EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Qui veut la peau de Chabat 
actuel n°146, vendredi 15 juin 2012
| More

L’inoxydable maire de Fès et tout-puissant prĂ©sident de l'UGTM accumule les dĂ©boires. Ses ennemis se multiplient et la guerre de succession pointe. 


 

Chabat serait-il devenu le nouveau pestiféré de la classe politique ? Celui que tout le monde courtisait ardemment ne rassemble plus les foules. Empêtré dans plusieurs procès impliquant ses fils, le tribun de l'Istiqlal continue certes de ruer dans les brancards mais apparemment sans grande conviction. Après Nabil et Yassine qui ont leur lot de démêlés avec la justice, est venu le tour de Naoufal, le fils aîné, qui a été condamné début mai à trois ans de prison ferme pour détention et trafic de cocaïne. Et ce, au moment où le procès de Nidal, le fils cadet du maire de Fès accusé de détenir une voiture importée de l’étranger avec des documents administratifs falsifiés, est toujours en cours. Alors que Chabat se prépare à parer d'autres coups bas, la question de savoir qui veut la peau de l’édile de Fès, à la réputation sulfureuse, revient avec insistance.

 

Une affaire aux relents politiques ?

Comment Chabat, vĂ©ritable vedette politique, est-il devenu subitement l’homme Ă  abattre ? Quand on cherche Ă  dĂ©crypter ces procès Ă  rĂ©pĂ©tition, la rĂ©ponse n’est guère Ă©vidente. Les fils Chabat ne sont pas des enfants de chĹ“ur. Comme la plupart des enfants des puissants, ils vivent dans l’impunitĂ© absolue, et leurs frasques Ă  Fès relèvent du domaine public. « Il n’est pas exclu qu’ils se situent souvent Ă  la limite de la lĂ©galitĂ© mais, sur un point au moins, Chabat a raison de dĂ©nigrer le principal tĂ©moin citĂ© dans le procès de Naoufal pour trafic de drogue : le dĂ©nommĂ© "Zyatra", un personnage interlope, tantĂ´t indicateur de police tantĂ´t dealer. D’autant plus que tout le monde sait qu’à Fès, Chabat est trop craint pour que quiconque s’avise de tĂ©moigner contre lui », explique une source judiciaire locale. Les arguments de campagne Ă©lectorale reviennent souvent dans la bouche du maire de Fès qui rappelle que le scĂ©nario est dĂ©sormais classique. A l'approche de chaque Ă©chĂ©ance Ă©lectorale, « une affaire Chabat », avec un procès Ă  la clĂ©, est servie Ă  l'opinion publique. Les faits semblent lui donner raison, puisque les communales qui s'annoncent très serrĂ©es reprĂ©sentent dĂ©sormais un duel impitoyable pour toutes les formations politiques, en raison des enjeux financiers et politiques Ă©normes du dĂ©coupage rĂ©gional qui devrait prĂ©cĂ©der les Ă©lections locales. Pour le maire, il n’y a pas de doute, c’est le PAM qui est  derrière la campagne qui le vise. Ilyas El Omari est citĂ© nommĂ©ment comme Ă©tant l’instigateur des « harcèlements » dont sont victimes les membres de sa famille. Ce dernier a d’ailleurs demandĂ© que le ministre de la Justice et des LibertĂ©s, Mustafa Ramid, fasse une enquĂŞte sur les propos de Chabat qui a Ă©mis de gros doutes au passage sur l’intĂ©gritĂ© des juges de Fès.

Le secrétaire général du PAM, Mustapha Bakkoury a, de son côté, demandé officiellement des éclaircissements sur les propos de Hamid Chabat.

Chabat a-t-il de nombreux ennemis ? Il s'agit-là d'un doux euphémisme puisque l'homme, d'une intelligence machiavélique, traite avec tout le monde. Mais il ne se prive pas de mouiller ses partenaires que ce soit en politique ou dans les affaires. « La plupart des ennemis les plus farouches de Chabat faisaient partie de ses intimes dans la gestion des affaires communales et s'ils brûlent tous d'envie de faire tomber leur ancien patron, ils n'ont pas le courage de franchir le pas en raison de leur implication dans les montages financiers douteux de la mairie. Et cela vaut autant pour la majorité que pour l'opposition », affirme un conseiller de l'opposition.

 

Chahuté même au sein de l’Istiqlal

Même à l'intérieur de son propre parti, l’Istiqlal, Chabat n'a pas que des amis, loin de là. La lutte pour la prise de pouvoir entre plusieurs clans a amené son lot de vengeances. Le remaniement des instances dirigeantes du parti au cours du prochain congrès réservera certainement des surprises au patron de l'Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM), de plus en plus chahuté par les bases.

Samedi dernier, c'est Ă  l'ouverture du congrès rĂ©gional de KĂ©nitra pour dĂ©signer les congressistes et les membres du conseil national qui trancheront sur la question de la succession Ă  Abbas El Fassi, que la popularitĂ© de Hamid Chabat a Ă©tĂ© mise Ă  rude Ă©preuve.  Abdellah Bekkali, qui devait prĂ©sider les travaux du congrès, a dĂ» battre en retraite devant la charge violente des anti-Chabat qui ont accusĂ© la direction du parti « de chercher par tous les moyens Ă  faire passer des congressistes Ă  la rĂ©putation sulfureuse qui roulent pour Chabat ».  LĂ  aussi, une certaine aigreur parmi les  camarades de Chabat dont beaucoup ne voient pas d’un bon Ĺ“il l’hĂ©gĂ©monie de ce « parvenu » sur le parti des « Fassis » au moment oĂą Abbas El Fassi est contraint de rendre le tablier. Chabat a-t-il une chance de succĂ©der Ă  ce dernier Ă  la tĂŞte de l'Istiqlal ? « Certainement pas, puisque non seulement l’homme a besoin de la bĂ©nĂ©diction du Palais, mais il doit de plus avoir raison du mĂ©pris des grandes familles qui tiennent l’Istiqlal », analyse un cadre du parti. Reste au puissant patron de l’UGTM le loisir de placer ses hommes au bureau politique et Ă  la jeunesse du parti.

 

Des dossiers explosifs

Cela fait certes beaucoup d’ennemis en face de Chabat, qui ont presque tous un compte personnel Ă  rĂ©gler avec le locataire de la mairie de la capitale spirituelle, mais ils ne sont pas les seuls. L'Ă©dile de Fès, qui traite d’égal Ă  Ă©gal avec les gros requins de l’immobilier, aurait des soucis Ă  se faire maintenant que le foncier est l’objet d’enjeux Ă©normes dans la province. RĂ©glements de compte sur fond de dossiers immobiliers ? Possible. Plus qu’ailleurs, Ă  Fès, en raison de la proximitĂ© de la route du kif, sur le terreau favorable de l’immobilier, se dĂ©veloppent, sous la forme de rĂ©seaux d’influence, des associations informelles entre des personnalitĂ©s du monde du haschich, des affairistes, des fonctionnaires et des Ă©lus. Ici, pour l’acquisition d’un terrain, l’obtention de dĂ©rogations, la rĂ©alisation d’une promotion immobilière juteuse, le blanc-seing du maire et celui du wali sont incontournables.  On retrouve dans ce système opaque oĂą règne une forte omerta, des hommes de main, des promoteurs immobiliers qui ne sont pas forcĂ©ment ripoux mais qui ferment les yeux sur l’origine de l’argent dĂ©bloquĂ© par leurs donneurs d’ordre, des banquiers, des fonctionnaires de l’urbanisme. Sans oublier les policiers qui feignent d'ignorer ces transactions douteuses... Contrairement aux mafias Ă©trangères, Ă  de rares exceptions près, nos barons du haschich n’ont pas recours Ă  la terreur pour faire rĂ©gner leur loi, mais tiennent tout le monde Ă  distance grâce Ă  la corruption.

A un certain niveau d’investissement, l’argent sale recyclé dans ces affaires « légales » prend forcément une autre couleur. « C’est à une sorte de Monopoly géant auquel se livrent les narcotrafiquants qu’ils soient de Taounate ou de Ketama ; les hommes d’affaires et les hommes politiques, achetant des biens immobiliers, des commerces divers , des pans entiers de l'économie locale sont peut-être gangrenés par l'argent sale mais qui peut le prouver, histoire de s’attaquer à la pieuvre ? », se désole un gradé de la police qui a récemment quitté la capitale spirituelle. Finalement, si à Fès, Hamid Chabat détient toujours un pouvoir absolu, les rancœurs accumulées au cours d'une gestion communale autocratique de plusieurs décennies et une culture de fier-à-bras du syndicalisme ont fini par exacerber la guerre de succession déjà ouverte à la tête de la mairie.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter