EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Formation du gouvernement :  Dernière ligne droite
actuel n°121, vendredi 16 décembre 2011
| More

Le gouvernement de Benkirane sera moins resserré que prévu. Il comptera vingt-neuf membres, avec un nombre réduit de secrétaires d'Etat. Le PJD devrait hériter d'un super portefeuille avec tous les départements à caractère social et notamment la Santé, l’Education nationale, la Justice, l’Habitat, l’Emploi, la Famille et la Solidarité, la Culture, la Jeunesse et les Sports.


 

Semaine particulièrement studieuse pour Abdelilah Benkirane qui n’a pas eu le temps de souffler, passant d’une réunion à l’autre. Maintenant, au moins, il sait où il va. Son plan est simple : agir vite, avec efficacité, et autant que possible, démarrer sa législature avec un consensus sur les fondamentaux de la politique du PJD.

« Le PJD a une volonté de changement profond de la manière de gouverner. L’heure est au rassemblement des énergies, des bonnes volontés de tout le monde, c’est pour cela que les tractations prennent autant de temps », explique l’intéressé.

Le patron des islamistes prône « l'écoute des gens d'en bas, l'ouverture aux autres formations politiques dont celles de l’opposition, et enfin le renouvellement du personnel politique ». La réalité est beaucoup plus prosaïque : croulant sous le poids des multiples demandes de ministrables au sein de sa coalition, le nouveau chef du gouvernement n’a eu d’autre choix que d’élargir la fourchette du nouveau gouvernement.

D’après Benkirane, le nombre de ministres et secrétariats d’État du prochain cabinet devrait se situer entre 25 et 30. « La formation d'un gouvernement restreint avec 20 ministères et secrétariats d’État avait été débattue au sein du parti, dans un souci d'efficacité et de réduction des charges financières. Toutefois, la réalité des choses, l'évaluation des moyens disponibles et le souci de former un cabinet efficient nous ont amenés à opter pour un gouvernement de 25 à 30 portefeuilles », explique Benkirane.

 

Dernières retouches

Selon un proche de Abbas El Fassi, « l'objectif principal de ce nouveau gouvernement plus élargi est de montrer que la majorité resserrée autour des islamistes et de l’Istiqlal est unie quand l’opposition menée par la gauche reste désunie ».

Plutôt satisfaits de la tournure des tractations, les patrons des partis participant au prochain gouvernement ont ainsi bouclé la première étape des négociations, avant d'entamer un second round avec le nouveau chef de l'exécutif.

Il s’agit d’apporter les dernières retouches à l'architecture du prochain exécutif qui sera décliné entre ministères dits de souveraineté, départements productifs et secteurs sociaux. Sur le fond, il n’y a pas de changements majeurs si ce n’est que les commissariats au Plan, aux Eaux et Forêts et à l’Administration pénitentiaire, vont être absorbés par leurs ministères de tutelle.

La Culture et la Communication seront regroupĂ©es dans un seul ministère. Alors que la PĂŞche disposera d’un ministère Ă  part entière et que l’Agriculture retrouvera une indĂ©pendance qu’elle avait perdue sous le  gouvernement El Fassi. Le ministère de l’Energie, des Eaux et des Mines signera l’arrĂŞt de mort d’offices comme l’ONEP.

 

L'Intérieur divisé en deux

Autre nouveauté, le chef du gouvernement aura un adjoint ; on parle déjà de Abdellah Baha, un fidèle lieutenant de Benkirane comme vice-président du gouvernement.

Et si le département des Habous devrait rester l’apanage du roi, comme nous l’a confirmé Benkirane lui-même, les ministères de l’Intérieur et des Affaires étrangères peuvent très bien revenir – comme ce fut toujours le cas – à des personnalités sans étiquette politique.

« Je ne peux rien dire pour le moment. Mais je vous donne quand même un avant-goût : ces départements seront conduits par des ministres que je proposerai au roi. Je ne peux pas vous dire s’ils auront ou pas une étiquette politique », a répondu, laconiquement, Benkirane.

En fait, les islamistes verraient bien l’Intérieur divisé en deux départements distincts : l’un consacré à l’Administration territoriale et l’autre aux Collectivités locales. On aurait ainsi un ministère de l’Intérieur proprement dit, et un secrétariat d’État chargé des Collectivités locales. Les états-majors des partis ont été invités à travailler chacun sur « sa liste ».

La rumeur indique que le gouvernement pourrait être rendu public en cours de semaine. Outre celui de Mohand Laenser pressenti pour s’occuper de l’Intérieur, des noms ont commencé à filtrer, comme celui de Nabil Benabdallah qui lorgne sur le département du Tourisme, ou encore « la camarade » Gejmoula, qui pourrait prendre la place de Latifa Akharbach à la tête du secrétariat d’Etat aux Affaire étrangères.

Le nom de Abdelwahed Souhaïl, un autre patron du PPS, circule à propos du Trésor. Le Mouvement populaire, qui est désormais assuré d’obtenir cinq portefeuilles ministériels, dont l'Agriculture, l'Energie et l'Equipement, compte placer son secrétaire général à l'Intérieur.

C’est au niveau du parti de l’Istiqlal que les choses sont moins claires. Si Ghallab a réussi à rebondir en se positionnant comme le candidat idéal à la présidence du Parlement, Yasmina Baddou et Taoufiq Hejira n’ont apparemment aucune chance de revenir au pouvoir.

Nizar Baraka, donné favori pour devenir calife à la place du calife, en remplaçant Abbas El Fassi à la tête du parti, voit ses chances augmenter de rafler un maroquin. Restent les Abdellah Bakkali, Abdelkader Kihel, Abdeljebbar Rachdi, Khadija Zoumi, Rehhal Mekkaoui, Abdessamed Kiouh…

 

Pas de coalition en vue avec l'UC

Surprise de dernière minute, dans la soirée du lundi, Abdelilah Benkirane s'est vu contraint de recevoir le secrétaire général de l’Union constitutionnelle qui lui rendait visite au siège de son parti à Rabat.

Mohamed Labied a bien tenté de vendre le soutien de l’UC aux islamistes. Mais non seulement le gouvernement, avec ses 217 députés plus les 9 autres issus de petites formations, détient une majorité confortable, de plus l’Istiqlal et le PPS qui ont trop souffert des piques des députés de l’UC ont opposé un niet catégorique à la coalition avec ce parti.

Les discussions et tractations devaient se poursuivre durant le week-end. Et des changements d'affectation de dernière minute ne sont pas à exclure. De quoi mettre à vif les nerfs des nombreux aspirants ministres qui se pressent au portillon

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter