EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
actuel n°46, samedi 8 mai 2010
| More

A dĂ©faut du grand soir, les islamistes apprĂ©hendent le grand dĂ©part du cheikh. Derrière  cette inquiĂ©tude,  une guerre de succession qui ne dit pas son nom mais surtout une rude bataille pour contrĂ´le run vĂ©ritable trĂ©sor.


Superbement ignoré par le pouvoir qui a laissé au ministère de l’Intérieur le soin de gérer les affaires courantes de la mouvance, cheikh Yassine a le spleen. Maintenant que le grand départ approche (l’homme est très malade et à chaque alerte, ses adeptes s’attendent au pire), le cheikh piaffe, s’agite, multiplie les sorties intempestives. La dernière en date, la lettre adressée, cette fois-ci non pas au roi comme d’habitude, mais aux oulémas, « accusés de trahir leur mission en cultivant le silence sur tous les grands débats qui secouent la société marocaine ». Ces « oulémas de la cour » comme Yassine se plaît à les désigner seraient « coupables de non-assistance à peuple en danger ». Dans sa diatribe contre les hommes de religion, le cheikh tire à boulets rouges sur ces pseudo-exégètes qui laissent la société « se vautrer dans la fange de la débauche, sans lever le petit doigt pour orienter une jeunesse en perdition ».

Et faute de forum, le tribun s’offre le Net. C’est de lĂ  que sont postĂ©es ses diatribes empoisonnĂ©es et ses « lettres Ă  qui de droit », un style Ă©pistolaire prisĂ© par le gourou des islamistes. L’homme raffole de ces accents hugoliens qui lui permettent de dĂ©noncer « l’instrumentalisation de la religion » – on devine par qui...  Pourquoi cette sortie intempestive contre les oulĂ©mas, pourtant simples fonctionnaires du ministère des Habous ? En toile de fond, une guĂ©guerre de contrĂ´le des mosquĂ©es qui ne dit pas son nom. En effet, non seulement l’ex-compagnon de route qu’est Ahmed Toufiq a pris un malin plaisir Ă  Ă©pingler, un Ă  un, les imams affiliĂ©s Ă  la jamaâ, mais il les a tous poussĂ©s vers la sortie. Et depuis, tous les candidats qui ont la moindre sympathie pour les idĂ©es radicales du cheikh sont systĂ©matiquement Ă©cartĂ©s de postes de responsabilitĂ© au sein des Habous quand ils ne sont pas carrĂ©ment licenciĂ©s. Que reste-il au cheikh ? On dit que « l’amour de Dieu est gratuit ». Celui de Yassine est payant : pour faire partie de ces privilĂ©giĂ©s Ă  qui le cheikh a promis le paradis, il faut passer Ă  la caisse. Contrairement Ă  ce que l’on croit, le cheikh apprĂ©cie le luxe dans ce bas monde ; pour parler simplement, il aime immodĂ©rĂ©ment l’argent. Le nerf de la guerre fait partie de ses prioritĂ©s.

Dons, cotisation des membres, zakat al fitr, aumône légale et « al ataa bissakhaa », que l’on peut traduire par « don avec générosité » ; le sport préféré de Yassine consiste à tester la foi de ses adeptes par une sorte de concours à « celui qui donnera le plus » ! Que sait-on de cette manne ? Plus encore que le programme politique de la jamaâ, le montant de la fortune de cheikh Yassine relève du tabou. Même ses lieutenants les plus proches qui profitent eux aussi du magot, n’ont pas le droit d’en savoir plus.

L’argent du hashich « cachérisé »

Yassine serait très riche puisque que c’est en mains propres qu’il reçoit l’argent avant de charger ses proches ou ses lieutenants de placer telle somme dans l’immobilier, telle autre dans l’achat d’une Ă©picerie, d’un entrepĂ´t, voire mĂŞme d’une usine. MĂŞme la promotion immobilière n’échappe pas aux financiers de Yassine qui ont trouvĂ© lĂ  un filon inespĂ©rĂ©, puisqu’il suffit de construire un lotissement dans n’importe quelle ville du Maroc, Ă  SalĂ© ou Ă  Tanger par exemple, et de revendre les appartements par le biais d’un « crĂ©dit halal » essentiellement accordĂ© Ă  des gens de confiance. Il y a mĂŞme l’argent du haschich qui est « cachĂ©risé » par la simple bĂ©nĂ©diction du cheikh ! En tĂ©moigne l’amitiĂ© qui liait Yassine au fameux baron de la drogue, Binlouidane, chez qui Yassine passait les vacances d’étĂ©. La technique du prĂŞte-nom fonctionnant Ă  merveille, les services de renseignement se sont cassĂ©s les dents Ă  essayer de remonter les filières pour tenter de contrĂ´ler les financements de la mouvance. Quant aux dissidents internes qui rĂ©clament la transparence dans les comptes de la jamaâ, ils sont tout simplement mis en quarantaine ou carrĂ©ment expulsĂ©s par les sbires du cheikh. « Avant sa mort, Mohamed El Bachiri qui Ă©tait prĂ©sentĂ© comme le successeur le plus probable de cheikh Abdessalam Yassine, avait Ă©tĂ© brutalement Ă©vincĂ© de l’association après lui avoir reprochĂ© d’avoir osĂ© demander des comptes au cheikh sur la façon dont il dĂ©pensait l’argent de la jamaâ », explique  SaĂŻd Lakhal.

Associations françaises noyautées

L’islamologue explique que l’essentiel du financement d’Al Adl provient de l’étranger. A l’étranger, les recruteurs de Yassine font des merveilles. En quelques décennies, ils ont su récupérer politiquement les « MRE en perte de repères » dans une lutte de représentations sur le thème du « droit à la différence », doublée d’une rhétorique « victimaire » qui contraint tout ce beau monde à la clandestinité.

Résultat, ce sont des milliers de candidats à la réislamisation des mœurs que les activistes de Yassine ont recruté à tour de bras dans les capitales occidentales. En France, même les associations pourtant bien contrôlées comme la FNMF, l’une des deux plus grosses structures de représentation de l’islam de France, sont noyautées par plusieurs structures qui travaillent pour Al Adl, au sein de la centaine d’associations qui forment la fédération. Si le prosélytisme religieux est discret, ce qui intéresse Yassine et ses lieutenants, c’est un marché de la viande halal évalué annuellement, uniquement en France à 1,5 milliards d’euros. Quand elles ne sont pas directement sous la coupe des adlistes, les boucheries halal sont souvent « invitées » à verser une sorte « d’impôt islamique » à différents réseaux islamistes (dont la mouvance de Yassine) installés en France, d’après les rapports de la DST française ou des services secrets espagnols.

En Europe comme en Amérique, Al Adl garde secret le nombre de ses militants. Ce qui n’empêche pas les filiales « jeunes », « femmes », « syndicats » de noyauter de nombreuses structures musulmanes dans ces pays. Derrière cet amour de l’argent, on retrouve le goût du pouvoir qui n’a jamais quitté Yassine. « La perfection évangélique ne conduit pas à l’Empire », pensait de Gaulle. L’argent permet peut-être de s’en consoler, répondrait Yassine.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter