EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
USFP Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
actuel n°132, vendredi 9 mars 2012
| More

A l’USFP, on ne voit plus la vie en rose. Le retour à l’opposition n’est pas chose aisée, et les rivalités personnelles relèguent au second plan l’impératif de restructuration du parti.


 

Un malheur ne vient jamais seul, dit l’adage. C’est bien le cas Ă  l’Union socialiste des forces populaires (USFP) qui, après sa dĂ©bâcle Ă©lectorale du 25 novembre 2011, a optĂ©, sous la pression de  sa jeunesse enhardie par le Printemps arabe, pour une cure d’opposition. L’objectif Ă©tant de tenter de faire peau neuve d’ici la fin du mandat de Abdelilah Benkirane. La situation du parti ne fait toutefois que se compliquer jour après jour. Après quatorze annĂ©es d’exercice du pouvoir, le parti ne semble guère enthousiaste dans un rĂ´le d’opposant oĂą il semble naviguer Ă  vue, peinant encore Ă  se dĂ©marquer pour ne pas se voir relĂ©guĂ© au rang de force politique de deuxième division. Dans une telle ambiance, les conflits personnels remontent Ă  la surface, et jettent davantage de discrĂ©dit sur un parti qui ressemble dĂ©sormais Ă  un grand corps malade.

 

Egos surdimensionnés

PrĂ©visible selon plusieurs observateurs, la polĂ©mique sur l’avenir de l’USFP n’attendait qu’un prĂ©texte pour prendre de l’ampleur. L’annonce de la dĂ©mission d’Ahmed ZaĂŻdi de la prĂ©sidence du groupe socialiste Ă  la première Chambre aura suffi pour mettre au grand jour les maux du parti. Une dĂ©mission  sur fond de divergences avec d’autres tĂ©nors parlementaires, notamment Abdelhadi KhaĂŻrate et Driss Lachgar. Ces derniers souhaitent manifester une opposition virulente Ă  l’égard du gouvernement PJD, tandis que ZaĂŻdi, lui, prĂ©conise une approche plus retenue, moins spectaculaire et plus constructive. Des divergences de vues qui ont sautĂ© aux yeux dès la session consacrĂ©e Ă  l’élection du prĂ©sident de la première Chambre. Une occasion saisie par le tonitruant KhaĂŻrate qui a fustigĂ© de manière théâtrale la « violation » de la Constitution en raison de la candidature de Karim Ghellab au perchoir, alors que celui-ci Ă©tait toujours ministre dans le gouvernement sortant. D’autres coups de théâtre, moins fracassants, ont suivi depuis. « Il est tout Ă  fait naturel que cela arrive. Le groupe parlementaire composĂ© de 39 dĂ©putĂ©s comprend de grandes figures du parti, notamment 10 membres du bureau politique et plusieurs anciens ministres », commente un militant de la jeunesse ittihadie. Ce qui fait beaucoup trop d’égos Ă  gĂ©rer pour ZaĂŻdi. Lequel, bien qu’il se refuse Ă  l’avouer, s’est senti gĂŞnĂ© par ces Ă©lectrons libres qui dĂ©rangent, et n’a eu d’autres moyens d’imposer une certaine autoritĂ© qu’en brandissant la menace de sa dĂ©mission. Coup de com’ ? « Cette histoire est terminĂ©e. La dĂ©mission de M. ZaĂŻdi a Ă©tĂ© rejetĂ©e Ă  l’unanimitĂ© par les membres du bureau politique », affirme Fathallah Oualalou, membre du bureau du parti pour qui « les choses sont rentrĂ©es dans l’ordre… et il n’y a pas lieu de parler de crise ou de tensions ». Un point de vue loin d’être partagĂ© par la jeunesse du parti, pour qui les rĂ©cents dĂ©veloppements ne font que traduire une « guerre de positions » entre les faucons du parti, comme les qualifie Oussama El Khlifi. Avec en toile de fond le  dĂ©part, quasi officiel, de Abdelouahed Radi, content de profiter de sa retraite Ă  la tĂŞte de l’Union parlementaire internationale, mais qui aiguise les appĂ©tits. « ZaĂŻdi veut en profiter pour briguer le commandement du parti. Il veut se refaire une virginitĂ© Ă  travers cette dĂ©mission », murmure-t-on parmi la jeunesse du parti. « Il est l’un des responsables de l’ancienne phase. Il avait son mot Ă  dire en termes organisationnels et doit assumer sa responsabilitĂ© dans les mauvais rĂ©sultats obtenus aux lĂ©gislatives. Au lieu de vouloir attirer l’attention sur lui de la sorte, il ferait mieux de partir », ajoute notre source. ContactĂ© par actuel, l’intĂ©ressĂ© n’a pas souhaitĂ© s’exprimer.

Opposition folklorique ?

Cette guéguerre entre parlementaires pourrait bien n’être que l’arbre qui cache la forêt. Même si personne ne veut le reconnaître au sein de l’USFP. « Nous recherchons dans la sérénité la méthode qui va nous permettre d’exercer une opposition qui soit crédible. Après plus d’une décennie au pouvoir, le parti répond aujourd’hui au choix du peuple marocain en revenant à l’opposition », veut croire Oualalou. Même sentiment chez Habib El Malki, également membre du bureau politique, qui soutient que « l’opposition doit se construire ». Difficile à croire cependant quand « l’opposition » exercée par l’USFP se cantonne à de rares sorties médiatiques fustigeant les actes du gouvernement, et particulièrement de sa composante pjdiste. Des coups de gueule, somme toute. Dernier en date, celui de Mohamed Elyazghi contre Benkirane, affirmant à la presse qu’il « ne pardonnera jamais à ce dernier le fait d’avoir conduit une marche de protestation le jour du procès des assassins de Omar Benjelloun ». « Nous rejetons l’actuelle forme d’exercice de l’opposition. Nous voulons une opposition fondée sur une vision et un projet, et non pas une critique juste pour la critique », martèle El Khlifi. Le parti semble en effet davantage dans une logique de « non-participation au gouvernement », plutôt que dans une logique de véritable opposition.

 

Renouvellement hypothétique

A cela s’ajoute le fait que l’USFP se gardera bien de critiquer tous les dossiers. Car, après leur départ du gouvernement El Fassi, les socialistes sont conscients d’avoir laissé derrière eux en héritage quelques dossiers sulfureux qu’il convient de laver en toute intimité. Les députés socialistes évitent ainsi d’évoquer les dossiers qui fâchent. Un comportement critiqué par la jeunesse du parti. « S’ils agacent trop le PJD, celui-ci pourrait bien leur sortir quelques cadavres du placard ! », confirme un observateur.

Les militants de base réclament la tenue d’un 9e congrès national, de toute urgence. Une demande partagée par les cadres. « Maintenant que nous ne sommes plus au gouvernement, nous devons urgemment tenir ce congrès, que j’appellerai volontiers le congrès du sauvetage du parti », avait déclaré M. Zaïdi. « Nous tenons un conseil national en avril prochain et ce sera l’occasion de fixer une date pour le prochain congrès », confirme Fathallah Oualalou. La course a déjà démarré. Driss Lachgar, Lahbib Malki, Fathallah Oualalou, et le démissionnaire de la présidence de l’équipe parlementaire, Ahmed Zaïdi, se rangent au côté des favoris, au grand dam d’une jeunesse avide de renouvellement. Celui-ci ne semble pourtant guère d’actualité. D’aucuns appellent de leurs vœux l’émergence d’une nouvelle tête. L’ex-ministre de l’Industrie et des Nouvelles Technologies, Ahmed Réda Chami, pourrait l'incarner. Mais la tâche s’annonce rude face aux faucons.

Ali Hassan Eddehbi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter