EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le message de la Marche blanche 
Actuel N°72, vendredi 10 décembre 2010
| More

La manifestation gigantesque de Casablanca donne la mesure de l’attente de nos concitoyens pour le règlement d’un conflit qui n’a que trop duré. L’unité de la nation impose une sortie de crise avec le soutien de la communauté internationale.


***

Deux à trois millions de concitoyens dans la rue. Une manifestation de masse. Impressionnante. Imposante. De celles que seule une population mobilisée autour de la défense d’un intérêt majeur ou de valeurs partagées est en mesure de générer.

La « Marche blanche » qui s’est déroulée dimanche dernier à Casablanca est de celles-là. C’est peu dire qu’une très grande majorité de Marocains s’est estimée offensée par une succession d’événements qui – tragiques à Laâyoune, indécents à Madrid, méprisants à Bruxelles – ont été analysés comme autant d’attaques à l’égard d’une nation qui a érigé son intégrité territoriale au rang de valeur sacrée.

Il n’est pas certain que tous les participants de la Marche aient eu conscience des enjeux. Mais tous ont démontré l’amour qu’ils portent à ce pays, et le sentiment d’injustice qu’ils ressentent lorsque le Maroc se voit ainsi agressé, physiquement ou verbalement.

 

Mise en scène tronquée

L’histoire des Ă©vĂ©nements de Laâyoune reste encore Ă  Ă©crire. Loin des passions, les historiens – plus qu’une commission d’enquĂŞte parlementaire – diront peut-ĂŞtre un jour ce qui s’est rĂ©ellement passĂ©. Avant, pendant, et après la journĂ©e du  8 novembre. Pour l’heure, les images ne sont pas garantes de la vĂ©ritĂ©. Les tĂ©moignages demeurent fragiles, contestables, orientĂ©s, manipulĂ©s. Et au jeu de « Qui dĂ©tient la VĂ©rité ? », nul ne peut rĂ©pondre avec certitude. Mais personne ne peut oublier la rĂ©alitĂ© des faits ayant conduit Ă  la mort de onze membres des forces de sĂ©curitĂ© ou fonctionnaires, tous victimes des agissements d’activistes ou sympathisants du Polisario. L’image de ce serviteur de l’état, laissĂ© Ă  l’agonie sur le macadam après avoir Ă©tĂ© Ă©gorgĂ©, restera dans toutes les mĂ©moires. Et comme le symbole de la folie qui s’est emparĂ©e des rues de Laâyoune le 8 novembre 2010.

La couverture de ces événements par la presse espagnole devrait, elle, être réécrite. Il arrive à tous les journaux, à toutes les rédactions du monde de se tromper. Et nous ne sommes pas exempts de ces erreurs qui peuvent parfois affecter la véracité des faits présentés. Tel n’est manifestement pas le cas d’un certain nombre de confrères espagnols qui se sont laissés manipuler – sciemment ou non – pour présenter les événements de Laâyoune avec une mise en scène en tout point tronquée.

 

Excuses tardives, rhétorique polisarienne

On ne savait pas quelques grands acteurs de la presse espagnole – dont un El Pais souvent présenté en exemple de la presse internationale – manquer de discernement à ce point. Les excuses, tardives, présentées à leurs lecteurs, sont une chose. Multiplier les articles nourris à la rhétorique algérienne ou polisarienne en est une autre. Autrement plus grave au regard de l’honnêteté qui devrait régir tout travail journalistique. Le manque de recul et d’analyse de la part de nos confrères espagnols peut apparaître surprenant, ce que n’excuse en rien l’absence de nuance exercée parfois de ce côté-ci de la Méditerranée dans quelques colonnes où le nationalisme le dispute trop souvent à l’irrationalité.

Par un étonnant effet domino, la fièvre espagnole a gagné promptement l’Europe et sa capitale, Bruxelles. Avec des parlementaires espagnols à la manœuvre dans ses couloirs, le Parlement européen a cru devoir condamner la gestion des événements de Laâyoune par le Maroc, infligeant au passage une petite humiliation à la diplomatie marocaine impuissante à conjurer, comme elle s’en faisait fort, la cabale des plus activistes des soutiens de la position du Polisario au sein de cette assemblée. Ce faisant, le Parlement européen ne s’est pas grandi. La précipitation avec laquelle il s’est prononcé – en dehors de toute enquête sérieuse, ou recueil d’éléments ou témoignages incontestables – traduit un certain mépris à l’égard d’une nation qui bénéficie du statut avancé et qui entretient les meilleurs rapports avec l’ensemble des pays de l’Union et leurs représentants.

Au fond, peu importe que tout cela ait été présent à l’esprit des millions de personnes – jeunes et vieux, politiques et syndicalistes, militants engagés ou simples citoyens – qui ont défilé à Casablanca. Leur seule présence a suffi à dire aux yeux de tous ceux qui s’interrogent sur la place du Sahara au cœur de la nation que sa marocanité ne pouvait être discutée. Et que l’offre d’une large autonomie dans le cadre d’une régionalisation rénovée devait porter les espoirs d’une sortie de crise, trop longtemps attendue, trop longtemps contestée par les parties adverses.

Reste à l’état, fort du soutien de la nation, à trouver les voies et moyens de cette sortie de crise. Et à éclairer l’Europe, ses ressortissants comme ses parlementaires de la justesse de sa position. Ce chantier-là est urgent. Et là, aussi, était le message exprimé par la Marche blanche.

Yanis Bouhdou

Citation

L'image de ce serviteur de l'Ă©tat, laissĂ©  Ă  l'agonie après avoir Ă©tĂ© Ă©gorgĂ©, restera dans toutes les mĂ©moires.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter