EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
La guerre secrète des lobbys 
actuel n°59, samedi 4 septembre 2010
| More

Par cabinets de lobbying interposés, l’Algérie et le Maroc croisent le fer en attendant que le dossier du Sahara quitte les tiroirs de Christopher Ross.


***

Laâyoune, samedi 28 août, moins d’une heure avant la rupture du jeûne, un groupe de 14 espagnols a profité de la torpeur de l’été pour déployer les drapeaux du Polisario et scander des slogans de soutien aux séparatistes devant le siège de la Minurso. Tancés par la population, ils n’ont dû leur salut qu’à l’intervention de la police qui les a évacués en urgence. Le ministère espagnol des Affaires étrangères a immédiatement réagi à travers un communiqué précisant que les militants espagnols avaient été regroupés sur « recommandation des autorités locales à la Casa España » à Laâyoune, en attendant d’embarquer pour les Canaries.

Bien entendu, les membres de l’association espagnole SaharAcciones, association basée aux Canaries, qui n’avaient pas pris la peine de demander la permission des autorités locales, savaient à quoi s’en tenir : « Nous savions que nous allions nous jeter dans la fosse aux lions », a confié l’un d’eux aux médias espagnols. L'Association canarienne des amis du peuple sahraoui a indiqué que les activistes avaient mené l’opération avec l’aide d’une Catalane, Elizabeth Terrasse, et d’un Mexicain, Antonio Díaz Velázquez, tous deux activistes notoires en poste à Laâyoune pour coordonner des actions de propagande sur le terrain.

 Un joli coup montĂ©

L’opération menée avec soin et qui a débouché sur un clash avec la population a été diffusée en boucle par les médias espagnols, dont certains avaient sorti l’information en temps réel. Un joli coup pour le Polisario et les services algériens devenus maîtres dans l’organisation de ce genre d’événements « spontanés » qui trouvent un large écho dans la presse espagnole. L’affaire Aminatou Haïdar étant toujours dans les esprits. En Espagne, une kyrielle d’associations, gérées indirectement par le Front Polisario, reçoivent des subventions substantielles des gouvernements autonomes d’Espagne. Soit quelque 20 millions d’euros annuels qui ont mis la puce à l’oreille du fisc ibérique. Certaines d’entre elles, à l’instar de SaharAcciones, agissent concrètement pour soutenir ouvertement les Sahraouis de Tindouf. Même chose dans les pays nordiques où les séparatistes ont réussi à coup de pétrodollars algériens à mettre sur place une véritable toile d’araignée qui surveille de près toute l’actualité du Sahara. La Western Sahara Resource Watch (WSRW, basée en Norvège) est spécialisée dans la veille économique et tente de peser sur les groupes internationaux qui s’intéressent à la région. Il y a une semaine de cela, le quotidien britannique The Guardian a publié une lettre adressée à Marius Kloppers, président directeur général de BHP Billiton, dans laquelle WSRW le somme « de mettre fin à l’exportation des phosphates de la région » par Potash Corp, au moment où se précise la prise de contrôle de ce dernier par BHP Billiton. WSRW accuse Potash Corp, la plus grande entreprise d’engrais du monde, « de soutenir fortement le Maroc présent dans une grande partie du Sahara depuis 35 ans ». Sara Eyckmans, coordinatrice internationale de WSRW, a confié au Guardian qu’elle comptait demander « une réunion urgente à BHP pour discuter de la manière dont Potash exporte le phosphate du Sahara depuis des décennies. Nous espérons et nous attendons que tout acquéreur s’attaque à ce problème ». De l’autre côté de l’Atlantique, les Algériens ne s’embarrassent guère de précautions ; l’activité de lobbying étant parfaitement légale, Alger n’hésite pas à débloquer des sommes très importantes pour mener la vie dure à son voisin. Dernier cabinet de lobbying à être recruté par le Polisario, le Independent Diplomat, dirigé par Carne Ross, a déjà reçu un chèque de 461 154 dollars pour le premier trimestre 2010. Une fois n’est pas coutume, l’activisme de Carne Ross n’a pas payé puisque le cabinet qui a tenté d’influencer des sénateurs et députés américains pour « dénoncer l’accord de libre-échange entre le Maroc et l’oncle Sam » s’est fait signifier une fin de non-recevoir. Ces représentants du peuple américain considèrent l’alliance historique et stratégique avec le Maroc comme plus importante que les visées séparatistes de quelques vieux révolutionnaires sur le retour. Quant au cabinet Foley Hoag LLP, payé sur les deniers du contribuable algérien, il s’applique minutieusement à distiller les thèses séparatistes dans les milieux universitaires.

Cette fébrilité « diplomatique » des services algériens est récente. Ce n’est qu’à partir des années 2000 que les Algériens se sont rendu compte que le dossier du Sahara leur glissait entre les mains et que la communauté internationale avait tendance à s’aligner sur la position marocaine. C’est dans ce sens qu’en 2005, le DRS distribuait un document aux cadres du Polisario pour définir les grandes lignes de ce qui sera désormais la communication du Polisario auprès de l’Occident sur le thème de la décolonisation.

 

Une sorte « d'Intifada »

Dans ce document confidentiel, on apprenait notamment comment les agents du Polisario basés en Espagne allaient mener leur campagne de désinformation contre le Maroc. Au menu, des tentatives répétées d’associatifs et de délégations de politiques espagnols pro-Polisario de se rendre à Laâyoune pour donner lieu à des accrochages réguliers avec les forces de l’ordre. L’astuce consiste à
promouvoir, auprès de l’opinion publique espagnole, l’image d’une sorte « d’Intifada » qui secoue sporadiquement les provinces du Sud. Le document détaille point par point la gestion de ces épiphénomènes montés en épingle par des médias acquis aux thèses séparatistes pour maintenir le thème du Sahara dans tous les médias européens.

Réponse (tardive) du berger à la bergère, on peut citer le recrutement de plusieurs cabinets américains dont le cabinet Tew Cardenas chargé, depuis 2007, par le Moroccan American Center for Policy de défendre le projet d’autonomie présenté par le Maroc. Mais d’une manière générale, de source diplomatique officieuse, on reconnaît que le Maroc a bien du retard sur ses ennemis, parce qu’il a trop longtemps fait confiance aux allégations « d’amitié » de certains hommes politiques et autres sénateurs européens et américains connus pour être acquis au Maroc.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter