EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
actuel n°159, jeudi 13 septembre 2012
| More

Rabat et Damas se rendent coup pour coup au sein des instances internationales. Pendant ce temps, les réfugiés syriens en Algérie tentent de rejoindre le Royaume...


Le Maroc soutient-il la rébellion en Syrie comme se plaisent à le répéter les médias de Bachar al-Assad, qui en veulent pour preuve l’implication de jihadistes marocains dans la guerre contre le régime syrien ? Les moukhabarates n’hésitent pas en effet à pointer du doigt le Qatar, l’Arabie saoudite et le Maroc, accusés de soutenir les jihadistes sunnites étrangers venus combattre les hommes de Bachar al-Assad.

Sur YouTube, la vidéo d’un Marocain surnommé Abou Moussab Chamali, publiée le 28 août, fait fureur. « C’est le plus beau jour de ma vie ! Je sens que je m’en vais vers les jardins de l’éternité (ndlr : le paradis) », explique ce jihadiste marocain devant une caméra, juste avant d’embarquer à bord d’un camion piégé, qui sera lancé sur un camp de l’armée syrienne. Pour éliminer les alaouites, qu'ils considèrent comme des apostats, des dizaines de combattants du Maroc, d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, d'Egypte, de Libye, de Tunisie et même de Tchétchénie ont afflué en Syrie. Et de nombreux sites tels que le « Réseau du Jihad mondial » ou encore « Honein » diffusent des appels (d’islamistes) à rejoindre la révolte.

« La plupart des jihadistes de nationalité marocaine, partis combattre en Syrie, sont originaires du nord du Royaume ; de Tétouan, Sebta, Tanger, des contrées qui ont fourni le gros des bataillons de jihadistes morts en Irak au cours de la dernière guerre du Golfe », explique Saïd Lakhel. S’agirait-il d’un scénario à l’afghane quand les autorités marocaines, en collaboration avec la CIA, pilotaient elles-mêmes le départ des jihadistes ? Pour l’islamologue, s’il ne fait pas de doute que les jihadistes obéissent aux mêmes motivations qui les ont poussés à intervenir en Afghanistan, à savoir combattre un ennemi de l’islam athée ou laïque (Assad en l’occurence), il n’est pas sûr que les Marocains leur apportent un soutien effectif. Il en veut pour preuve le fait que, depuis la répression des jihadistes au lendemain des attentats de 2003, le torchon brûle désormais entre les autorités marocaines et la Salafia jihadia.

 

Attaque frontale

Cela dit, il est indéniable que depuis que le Royaume a expulsé l’ambassadeur syrien en poste au Maroc, la tension entre Damas et Rabat va crescendo. Dernier épisode de cette guerre sourde que se livrent les deux pays, la sortie tonitruante du représentant de Bachar al-Assad à l’ONU qui n’a pas hésité à évoquer la cérémonie d’allégeance, parlant « d’humiliation subie par les Marocains qui sont réduits à se prosterner devant le roi ». Dans une attaque frontale, El Jaâfari a apostrophé Mohamed Loulichki, ambassadeur du Royaume à l'ONU, en le menaçant de remettre à l’ordre du jour du Conseil de sécurité le dossier du Sahara. Réponse du berger à la bergère, Saâd-Eddine El Othmani a appelé à l'ouverture d’une « enquête urgente » sur les violences en Syrie, lesquelles ont fait plus de 25 000 morts depuis mars 2011. « Il est impératif d’ouvrir une enquête urgente et indépendante sur les tueries et les violations continues commises contre les civils, dont celle de Deraa qui a suscité l'indignation et la condamnation de la communauté internationale », a martelé le ministre à la sortie des travaux du dernier Sommet islamique de la Mecque. Toujours sur le plan diplomatique, une semaine après les déclarations musclées du représentant syrien à l’ONU, un diplomate canadien d'origine marocaine, Mokhtar Lamani, est nommé chef du bureau à Damas du Représentant spécial conjoint ONU/Ligue arabe pour la Syrie. Autant dire que la communauté internationale soutient Mohammed VI contre Bachar al-Assad. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la quatrième réunion du groupe des amis du peuple syrien va se tenir en octobre à Rabat. Un rendez-vous important qui devra déboucher sur des réponses claires à un certain nombre de questions liées à la transition politique, comme l'unification de l'opposition, le soutien aux pays de la région souffrant de cette crise, ainsi que la situation humanitaire en Syrie.

Mais si le Royaume est aux premières loges concernant le dossier syrien, c’est qu’il n’a pas tellement le choix. Le privilège d’être membre non permanent du Conseil de sécurité se paie par l’obligation de suivre quasi aveuglément la politique de pays qui, eux, sont membres permanents à l’ONU. La France en tête. « Bien entendu, l’évolution sournoise du conflit en Syrie vers un affrontement chiite/sunnites a rangé le Royaume, un peu malgré lui, dans un bloc sunnite militant dirigé par l’Arabie saoudite et le Qatar, opposé radicalement au bloc pro-Assad qui bénéficie du soutien de l’Iran chiite. La position du Maroc, sans être officiellement calquée sur celle de ces deux pays, n’en épouse pas moins la philosophie », explique un diplomate marocain en poste dans le Golfe.

Mais, sur le terrain, les choses sont beaucoup plus compliquĂ©es mĂŞme si les figures clĂ©s de l’opposition syrienne, tel Burhan Ghalioune, ont leurs entrĂ©es Ă  Rabat. Ce qui n’empĂŞche pas les canaux informels de se dĂ©ployer. Depuis quelques mois, des Syriens, dĂ©finitivement rassurĂ©s sur la position du Maroc vis-Ă -vis du rĂ©gime d’al-Assad affluent dans le Royaume. Ces ressortissants usent de mille subterfuges pour ne pas Ă©veiller les soupçons des services spĂ©ciaux syriens en passant notamment par l’AlgĂ©rie pour tenter de regagner le  Maroc. Ils seraient ainsi quelque 12 000 rĂ©fugiĂ©s syriens arrivĂ©s en AlgĂ©rie par avion, pour une raison très simple : entre l'AlgĂ©rie et la Syrie, il n’y a pas de visa. L'AlgĂ©rie, alliĂ©e de longue date du clan Assad, est d’ailleurs le seul pays arabe Ă  avoir Ă©mis des rĂ©serves sur l'appel de la Ligue arabe au prĂ©sident Assad Ă  renoncer au pouvoir, jugeant que cela devait ĂŞtre une « dĂ©cision souveraine du peuple syrien frère ». MĂŞme si le billet entre Damas et Alger coĂ»te deux fois plus cher que Damas-Casablanca, les Syriens prĂ©fèrent se rendre dans ce pays pour Ă©chapper aux suspicions des moukhabarates de Bachar. La presse algĂ©rienne, qui rend compte rĂ©gulièrement de la situation de ces rĂ©fugiĂ©s, prĂ©cise « qu’ils dorment  pour la plupart dans les jardins publics, et vivent de la mendicité ».

 

Exode

D’après le haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés, cent mille Syriens ont fui leur pays en août. Il s’agit de l’exode le plus important sur un mois, depuis le début du soulèvement en Syrie, en mars 2011. Selon Badr El Hamoui, membre du Comité de soutien au peuple syrien pour le changement, « de nombreux Syriens sont régulièrement interpellés, pour séjour irrégulier ou pour mendicité, par les services de sécurité et présentés aux juges des tribunaux algériens. [...] Ceux qui ont encore sur eux de l’argent préfèrent tenter leur chance du côté du Royaume. Pour l’équivalent de 1 000 dollars, des passeurs se chargent de les accompagner jusqu’à Oujda à travers la frontière algéro-marocaine », ajoute-t-il. Ces Syriens, qui vivent dans des conditions très pénibles, ont pour certains d’entre eux, le vague souvenir d’un parent résidant dans une ville du Maroc. Ou bien ils espèrent bénéficier de la compassion et de la sympathie des Marocains envers les Syriens menacés dans leur pays. Pour faire face à l'afflux de dizaines de Syriens à la frontière Est du pays, les autorités sont en alerte maximale.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter