EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°84, vendredi 11 mars 2011
| More

Entre les manifs, le mouvement continue sous des formes diverses, oscillant entre radicalisation et happening.  Avec un nouveau test prĂ©vu pour le 20 mars.


***

Le pire n’a pas eu lieu. Pourtant, ce samedi 26 février, un peu avant 15 heures, les jeunes du mouvement du 20 février sont fébriles. Ils savent que leur sit-in est interdit et ils sont bien obligés de constater que la place Mohammed V compte plus de poulets que de pigeons. « On ne sait pas ce qui va se passer mais il n’est pas question qu’on annule », explique Ghizlane.

La veille, des militants arrêtés ont longuement été interrogés et l’ambiance est extrêmement tendue entre une police de plus en plus omniprésente et des manifestants de plus en plus décidés. Pourtant, tout se passe bien.

 L’esplanade se remplit en quelques minutes de centaines de militants qui scandent des slogans et brandissent des affiches avec des cibles diverses : «Pour un remaniement ministĂ©riel», «Lydec dĂ©gage», «rĂ©clame un changement radical », «Haca = Censure». Policiers bleu marine et forces auxiliaires kaki se tiennent la main et encerclent alors en douceur ce beau monde pour les empĂŞcher de dĂ©border sur le boulevard Hassan II. Le sit-in durera trois heures sans aucun incident Ă  dĂ©plorer. Ce ne sera pas le cas dans tout le pays.

 Ainsi, Ă  KĂ©nitra, une centaine de manifestants rassemblĂ©s pacifiquement ont Ă©tĂ© violemment dispersĂ©s par les forces de l’ordre ; une vidĂ©o a pu tĂ©moigner du matraquage. Ă  Casablanca, les policiers sont beaucoup plus placides devant les dizaines de journalistes prĂ©sents : les manifestants ont mĂŞme organisĂ© un cordon de protection pour sĂ©curiser les photographes.

 Au plus fort de l’après midi, le sit-in rassemble plus de 2 000 personnes. Les slogans et les affiches contre le Makhzen tĂ©moignent d’une certaine radicalisation du mouvement. Et ce samedi, il n’y a plus de soutien d' opportunistes improvisĂ©s opposants aux manifestants.

En revanche, un peu à l’écart de l’agora centrale où s’époumonent de jeunes chauffeurs de troupes en keffiehs, on repère un carré VIP de bienveillants mentors plus grisonnants : Abdellah El Harif, le secrétaire général du parti Annahj Addimocrati, Mustapha Brahma, son secrétaire général adjoint, Abdeslam El Aziz, le secrétaire général du Congrès national ittihadi, ou encore Mohamed Achab, un responsable de la CDT, papotent ensemble. «C’est normal qu’on se retrouve. On s’est tous connus en prison ! Et aujourd’hui, on laisse les jeunes agir.»

Il est bientôt 18 heures. « Mamfakinch », scandent une dernière fois les participants, avant de se disperser. Le mouvement n’est donc pas mort. Il n’est pas non plus en expansion. Il semble stagner, mais il ne faut pas se fier à l’eau qui dort.

Théâtre, musique, conférences…

Maintenant que leur mouvement s’est fait connaître, les jeunes du 20 février veulent sortir de la routine des sit-in. à Rabat, ils sortent le grand jeu et pensent organiser un « freeze » le dimanche 6 mars. Le principe : des dizaines de militants se figent subitement dans un endroit public très fréquenté, une gare par exemple. Le côté inattendu de cette initiative sert bien entendu à créer le buzz en attirant l’attention. L’après-midi sera consacré au théâtre de rue et à la musique dans l’espace public.

Et ça ne s’arrête pas là. Les « vingt-févrieristes » comptent aussi mobiliser dans les quartiers populaires de la capitale en distribuant des tracts tout en portant des t-shirts aux couleurs du mouvement. L’objectif est d’initier des débats publics avec les riverains. « Nous voulons montrer aux gens que nos revendications générales et politiques englobent également leurs soucis quotidiens», explique Nizar, membre de la coordination de Rabat.

Le samedi 5 mars sera, lui, studieux avec l’organisation d’une conférence pour expliquer la teneur des réformes constitutionnelles. à Casablanca, les jeunes prévoient également une conférence sur la Constitution et un mini-concert de musique samedi en soirée.

Si dans les deux plus grandes villes du Royaume on choisit la carte de la créativité, dans les autres villes, les jeunes restent classiques. « On veut organiser un grand sit-in en attendant la marche nationale qui aura lieu le 20 mars », annonce Hassan de la coordination d’Agadir, où les matraques ont sévèrement réprimé les jeunes, le 27 février. La journée de la femme (8 mars) sera consacrée à Fadoua Laroui, la jeune mère célibataire de 25 ans qui s’est donné la mort par immolation.

Un débat sans fin

Mais c’est le 20 mars qui sera la date test pour le mouvement. La page Facebook du groupe du 20 février a changé de logo en changeant de date et compte déjà plus de 30 000 membres. Les débats y font rage entre les différentes composantes d’une mouvance qui ressemble parfois à une auberge espagnole, notamment entre les tenants de la laïcité et les islamistes.

Un débat sans fin, c’est en tout cas ce qu’a provoqué le 20 février au Maroc. Les quelques facebookers du départ ont réussi à rassembler au-delà de leur cercle car ils exposent les vrais problèmes qui agitent la société marocaine. Il ne se passe pas une journée sans qu’une personnalité s’invite dans la discussion.

L’un des plus suivis cette semaine fut l’économiste Driss Benali. Mis en ligne par DabaTV, son point de vue sans concession sur l’économie du pays relève que les villes qui ont connu des violences, telles Marrakech et Tanger, sont paradoxalement celles qui connaissent les meilleurs taux de croissance.

Vieux sages et jeunes riches

Pour l’économiste, l'INDH c'est bien, mais les fonds alloués sont une goutte d'eau. Le système des agréments et la prolifération de l'informel font que l'on ne produit pas de richesses… Des remarques pleines de bon sens et un soutien marqué au mouvement : « On n’a pas intérêt à ne pas écouter les revendications du 20 février.

Nous avons besoin de réelles réformes. Si elles n'arrivent pas, le Maroc finira par connaître une période de troubles. Et n'oublions pas que nous avons un gros problème, celui du Sahara. Ce ne serait pas dans l'intérêt du Maroc. »

Les vieux sages prennent position et tentent de ratrapper le train en marche. Les jeunes riches commencent à se réveiller. L’événement de la semaine sur le Net, c’est « l’appel à la bourgeoisie marocaine ». Postée par une certaine TheGhita74, cette vidéo a le défaut d’être anonyme. Mais cette jeune bourgeoise a tapé dans le mille auprès de sa tribu « Descartes-Lyautey ».

L’auteur, qui avoue porter des vêtement griffés et passer ses vacances en Europe, s’excuse d’emblée de s’exprimer en français car, dit-elle, « je ne maîtrise pas ma propre langue ». Premier mea culpa. évoquant sa classe sociale, elle n’y va pas avec le dos de la cuillère : « Nous sommes devenus colons dans notre propre pays […] Je m’adresse à ceux qui n’ont aucun problème à dépenser un smic marocain dans un dîner bien arrosé […] Et en même temps, nous sommes agacés par le petit morveux […] qui se colle aux vitres de nos 4 x 4 pour nous vendre ses chewing-gums dégueulasses […] Sommes-nous marocains quand nous plaçons notre argent à l’étranger dans la crainte d’une révolution ? », etc. On en passe, et des meilleures.

En deux jours, la vidéo a été vue plus de 10 000 fois, provoquant 430 commentaires. Des insultes, des critiques constructives, des louanges aussi, et même une déclaration d’amour.

Elle n'est pas seule à avoir posté son message. Chaque jour, des milliers de Marocains s'expriment dans des blogs, sur Yabiladi ou Bladi, sur YouTube, Facebook, twitter... ou dans la rue. Entre deux manifs, le Maroc se parle comme il ne l’a jamais fait auparavant.

E.L.B. & Z.C.

 

Marrakech   Des « vingtfĂ©vrieristes » arrĂŞtĂ©s

Même si les autorités reconnaissent que les débordements survenus le 20 février n’étaient pas le fait de protestataires, sept membres du mouvement sont poursuivis par la justice. Premiers éléments d’un procès qui s’annonce spectaculaire.

Théâtre de nombreux actes de vandalisme après la manifestation du 20 février, Marrakech devient la scène d’un procès pour le moins rocambolesque. Il ne s’agit pas des 150 à 200 personnes – que même les autorités ont qualifié « d’étrangères » à la manifestation – ayant attaqué et pillé des magasins, un édifice public et un McDonald's, qui ont été arrêtées et jugées, mais des membres du mouvement du 20 février.

C’est ainsi que la MAP nous informe que sept étudiants (dont une fille) « d'obédience baâthiste », en référence au parti Baâth, un courant de l’extrême gauche, ont été présentés dimanche devant la Cour d’appel. Toujours selon la MAP, ceux-ci doivent répondre des chefs d'accusation de « distribution de tracts », « usage d'armes blanches », « participation à des troubles », « injures » et « incendie de biens publics et privés ».

 Si l’agence n’en dit pas plus, selon nos sources, ce sont plutĂ´t deux filles et cinq garçons qui ont Ă©tĂ© arrĂŞtĂ©s. Ils ne seraient pas baâthistes mais bien d’extrĂŞme gauche. Parmi eux, on retrouve Jalal Qotbi et Mohamed Larbi Jeddi, tous deux dĂ©jĂ  condamnĂ©s Ă  la prison ferme lors de la tristement cĂ©lèbre affaire Zahra Boudkour (soit le procès en 2008 de 18 Ă©tudiants après des manifestations Ă  l’universitĂ© Cadi Ayad de la ville).

 Ainsi que Nasser Hassain, Ă©galement impliquĂ© dans les Ă©vĂ©nements de 2008, et qui aurait Ă©tĂ© arrĂŞtĂ© faucille Ă  la main lors des rĂ©cents dĂ©bordements de Marrakech. Les deux filles en question sont Loubna Afariat et Fatima Zohra FaĂŻz, 23 ans, sans antĂ©cĂ©dents. Elles sont accusĂ©es d’avoir tentĂ© « d’infiltrer » les manifestants.

 D’après la mĂŞme source, ils auraient Ă©tĂ© dĂ©noncĂ©s par leur « mentor », un certain Abdelhaq Talhaoui, 26 ans, accusĂ© auparavant d’avoir, notamment, sĂ©questrĂ© un doyen de facultĂ© Ă  Marrakech (ce qui lui a valu 5 mois de prison ferme en 2009). La version du mouvement du 20 fĂ©vrier est diamĂ©tralement diffĂ©rente.

 EnlevĂ©, tabassĂ© et arrĂŞtĂ©

Pour Badr Eddine Rachdi, un de ses membres, le seul tort des personnes arrêtées consiste en la distribution de tracts appelant à davantage de mobilisation pour de futures sit-ins. D’autant que leur arrestation est survenue le mercredi 23 février, soit bien après la manifestation.

Et le mouvement de crier au scandale quant aux conditions mêmes de ces arrestations, en citant Larbi Jeddi qui aurait été « enlevé » par des policiers en civil. Idem pour Lahcen Bouhmou, qu’on dit avoir été enlevé, tabassé et arrêté avant d’être relâché.

 Les membres du mouvement Ă  Marrakech se dĂ©clarent en grève de la faim jusqu’à ce que « la vĂ©ritĂ© soit rĂ©tablie » et que les garanties d’un procès Ă©quitable soient rĂ©unies. « Nous ne savions mĂŞme pas dans quel tribunal ils allaient ĂŞtre jugĂ©s avant aujourd’hui (mardi 1er mars, ndlr).

 De lĂ  Ă  ce que le procès ne soit pas entachĂ© d’irrĂ©gularitĂ©s... Et vu le caractère gĂ©nĂ©ralement expĂ©ditif de ce genre de procès, il est peut-ĂŞtre dĂ©jĂ  trop tard », confie cette jeune fille membre du mouvement, sous couvert d’anonymat.

 Les vingtfĂ©vrieristes de Marrakech n’en dĂ©mordent pas pour autant. Ă  l’heure oĂą nous mettions sous presse, rendez-vous Ă©tait donnĂ© le 6 mars pour une nouvelle manifestation. Affaire Ă  suivre.

 T.Q

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter