EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Programmes Ă©conomiques : les enchères sont ouvertes
actuel n°116, vendredi 11 novembre 2011
| More

Plus de croissance, plus d’emplois, un SMIG Ă  3 000 dirhams. Les principaux partis rivalisent de promesses pour sĂ©duire les Ă©lecteurs. Mais sont-elles toutes rĂ©alisables ?  Si oui, Ă  quel prix ?


***

La lutte électorale promet d’être féroce. A deux semaines de l’échéance fatidique, la tension monte d’un cran. Et les promesses affluent. Meeting, tables rondes et autres colloques se succèdent à un rythme effréné.

De nouvelles têtes se joignent à la course pour tenter de séduire un électorat en mal de confiance. Les Benkirane, Mezouar, El Fassi et autres ténors des grandes formations politiques sortent leur artillerie et déploient leurs talents d’orateurs pour marquer les esprits.

D’autant que cette année, la bataille promet d’être plus serrée eu égard à l’importance des nouveaux enjeux. Chacun y va donc de ses promesses les plus alléchantes. Chiffres à l’appui, bien que souvent très généraux, les engagements se veulent, cette année, plus convaincants. Aux électeurs donc de faire la part de ce qui est réaliste et réalisable, et de ce qui relève du populisme.

Quand, au nom de l’Alliance démocratique (G8), Salaheddine Mezouar, promet, devant une salle archi comble à la CGEM, une croissance de 6%, un taux d’inflation de moins de 3% et un déficit budgétaire à 3% du PIB, l’on est en droit de se demander comment il réussira ce tour de force dans un contexte de récession mondiale ?

D’autant que les contrecoups du printemps arabe risquent de s’accentuer au-delà de 2012. Mezouar, que le RNI imagine déjà Premier ministre alors que son bilan aux Finances est mitigé, s’engage à créer 200 000 emplois chaque année.

Pourtant, pas plus de 120 000 nouveaux postes ont vu le jour en 2010. Sans oublier que l’actuel ministre des Finances a eu toutes les peines du monde à boucler le budget 2011… Occultant toutes ces difficultés, Mezouar compte sur trois leviers pour tenir ses engagements : les partenariats public-privé, les fonds d’investissement privés et souverains et… une partie de la manne des 30 milliards d'euros promise par le « G8 européen », au Maroc, à l’Egypte, à la Jordanie et à la Tunisie.

Les islamistes, eux, s’ils peuvent se targuer d’un programme un tantinet plus structuré, ne sont pas avares de promesses tout aussi impressionnantes et, a priori, peu réalistes. Ainsi, le parti de Abdelilah Benkirane s’engage à augmenter de 40% le revenu individuel, au cours des cinq prochaines années.

Comme ses ennemis jurés du G8, il promet une maîtrise du déficit budgétaire, autour de 3% du PIB. En revanche, le parti de la lampe, plus prudent, vise une croissance de 7% à partir de 2014, et s’accorde donc un répit de deux ans, pour surmonter les difficultés conjoncturelles. Entre 2012 et 2013, il faudra, selon le PJD, se contenter d’un taux de croissance de 5,5%.

Le doyen de la sphère politique, le parti de l’Istiqlal, se distingue globalement par des engagements relativement mesurés, tenant compte de la réalité économique du Royaume et à l’international… et sans doute des embûches rencontrées lors de l’exercice du pouvoir.

Ce qui explique que le taux de croissance annoncé par le parti de la balance ne dépasse guère les 5%. Le parti de Abbas El Fassi promet la création de 170 000 emplois dans les secteurs privé et public sur la période 2011-2016.

Sur ce registre, l’Istiqlal fait d’une pierre deux coups, en axant ses efforts sur les aspects susceptibles d’améliorer le quotidien des électeurs : renforcement des effectifs au sein de la Sûreté nationale, la Justice, la Santé publique et l’Education. De là à qualifier ces annonces de populistes, il n’y a qu’un pas que déjà ses adversaires n’hésitent pas à franchir. Florilège des promesses les plus marquantes.

Emploi

C’est le thème numéro un qui focalise le plus les attentes, et donc les promesses des politiques. Normal, au regard du niveau du taux de chômage (9,1% à fin septembre) qui frappe surtout les jeunes diplômés, nul besoin de rappeler que les attentes sont très fortes, sur ce registre.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les principaux partis politiques se montrent très généreux. La palme d’or revient au PPS qui promet 250 000 emplois et un SMIG à 3 000 dirhams. Le parti reste cependant muet sur le mode de financement de cette dépense supplémentaire.

Le G8 n’hésite pas à s’engager, pour sa part, sur la création de 200 000 emplois par an et promet la création d’un fonds de soutien pour l’emploi des jeunes de 3 milliards de dirhams. Cependant, il ne se prononce pas sur le niveau du SMIG ni sur la contribution du secteur public dans l’offre de nouveaux postes.

Réalité de terrain oblige, l’Istiqlal fait preuve de plus de modération. Il avance un taux de chômage de 8% (contre 7% en 2007) et la création de 170 000 emplois par an dans les secteurs privé et public. Même partition que le G8 : priorité à l’auto-emploi et à la création de très petites entreprises (TPE) via un dispositif fiscal incitatif, assorti d’une couverture sociale spécifique.

Les ténors du PJD promettent, eux, de faire baisser le taux du chômage de deux points et de créer 250 000 emplois. Ils tentent d’innover en promettant une prime directe de stage en faveur de 100 000 candidats par an. Mais le PJD ne se prononce pas sur le montant de la prime en question.

L’Istiqlal, qui reprend la même promesse, va plus loin et suggère une prime correspondant à 100 jours de travail en contrepartie de l’accomplissement d’un travail d’utilité publique. L’Istiqlal comme le G8 font les yeux doux au patronat en promettant une prime à l’embauche, histoire d’encourager la transformation des contrats de préembauche en contrats à durée indéterminée.

En revanche, le parti de la balance reste muet sur la revalorisation du salaire minimum. Pour conquérir les smigards, Benkirane, lui, promet de le porter à 3 000 dirhams. Une proposition qui devrait faire grincer des dents les milieux d’affaires, les entreprises étant déjà en mal de compétitivité. Tout comme elle pourrait faire fuir des investisseurs étrangers qui ont opté pour la destination Maroc, séduits par sa main-d’œuvre bon marché.

Déficit budgétaire

Tous les partis s’engagent à ne pas dépasser un taux de 3% du PIB. Promesse qui semble, a priori, difficile à tenir au regard de leurs engagements au niveau des dépenses publiques. Sauf si la réforme fiscale annoncée par le G8, le PJD et le PPS, est menée à son terme. Là aussi, des doutes sont permis, compte tenu des difficultés rencontrées jusque-là par le gouvernement sortant, pour élargir l’assiette fiscale et réformer la TVA. D’ailleurs, sur ce volet, silence radio de l’Istiqlal.

Taux d’inflation

Les trois partis vedettes se sont clairement prononcés à ce propos. Le PJD table sur un taux d’inflation proche de 2%, et le G8 à moins de 3%. L’Istiqlal promet, de son côté, une gestion encore plus rigoureuse pour stabiliser le taux à 2%.

RĂ©forme fiscale

Le parti de la lampe prévoit une réforme globale d’ici à 2016. Il focalise en particulier sur l’exonération totale des produits de base. Pour compenser ce manque à gagner pour les caisses de l’Etat, le PJD table sur une optimisation des recettes fiscales en promettant une hausse des entrées de 20% par an. Il promet aussi de réduire l’IS de 2% par an, pour arriver à un taux de 25%. Et de retenir trois taux de TVA, de 10% et 17%, en plus d’un taux de 30% sur les produits de luxe.

Dans le même esprit, le G8 suggère une TVA à 3 taux avant d’arriver, à terme, à un système à 2 taux. Idem pour l’IS qui devrait être réduit de 1 point par an, pour arriver à 25%, histoire d’alléger les charges des PME. Pour l’IR, Mezouar s’engage à poursuivre la baisse de taux pour la tranche de 60 000 à 100 000 dirhams par an, pour encourager les PME à recruter les jeunes diplômés.

Ce qui revient à une baisse de l’IR de 10% en 5 ans. Sachant que toute réforme fiscale nécessite un effort financier, l’Etat aura-t-il les moyens de poursuivre ce chantier ? Pour exemple, la réforme de l’IR engagée jusque-là aura coûté aux caisses de l’Etat, 10 milliards de dirhams… De son côté, le parti de Abbas El Fassi ne lâche pas prise et compte défendre jusqu’au bout l’ISF.

Ce qui lui permettrait de créer deux fonds de solidarité, l’un pour financer la lutte contre la pauvreté et l’autre pour rééquilibrer les régions. Comme le PJD, l’Istiqlal envisage d’alimenter ces fonds via la taxation des très hauts revenus, des produits de luxe et des ventes de terrains nus.

Caisse de compensation

Le G8 comme le PJD revendiquent le ciblage des aides aux populations démunies. Mais le PJD opte pour l’optimisation du système de compensation grâce à la mise en place d’une panoplie d’impôts solidaires, comme la taxe sur les tranches supérieures de consommation d’eau et d’électricité, l’impôt urbain sur l’habitat pour les logements dont le loyer dépasse 48 000 dirhams dans les grandes villes, et 36 000 dirhams dans les villes moyennes.

Concernant la taxation des signes extérieurs de richesse, Benkirane ne lâche pas prise et entend taxer lourdement les véhicules de luxe par exemple. Toutes ces mesures devraient générer des recettes de l’ordre de 3 à 4 milliards de dirhams/an.

De plus, le PJD compte sur 2 à 3 milliards de dirhams supplémentaires en optimisant la collecte des impôts. Mais, l’essentiel des ressources, soit 40 à 50 milliards de dirhams, devrait provenir des financements alternatifs.

Mezouar défend un autre son de cloche. Il s’agit d’utiliser à bon escient l’enveloppe de 40 milliards de dirhams affectée chaque année à la Caisse de compensation. Le G8 entend affecter 50% de cette enveloppe aux aides directes aux plus démunis via le fonds de solidarité, et 50% au soutien des prix de certains produits de base pour préserver le pouvoir d’achat de la classe moyenne.

Enfin, l’Istiqlal ne déroge pas à la règle et soutient la nécessité d’un ciblage des familles défavorisées qui constituent 70% de la population rurale, en versant des subventions directes par enfant scolarisé (Tayssir)... Mais comme les partis concurrents, l’Istiqlal n’a pas l’intention de se passer de la Caisse de compensation puisque le soutien du prix de certains produits de première nécessité est jugé incontournable.

Khadija El Hassani et Mouna Kably

Palmarès des promesses irréalistes

Pour ces élections législatives comme pour les précédentes, les partis politiques ne dérogent pas à la règle. Langage populiste, arguments galvaudés et approximatifs, objectifs exagérément ambitieux, faisant fi du contexte de crise à l’échelle internationale, comme si le Maroc évoluait en vase clos.

Sans oublier la relative négligence à l’égard du monde rural, pourtant nettement à la traîne. En réalité, les candidats aux législatives savent que les voix de cette frange de la population largement analphabète, démunie, et donc facilement manipulable, leur sont acquises d’avance.

En revanche, pour la population urbaine, tous les partis se sont donné le mot en mettant le paquet sur l’emploi, l’auto-emploi, la prime à l’emploi, l’aide à la création des TPE. Mais pas un mot, ni sur l’enveloppe globale à allouer, ni sur son mode de financement, et encore moins sur la stratégie à adopter pour éviter les erreurs du passé. On met les compteurs à zéro et on repart pour cinq autres années de promesses qui auront tout aussi peu de chance d’aboutir !

Particulièrement apprécié par le PJD et l’Istiqlal, le concept de fonds de solidarité semble être la solution miracle pour redistribuer la richesse et réduire les inégalités criantes. Reste à savoir si les chances du parti de Abbas El Fassi seront plus grandes – durant le prochain mandat – de faire aboutir ce projet, face à l’efficacité du lobbying des banques, compagnies d’assurances et autres grandes entreprises.

A noter tout de même que les trois tendances politiques sont particulièrement attentives aux attentes de la classe moyenne et se disent soucieuses de lui faciliter l’accès à un logement décent, à un prix abordable. Mais, problème, la définition de la classe moyenne demeure toujours aussi vague.

M.K. & K.E.H.


Interview express

Nabil Benabdallah  « Les Marocains peuvent ĂŞtre favorables Ă  la Koutla »

Pour Nabil Benabdallah, parler du nombre de sièges que chaque parti va remporter est prématuré. Pour lui, la Koutla offre d’abord un engagement moral aux Marocains.

***

Vous affrontez les élections en rangs serrés cette fois ?

C’est un engagement entre les composantes de la Koutla ainsi qu’un engagement avec les citoyens à travers cette plateforme conjointe que la Koutla a élaborée. Nous restons aussi ouverts à tous ceux qui partagent ces principes. Aujourd’hui, nous entamons l’ère de la nouvelle Constitution et nous sommes prêts à assumer les résultats des élections à partir du document conjoint de la Koutla.

 

Si un parti de la Koutla enregistre des résultats décevants, cela aura-t-il un impact sur l’alliance des trois partis ?

Parler du nombre de sièges que chaque parti va obtenir est prématuré. Nous partons du fait que les élections seront transparentes. Nous nous attendons bien sûr à avoir une majorité de sièges, et on part de ce principe. Dans cette optique, nous pensons que le peuple marocain peut être favorable à la Koutla comme il l’a déjà fait dans les scrutins précédents. En tout cas, c’est dans cette logique que nous travaillons.

Lorsque les résultats des élections seront connus, on reparlera de ça. L’occasion sera aussi propice pour attirer l’attention sur d’éventuels recours à des pratiques révolues.

Actuellement, on ne peut faire que des projections et des pronostics. Ce qui est intéressant, c’est plutôt la préparation de l’étape suivante, c’est-à-dire la gouvernance à l’ombre de la nouvelle Constitution.

 

Y aura-t-il des candidatures communes de la Koutla ?

On n’a pas pu présenter de candidats communs, ça reste très difficile, notamment parce que le mode de scrutin actuel ne le permet pas. On tient quand même à présenter, dans la mesure du possible, des candidats communs de la Koutla, dans quatre ou cinq circonscriptions, mais il s’agit surtout d’un geste symbolique.

Propos recueillis par M.E.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter