EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Chabiba Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
actuel n°99, vendredi 17 juin 2011
| More

Histoire d’une révolte presque inaperçue, la fronde des jeunes de la Chabiba n'est pas près de s'arrêter. Récit d'un conflit interne qui prend de l'ampleur.


***

On serait tenté de croire que rien ne va plus dans les rangs de l’USFP. Au contraire de certains partis qui ne laissent apparaître que rarement leurs conflits internes, les Usfpéistes, eux, lavent leur linge sale en famille… et en direct.

 

Les dissensions qui règnent dans ce parti historique sont sans précédent, et tournent autour de la jeunesse du mastodonte. Taher Abouzaïd, un membre de cette même jeunesse, ne décolère pas.

« La jeunesse USFP est devenue un outil de règlement de comptes, utilisé par plusieurs personnes, au sein du bureau politique et même ailleurs. La question qui se pose est : qui pourrait s’emparer de l’organisation pour la canaliser et l’utiliser lors du 9e congrès du parti ? »

Tout a commencé un certain 20 février, ou plutôt lors des préparatifs de ce mouvement. Les membres de la jeunesse, pour leur plus grande majorité, ont clairement apporté leur soutien aux vingtfévrieristes alors que Ali Elyazghi, le secrétaire général de l’organisation, s’est dit contre une pareille initiative.

Taher Abouzaïd raconte : « Il s’est prononcé devant les medias déclarant que ce mouvement ne représentait pas l’opinion de la jeunesse marocaine et avait des fins antinationalistes. »

Et loin de s’en tenir là, Ali Elyazghi aurait « essayé en vain d’inciter les jeunes Usfpéistes à boycotter les marches et les sit-in du mouvement ». De son côté, Mezouari Mehdi, secrétaire général-adjoint de la jeunesse ittihadie, réplique : « Nous sommes pour que les changements et les réformes suivent les voies démocratiques et soient revendiqués, entamés, suivis et réalisés au sein d’institutions, et non pas dans la rue. »

Quelque temps après la première manifestation, une réunion entre le bureau politique du parti et le bureau national de la jeunesse, présidée par le premier secrétaire du parti lui-même, Abdelouahed Radi, a été organisée.

Cette rencontre avait pour objectif de débattre de l’avenir de la Chabiba, des préparatifs du congrès et de la position à tenir quant au Mouvement du 20 février. Ali Elyazghi et quelques membres de la jeunesse étaient alors aux abonnés absents et il fut décidé « de travailler en mode collégial sans Ali Elyazghi, le secrétaire général, parce que celui-ci, selon les membres présents lors de cette réunion, s’était tacitement mis hors de l’instance exécutive de l’organisation », affirme Taher Abouzaïd.

La guéguerre des roses

Privés de la tête de la jeunesse et souhaitant contribuer massivement au Mouvement du 20 février, alors que le secrétaire général traînait des pieds, des jeunes de l’USFP, notamment des jeunes du groupe Omar Benjelloun, ont créé une alternative au sein même du parti : le groupe « Usfpéistes du 20-Février ».

Ce groupe a alors organisé une rencontre financée et coordonnée par le bureau politique de l’USFP himself. Avec une affluence record de participants (plus de 500 personnes), la rencontre ne s’est pas déroulée sans encombre.

Les jeunes ont empêché Abdelouahed Radi, le premier secrétaire du parti, ainsi que son bureau politique, de participer à l’inauguration de la rencontre qu’ils avaient eux-mêmes financée ! Taher commente : « Le secrétariat de la rencontre, qui coordonnait avec les leaders de l’USFP, a été surpris par les appels au départ du bureau politique et les slogans lors de l’ouverture demandant à Radi et aux autres membres du bureau politique de dégager, puis de continuer, le deuxième jour de la rencontre, Ali Elyazghi, se sentant dépassé par les événements, a organisé, avec quelques dizaines de jeunes, un sit-in devant le siège national de l’USFP.

Les slogans étaient les mêmes que ceux de l’ouverture de la rencontre ''Bureau politique dégage''. » ça sent la révolution interne. Mezouari Mehdi nous dit à ce propos : « Je fais partie de la dynamique qui a revendiqué le départ du bureau politique devant le siège du parti (en compagnie d’Elyazghi, ndlr).

La ligne de direction de l’USFP est en total déphasage avec la réalité actuelle politique du Maroc et les changements souhaités par tout un chacun. D’ailleurs, nous sommes les jeunes du parti et personne ne prend notre avis lors des prises de décision. » L’USFP va-t-il connaître son propre 20-Février ?

La jeunesse s'exprime

« Les jeunes veulent imposer leur représentativité de la jeunesse au sein du parti mais ils veulent aussi que cela se fasse dans la légitimité. Donc ce débat aura lieu au conseil national du parti, et non lors du congrès de la Chabiba prévu prochainement.

Il ne faut pas se révolter contre le bureau politique mais contre les mentalités qui marginalisent le rôle des jeunes dans tout le parti », affirme Taher. Et comment en arriver à ce résultat ? Deux mots forment l’essentiel de la réponse de Taher : « La pression et le lobbying durant les réunions et durant le conseil national. »

Mehdi Mezouari, quant à lui, affirme : « Les jeunes veulent un renouveau des leaders, du discours et des organes de prise de décision. L’USFP doit maintenir une ligne politique rigoureuse et avoir un peu de courage pour pouvoir accompagner les changements qui s’annoncent. En fin de compte, ce n’est pas un changement générationnel que nous demandons, mais bel et bien que l’avis des jeunes soit pris en compte effectivement. »

Vingtfévrieristes ou pas, les jeunes socialistes trépignent. Sauront-ils maintenant trouver leur place dans les campagnes qui s’annoncent ?

Amine Amerhoun

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter