EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Les pirates Ă  l’assaut  de la politique
actuel n°114, vendredi 28 octobre 2011
| More

De jeunes Marocains planchent sur une nouvelle formation : « le Parti pirate ». L’initiative pourrait bousculer une scĂšne politique vieillissante.


***

Une formation sortie de nulle part pourrait bien donner un coup de fouet Ă  la scĂšne politique traditionnelle. Ils sont une dizaine de jeunes Marocains Ă  s’activer depuis quelques mois pour crĂ©er le « Parti pirate marocain ».

Le nom n’est pas dĂ©finitif car il pourrait faire peur sous nos latitudes, mais le mouvement reprend, en l’adaptant, la philosophie de cette tendance politique qui gagne du terrain en Europe.

En effet, le 18 septembre 2011, quinze membres du Parti pirate allemand ont été élus au Parlement de Berlin (159 siÚges). En 2009, le Parti pirate suédois était crédité de 7% lors des élections européennes et obtenait deux siÚges.

C’est aujourd’hui la principale organisation de jeunes en Suùde, et le 3e parti. En France, les pirates de l’Hexagone franchissent, dùs leur premiùre participation en 2009, la barre de 2%.

Changer le « code source »

Tout commence le jour du rĂ©veillon de 2005, quand Rick Falkvinge, un informaticien suĂ©dois, lance une boutade qui remportera l’adhĂ©sion des internautes du monde : « Quand je pense que nous autres citoyens, qui ne demandons qu’à partager le savoir et la culture, nous nous faisons traiter de pirates par les puissants et politiciens de tout poil ! Eh bien, soit : crĂ©ons notre propre parti, ce sera le Parti pirate ! » Le jeune homme faisait rĂ©fĂ©rence aux ennuis avec la justice du site « Pirate Bay », site international de tĂ©lĂ©chargement (illĂ©gal).

L’idĂ©e sĂ©duit trĂšs vite, Ă  commencer par les geeks, puis s’étend Ă  une quarantaine de pays dont dĂ©sormais le Maroc et la Tunisie.

Au cƓur du combat des Pirates du monde, la reconnaissance du « droit Ă  la culture et au savoir ». Pour cela, ils misent sur les droits d’Internet, remettent en question le systĂšme de brevets et la libre circulation des donnĂ©es.

Les Pirates militent aussi pour la transparence et la protection de la vie privĂ©e des citoyens. Un combat d’avant-garde et une façon dĂ©complexĂ©e de faire de la politique en Ă©tant trĂšs proches des citoyens.

Qu’en est-il du Maroc oĂč ce combat peut paraĂźtre en avance sur son temps ? Merouan El Moussaoui, fondateur du Parti pirate en Belgique et de la section marocaine en cours de crĂ©ation, livre les arguments qui justifient la mise en place d’une telle formation au Maroc. « Les Pirates pensent que la dĂ©mocratie et le savoir sont intimement liĂ©s.

Des 22 pays arabes, le Maroc est celui qui a le plus fort taux d’analphabĂ©tisme et un indicateur de dĂ©veloppement humain catastrophique », explique-t-il. Le Parti pirate marocain vise aussi « l’Open gouvernance », c’est-Ă -dire la transparence des institutions. Une revendication au cƓur du combat politique actuel au Maroc.

« Les Pirates sont lĂ©galistes. Ils savent que la loi est le ‘‘code source’’ de la sociĂ©tĂ©, raison pour laquelle ils la mettent au-dessus de toute considĂ©ration et s’engagent Ă  la modifier », explique encore El Moussaoui.

Geek mais pas trop

Quid de l’aspect geek, qui pourrait dĂ©router l’électeur lambda ? Les Pirates marocains ne sont pas que des fanatiques de nouvelles technologies, comme le rĂ©sume Nizar Bennamate, sympathisant : « T'as pas besoin d'ĂȘtre un geek pour ĂȘtre dans le Parti pirate, comme t'as pas besoin d'Ă©tudier les sciences politiques pour ĂȘtre dans un parti classique. »

Cela étant, avant d'émerger du virtuel, les Pirates marocains prennent leur temps pour approfondir leur réflexion et comptent passer dans un premier temps par un cadre associatif, avant de former leur parti.

A terme, le Parti pirate marocain compte veiller Ă  conserver les acquis concĂ©dĂ©s par le Makhzen. « Le mouvement du 20-FĂ©vrier constitue un mouvement de pression, mais chaque soi-disant ‘‘pas’’ vers le changement est sujet Ă  rĂ©cupĂ©ration par le Makhzen », explique Zineb Belmkaddem, militante du futur Parti pirate marocain.

Les « pirates » veillent. Et dĂ©rangent d’ores et dĂ©jĂ  les partis somnolents : ils ont un projet de sociĂ©tĂ© portĂ© par de simple citoyens, sans idĂ©ologie pesante, et vĂ©ritablement orientĂ© vers les jeunes puisqu’il s’agit de leur propre crĂ©ation.

Zakaria Choukrallah

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophĂšte de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂȘte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : CongrĂšs de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’aprĂšs  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂȘte du calendrier
N°140 : RNI : un congrĂšs plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrĂšs : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrĂšs de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂȘte noire de Benkirane
N°130 : CongrĂšs du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   DerniĂšre ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂȘts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchĂšres sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : BrĂšves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂź  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau rĂšgne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un systĂšme moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂȘts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment LaĂąyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrĂšte des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : CongrĂšs des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La priĂšre du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrĂšs officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂȘtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter