EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Partis Pour quelques jeunes de plus
actuel n°50, samedi 5 juin 2010
| More

La guerre que se livrent les partis pour attirer le maximum de jeunes dans leurs rangs se heurte à leur désaffection exacerbée par la chute de popularité de ces mêmes formations.


***

Au sein de la Chabiba Ittiha­die, c’est la guerre de tran­chées entre les affidés de l’ancienne garde de l’USFP, qui font front autour de Ali Elyazghi, et les contestataires de plus en plus nombreux. Il y a quelques semaines de cela, dans une lettre adressée au bureau politique de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), le bureau national de la Chabiba avait dénoncé le comportement « immo­ral et irresponsable » de Ali Elyazghi, secré­taire général de la Jeunesse Ittihadie. Les jeunes Ittihadis avaient reproché au fils Elyazghi, entre autres, de s’être accaparé la participation de la Jeunesse Ittihadie aux travaux du congrès de l’Union inter­nationale de la jeunesse socialiste qui s’est tenu du 26 au 28 mars dernier en Suède.

C'est la goutte qui a fait déborder le vase. « Étant convaincus de la nécessité de réfor­mer l’organisation et de la restructurer sur des bases saines, nous nous sommes ins­crits positivement dans la dynamique de la nouvelle répartition des missions au sein du bureau national de la Jeunesse et dans le règlement des différends qu’a connus notre organisation dans le passé. Malheu­reusement, cette volonté noble s’est heurtée à un comportement immoral et irrespon­sable du secrétaire général de la Chabiba, Ali Elyazghi », expliquait le bureau natio­nal de la Chabiba dans sa fameuse lettre.

Depuis, le torchon brûle entre les deux parties malgré les interventions de ca­ciques socialistes, venus jouer aux pom­piers. Du côté de l’Istiqlal, les tractations vont bon train pour le prochain congrès de la jeunesse, prévu le 4 juin, même si cette échéance n’attire pas grand monde ; pour une raison toute simple, c’est qu’au sein de ce parti, plus qu’ailleurs, seul le can­didat choisi par le bureau politique a des chances d’être élu. Concernant le PAM, le Cercle des jeunes démocrates marocains ambitionne déjà d’occuper le champ poli­tique par des actions médiatiques à grande valeur ajoutée telle la fameuse opération du plus grand drapeau du monde, orga­nisée à Dakhla.

Ce nouveau venu dans le champ politique a d’ailleurs engagé une vaste opération de séduction visant à attirer le maximum de jeunes. Salah El Ouadie a ouvert le bal avec une rencontre à Casablanca le dimanche 30 mai. Le rendez-vous qui a eu lieu à Sidi Moumen, fief des kamikazes du 16 Mai, a porté sur la jeunesse et la politique avec un thème central : « À générations nouvelles, nouvelles visions. »

Faire courir tout ce beau monde

Pourquoi les jeunes font-ils courir tout ce beau monde ? Il y a évidemment la proxi­mité du scrutin de 2012. Le réservoir de vote que constitue la jeunesse fait d’au­tant plus saliver les formations politiques que près de 55 % de la population a moins de 25 ans. Cerise sur le gâteau, l’âge légal pour voter ayant été ramené à 18 ans, on comprend que la capacité des partis à sé­duire cette tranche de la population fera pencher lourdement la balance d’un côté ou de l’autre de l’échiquier politique. La danse du ventre des partis politiques a-t-elle des chances de faire mouche ? Rien n’est moins sûr. S’attirer les faveurs de la jeunesse n’est pas chose aisée pour les di­nosaures qui tirent les ficelles de l’arène politique. Militant de la gauche et alter­mondialiste, Kamal Lahbib porte un regard sévère sur ces partis politiques moribonds qui n’ont pas encore compris l’avantage qu’ils pouvaient tirer d’une jeunesse en pleine ébullition : «Altermondialisme, rock alternatif, écologie... autant de mouvances qui maintiennent un bouillon d'agitation chez une jeunesse qui s’est détournée de la politique telle qu’elle est imaginée par les formations politiques. Contrairement à ce que l’on croit, les jeunes ne sont pas apoli­tiques, ils font tout simplement de la poli­tique autrement. » Le président du Forum social cite pêle-mêle, la cyberdissidence, les manifestations de rue, la musique contes­tataire, autant d’expressions inédites qui permettent aux jeunes de convertir leur expérience militante dans des actions qui dénoncent tel ou tel abus.

Au lendemain des législatives de 2007, le taux d’abstention de près de 70 % a poussé divers acteurs à s’interroger sur la désaf­fection des jeunes pour la politique. L'As­sociation marocaine des lauréats du pro­gramme Fulbright avait ainsi invité de nombreux spécialistes et des hommes po­litiques à s’exprimer sur la question, dans le cadre d’une conférence sur « Les jeunes et la politique au Maroc ». Si les causes de la bérézina de 2007 transcendent le clivage jeunes/anciens, une grande partie de la jeunesse a boudé les urnes parce qu’elle ne se reconnaissait pas dans les programmes proposés.

« Comment voulez-vous intéresser un jeune universitaire avec un programme politique dupliqué par tous les autres partis, sans compter les sorties médiatiques répé­tées de dirigeants de la vieille génération ? », s'interrogeait alors Faouzi Chaâbi. Autre grief qui revenait souvent , « la crédibilité des hommes politiques éclaboussés régu­lièrement par des affaires de corruption, de passe-droit ou de moeurs ».

Prêts à en découdre

De plus, parce qu’ils sont plus pragmatiques, le rapport des jeunes à la politique est à appréhender sous l’angle de leur projet de carrière. Ils sont plus enclins à en découdre avec les forces de l’ordre pour décrocher un poste dans l’administration que prêts à manifester pour le «changement de la Constitution».

Et la jeunesse dorée ? « Elle ne fait pas de politique » ou plutôt, elle n’a pas besoin de faire de la politique. Et pour cause, comme Obélix, elle est tombée dedans quand elle était petite. Fils de ministres, les Adil Douiri, Brahim Fassi Fihri et autres Ali Elyazghi sont assurés de se retrouver au bon endroit, au bon moment, grâce au parapluie de papa. C’est pour cela qu’elle dédaigne se prévaloir de tout sentiment qui puisse la relier à la mémoire collective de la politique. Elle regarde les violences électorales et les affrontements partisans d'un air hautain, se situant au-dessus de toute cette agitation.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter