EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Election au perchoir:  Radi sous tension
actuel n°43, samedi 17 avril 2010
| More

L’ouverture de la session printanière de la troisième annĂ©e lĂ©gislative a donnĂ© le ton. Les dĂ©putĂ©s de l’opposition affĂ»tent leurs armes et les parlementaires  de la majoritĂ© s’attendent Ă  une session particulièrement animĂ©e.


***

L'élection de Abdelwahed Radi à la tête du Parlement a été tout sauf une partie de plaisir pour le numéro un de l’USFP. L’ex-ministre de la Justice, qui avait pourtant le soutien des députés de la majorité, s’en est sorti de justesse au second tour avec 119 voix contre 76 pour Saâd Eddine Othmani, le numéro deux du Parti de la justice et du développement (PJD) qui le talonnait de près. Et alors que 36 bulletins ont été considérés nuls sans compter les 94 parlementaires qui ont séché le vote. Déjà l’ambiance de ce vendredi matin ne prêtait pas à l’optimisme tant les incertitudes pesaient sur l’issue du vote, malgré le sourire de circonstance du favori.

Ce dernier tentait de minimiser la démobilisation de ses troupes et la détermination farouche des islamistes. Lesquels, une fois n’est pas coutume, ont été soutenus par des députés d’autres formations, puisque le score de Othmani dépasse de loin les votes des 46 députés du PJD. Selon un parlementaire de la gauche : « Il ne faut pas croire que Radi a fait le plein avec le vote des députés USFP, il y en a beaucoup qui ne cautionnent pas le retour de Radi au Parlement pour des motifs divers. L’absence de Derham qui n’a pas daigné faire le déplacement en est un exemple. »

C’est d’ailleurs sur ce point que se sont focalisés les débats de la réunion qui s’est tenue le vendredi précédent avec les députés USFP, au cours de laquelle Radi, irrité par les critiques, a quelque peu perdu son sang-froid. « J’ai largement le temps pour m’occuper de chaque chose, je ne suis pas quelqu’un qui salonne et je ne passe pas mes soirées à faire la fête ! », s’est emporté l’homme qui répondait aux critiques du député Oulad Hamou concernant la promesse ferme de quitter le ministère de la Justice pour se consacrer entièrement au parti.

Une autre forme d'opposition

Quant aux députés du PAM, ils ont reçu pour consigne de s’abstenir, se préparant à une opposition musclée au sein du Parlement comme l’a promis récemment Biadillah. à la veille de la rentrée parlementaire, la formation de Fouad Ali El Himma a menacé le gouvernement de passer à une autre forme d’opposition.

Dans un communiqué rendu public à l’issue d’une rencontre tenue la semaine dernière avec ses députés en préparation de la session parlementaire, le PAM a enterré « le soutien critique » au gouvernement El Fassi pour passer à « une pratique de l’opposition au sein du Parlement qui doit rester fidèle aux principes et constantes du parti en tant qu’opposition constructive et responsable ».

Le discours protocolaire consacrant la rentrée parlementaire n’a pas démenti les pronostics. Radi a réaffirmé le caractère crucial de cette session en appelant les députés à plus de responsabilité politique.

Dans son allocution, le nouveau maître des lieux a estimé que la promotion de l'action parlementaire « est tributaire de la lutte contre l'absentéisme lors des séances plénières ou des réunions de commissions, et du rapprochement des préoccupations des citoyens, en vue de restaurer la confiance en l'action partisane et politique en général ». « Un dur labeur nous attend, notamment en matière de législation et de contrôle de l'action gouvernementale, outre l'examen des questions qui intéressent l'opinion publique et l'intérêt national », a soupiré Radi.

L’homme ne croit pas si bien dire, la rentrée parlementaire de ce printemps est celle de tous les défis. Sur le plan du travail législatif, le Parlement a sensiblement relevé le niveau d’analyse des projets et propositions de lois, en commissions et en séances plénières, dans le but de produire des lois d’une meilleure qualité, tant du point de vue de la forme que du fond.

Les questions orales et écrites, adressées au gouvernement, sur tous les sujets qui préoccupent les citoyens ou qui sont d’un intérêt sensible pour la vie de la nation, ont été revues à la hausse. Le contact avec les communautés de base a également été au centre des actions. La session qui s’est ouverte vendredi est donc celle de tous les enjeux politiques. Abbas El Fassi, qui devra péniblement s’acquitter de la corvée de présentation du bilan de demi-mandat de l’exécutif, s’apprête à passer un bien mauvais quart d’heure à présent que le PAM s’est mis en tête de mener la vie dure au gouvernement.

Parmi les dossiers brûlants inscrits à l’ordre du jour de cette nouvelle session, on peut citer le blocage du dialogue social et le ras-le-bol des syndicats. à la veille d’un 1er mai qui s’annonce torride, l’équipe El Fassi devra rivaliser d’imagination pour calmer les ardeurs des centrales syndicales décidées à en découdre avec l’exécutif. Autre sujet de préoccupation, l’indemnisation des dégâts collatéraux des dernières inondations que les députés de l’opposition comptent placer en priorité de leurs revendications.

Passer le gouvernement  Ă  la question

Concernant la dilapidation des deniers publics, l’opposition planche déjà sur le contenu des rapports de la Cour des comptes pour passer le gouvernement à la question. Autre difficulté pour le nouveau président du Parlement, le flou qui prévaut entre les groupes parlementaires de la majorité et les partis de l’opposition. C'est flagrant avec un RNI, parti au gouvernement qui décide de s’allier avec l’UC, une formation de l’opposition.

Un communiqué commun des deux partis, rendu public le même vendredi, a souligné que la constitution du groupe parlementaire des deux partis a pour objectif de « promouvoir l'action parlementaire, d'assurer une présence politique remarquable au cours du reste de l'actuelle législature et de préparer un programme futur de coopération avec les autres partenaires adoptant les mêmes valeurs, idées et orientations ».

De la pure langue de bois mais l’initiative n’en reste pas moins extrêmement ennuyeuse pour la bonne marche de l'attelage gouvernement-Parlement. « Un président du Parlement est un démineur qui travaille dans la discrétion », explique un député alors que ses ennemis le présentent comme « un simple chef d'orchestre qui doit rappeler le cadre dans lequel s'insère la partition écrite par le Palais ».

Abdellatif El Azizi

Un agenda très chargé

Une bonne centaine de propositions de loi attendent les députés. Certaines sont d’une extrême importance, d’autres concernent des amendements sectoriels. Petit tour d’horizon.

Commission de la Justice
Proposition de loi concernant l'arabisation de l’administration et de la vie publique ; la création de la déclaration obligatoire du patrimoine par les membres du gouvernement ; celle portant interdiction du commerce du narguilé, ainsi que les matières entrant dans sa fabrication ; une mouture sur la mobilité des fonctionnaires ; un texte concernant l’interdiction de la publicité des boissons alcoolisées ; et le projet de loi visant à garantir le droit d'accès à l'information.

Commission de l’Intérieur
Proposition de loi modifiant et complétant la loi N°47.96 relative à l’organisation de la Région ; celle concernant la défense civile, l’anticipation et le suivi des catastrophes naturelles et technologiques, portant création de la police commune urbaine ; et enfin celle modifiant et complétant la loi N°9.97 relative au code électoral.

Commission des secteurs sociaux
Proposition de loi modifiant la loi N°06.00 formant statut de l’enseignement scolaire privé, celle modifiant l’article 482 de la loi N°65.99 formant code du travail.

Commission des secteurs productifs
Proposition de loi sur la publicité mensongère, celle modifiant l’article 2 de la loi N°06.01 modifiant le Dahir portant loi n° 1.72.277 du 29 décembre 1972 relatif à l'attribution à des agriculteurs des terres agricoles ou à vocation agricole faisant partie du domaine privé de l'État ; la loi relative à la protection du consommateur ; et enfin la loi relative aux méthodes de dressage des canins et des mesures de prévention et de protection des personnes contre les chiens dangereux.

Commission des Finances
Proposition de loi modifiant et complétant le Dahir N°1.59.269 relatif à l’inspection générale des finances suivie de celle relative à la part des régions de l’impôt sur les sociétés (l’IS) et de l’IGR ; de la loi portant création d’une caisse nationale de sécurité familiale ; et la proposition de loi modifiant et complétant le code général des impôts créé par l’article 5 de la loi des finances N°43.06.

Commission des Affaires Ă©trangères et de la dĂ©fense nationale
Proposition de loi modifiant quelques chapitres du code de la presse et de l'édition (Dahir N°1.58.378 du 15 novembre 1958) et les amendements s'y rapportant en vertu de la loi N°77.00 ; suivie de celle relative à l'élaboration et à la publication des sondages relatifs aux référendums et aux élections dans le Royaume.


Quelques perles sélectionnées dans l’isoloir

De nombreux dĂ©putĂ©s ont donnĂ© libre cours Ă  leur imagination. Certains ont voulu peser sur l’élection de tel ou  tel candidat en mettant plus d’un bulletin dans l’urne, un fait vigoureusement dĂ©noncĂ© par Mustapha Ramid, dĂ©putĂ© du PJD, qui n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  brandir plusieurs bulletins pour preuve. On trouvait mĂŞme des bulletins de vote mentionnant le nom de Mansouri qui n’était pourtant pas candidat au Parlement.  Sur d’autres, des petits malins ont inscrit : « Non Ă  aucun d’entre eux » ;  et un dĂ©putĂ© visiblement mal inspirĂ©  a consacrĂ© son vote Ă  Raydi, le kamikaze qui s’est fait exploser  Ă  Sidi Moumen…

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter