui la maintient certes en vie mais tel un boulet, l’empêche d’évoluer.

Hassan II est mort, l’alternance aussi. Puis c’est au tour de la démarche démocratique quand l’USFP arrive en tête des élections de 2002 et que Jettou est nommé Premier ministre. Il faudra attendre le printemps arabe pour voir ressusciter la démocratie.

A chaque époque, ses hommes ! Cette fois-ci, c’est au PJD que la chance sourit. Aussi parce que ce parti a eu l’intelligence (ou la chance) de définir clairement sa relation à la monarchie et aux Marocains. Mais l’USFP semble toujours vivre dans un deal expiré : intégrer le jeu des institutions pour « sauver le pays  » et revenir à l’opposition dès que les choses ne l’arrangent plus. Aujourd’hui, le parti de la rose fait doublon avec le PJD. Tant qu’il ne se remet pas en question, il continuera à perdre des points.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter