EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le printemps marocain sous surveillance 
actuel n° 97, vendredi 3 juin 2011
| More

Des tabassages systématiques des manifestants, un 20-Février que l’on dit au bord de l’implosion et qui n’échappe pas à certaines critiques, une Europe inquiète. L’exemplarité du printemps marocain se voit fragilisée.


***

Que s'est-il passé dimanche 29 mai ?

Le week-end du 28 et 29 mai a connu son lot de manifestations interdites. A Rabat, un sit-in de protestation contre la répression policière a été dispersé à coups de matraque devant le Parlement.

Le journaliste et membre du 20-Février, Omar Radi, raconte qu’après avoir été frappé vers 16 heures lors de la dispersion, un policier l’aborde le soir, bien après la manifestation, le frappe puis lui dit : « La prochaine fois, je vais te briser le dos. Je me chargerai moi-même de te tuer et de t’enterrer. »

Le lendemain à Casablanca, le quartier populaire de Sbata est étroitement encadré par la police. Les manifestants réussissent à marcher par endroits et sont tabassés dans d’autres.

Des témoins rapportent la confusion qui a régné, entre des habitants qui ont soutenu les manifestants en huant la police et d’autres qui n’ont pas hésité à les insulter copieusement et à les frapper.

Que se passera-t-il le 5 juin ?

Le 20-Février se veut toujours présent, malgré la pression des autorités. Le dimanche 5 juin, une nouvelle série de marches est prévue au niveau national. Nouveauté : ce sera sous les couleurs de la coordination nationale des associations (une centaine) qui soutiennent le mouvement.

Le mot d’ordre sera « Non à la répression ». Ces manifestations seront-elles tolérées ? Les premiers indicateurs laissent penser le contraire : un sit-in organisé mercredi 1er juin par le 20-Février, devant le ministère de la Communication, n’a pas échappé au tabassage.

Tour de vis sécuritaire, le retour ?

Depuis le 15 mai, date du pique-nique sévèrement réprimé devant le « siège » de la DGST à Témara, l’Etat affiche zéro tolérance. Les marches du 22 mai sont matées, celles du 28 mai sont violemment dispersées à Rabat, Chaouen et Agadir.

L’histoire se répète le 29 mai à Casablanca et Tanger surtout, avec à chaque fois des dizaines de blessés. Désormais, tous les mouvements de protestation sont interdits et dispersés par la force.

Pour le vingtfévrieriste Hosni Al Mokhliss, « le Makhzen veut focaliser l’attention sur le matraquage et éviter le débat autour de la nouvelle Constitution ». Officiellement, les autorités ne tolèrent plus des manifestations non autorisées et qui impacteraient négativement l’économie.

Cette nouvelle donne a poussé les jeunes à adopter une nouvelle stratégie : manifester dans les quartiers populaires, même si nombre de voix à l’intérieur même du 20-Février estiment qu’il faut revenir aux grandes artères.

« C’est la seule manière pour nous de sauvegarder le mouvement de protestation et d’entraver la volonté du Makhzen de nous pourchasser », explique Najib Chaouki, du 20-Février Rabat.

Le 20-FĂ©vrier va-t-il imploser ?

Une des raisons avancées par le gouvernement pour justifier l’interdiction des manifestations du 20-Février est le risque de récupération islamiste. Le porte-parole du gouvernement, Khalid Naciri, explique que le 20-Février « est phagocyté par les islamistes et les mouvements de gauche », faisant référence à la gauche radicale et à Al Adl Wal Ihsane.

Des jeunes de l’USFP tentent aussi de peser au sein du mouvement. Pour Fathallah Arsalane, porte-parole d’Al Adl, « l’Etat répète le même refrain que les autres régimes arabes pour stopper l’élan de changement ».

Et de poursuivre : « Au début, l’Etat voulait décourager Al Adl en propageant les rumeurs sur l’athéisme des membres du 20-Février. Ils essayent maintenant de faire exploser le mouvement de l’intérieur. »

Les jeunes du 20-Février avouent que des dysfonctionnements existent, mais ne vont pas jusqu’à un contrôle exercé par une des composantes. « Après ces trois mois où l’on s’est fait connaître, je pense qu’il faut maintenant ouvrir un débat politique sur la future Constitution et synchroniser nos actions au niveau national », estime Hosni Al Mokhliss. De la capacité du 20-Février à maintenir le cap et à se renouveler dépendra l’avenir de ce mouvement.

Les anti-manifs, spontanés ou téléguidés ?

Cela a commencé à Sbata dimanche 29 mai. Des habitants ont manifesté… contre le Mouvement du 20 février. Argument : le chaos et la baisse des activités commerciales que les protestations entraînent dans le quartier.

Le même jour, à Rabat, plusieurs opérateurs économiques exprimaient leur colère contre « les dommages affectant leur activité en raison des manifestations et marches continues ».

Sur les boulevards Mohammed V et Hassan II, ces dommages se seraient traduits par un manque à gagner estimé entre 40% et 50%. Médias publics et officiels voudraient que ces marches soit aussi spontanées que justifiées. Mais bien des doutes planent sur ce registre.

Des témoignages recueillis à Sbata font ainsi part des tournées qu’élus locaux et moqaddems auraient effectuées, la veille de la manifestation, pour « recruter » des marcheurs et inciter les habitants à se désolidariser avec le 20-Février.

Le caractère local de ses sorties écarte la thèse d’un complot étatique. Mais encore faut-il éviter que ces événements ne contribuent à faire se retourner les Marocains les uns contre les autres.

Quid des autres ?

Ils ne se revendiquent pas du Mouvement du 20 février, ne plaident pas (forcément) pour des réformes politiques. Médecins résidents et internes, pharmaciens ou fellahs, bien des catégories professionnelles ne jurent désormais que par leur droit à la grève pour faire valoir leurs revendications.

Hasard de calendrier ou volonté de surfer sur le contexte actuel ? Pour l’acteur syndical Abdekader Azrie, cela pose d'abord le problème de l’encadrement des syndicats par leurs centrales.

« Auparavant, les mots d’ordre de grève étaient lancés par les centrales, qui prenaient en considération le contexte et la nature du secteur. Aujourd’hui, ce sont les secteurs qui décident », explique-t-il.

Il y a ensuite la mollesse qui a frappé certains départements à l’annonce d’élections anticipées. « Bien des revendications se sont heurtées à l’indifférence des ministères concernés, élections anticipées obligent », analyse Azrie.

Quels risques pour l’image du Maroc ?

C’est la première réaction du genre depuis le début des manifestations appelant aux réformes politiques et sociale au Maroc. La Commission européenne a exprimé lundi son inquiétude après les événements du dimanche.

« Nous sommes préoccupés par la violence dont il a été fait usage lors des manifestations au Maroc ce week-end », a déclaré, le lendemain, Natasha Butler, porte-parole du commissaire chargé de la politique de voisinage, Stefan Füle.

L’image positive dont a bénéficié le Maroc dans sa gestion des manifestations a-t-elle été entamée pour autant ? Pas en Europe, en tout cas, où la commission politique de l'Assemblée parlementaire vient de donner son feu vert pour que le Maroc soit un « partenaire pour la démocratie » de l’UE. La réaction de Butler ne vaut pas moins avertissement.

Zakaria Choukrallah  et Tarik Qattab

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter