EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Programme,  plus de lettres que de chiffres
actuel n°125, vendredi 20 janvier 2012
| More

Des promesses plus réalistes, un discours plus lisse, le gouvernement Benkirane présente sa feuille de route pour les cinq prochaines années. En voici l'essentiel.

Le programme gouvernemental ne ressemble pas au programme du PJD. Moins ambitieux – ou plus réaliste –, le plan d’action de l’équipe Benkirane est un mix des programmes des partis de sa coalition.


 

 Les islamistes ont quand mĂŞme pu imprimer leur empreinte, notamment sur le volet identitaire.  Dans le « livre blanc », remis Ă  la presse Ă  l’issue du discours de Benkirane, l'islam et l’identitĂ© nationale unificatrice figurent Ă  la une.

 C'est le premier pilier du programme du nouveau gouvernement. Dans son allocution, le chef du gouvernement a tenu Ă  souligner que les langues arabe et amazighe seraient « renforcĂ©es, dans un cadre garantissant l'unitĂ© et la diversité » du Royaume, en prĂ©cisant que « l'identitĂ© marocaine se distingue par la place prĂ©Ă©minente accordĂ©e Ă  l'islam ».

 Le Printemps arabe traverse Ă©galement en lame de fond la dĂ©claration de politique gĂ©nĂ©rale. Le triptyque « dignitĂ©-libertĂ©-justice sociale » est clairement mentionnĂ© dans le programme et le chef du gouvernement ne manquera pas non plus de dire que sa  dĂ©claration s’inscrit dans le cadre « de la dynamique dĂ©mocratique que connaĂ®t le monde arabe ».

 Il n'oublie pas cependant de souligner l'attachement du Royaume « à la religion de l'islam tolĂ©rant, la monarchie constitutionnelle, la dĂ©mocratie et la dĂ©fense de l'intĂ©gritĂ© territoriale », laquelle constitue la prioritĂ© des prioritĂ©s.

 

Forte connotation sociale

Côté économique, le nouveau gouvernement table sur un taux de croissance de 5,5% pour les quatre prochaines années.

L’objectif, c’est aussi de « maîtriser l'inflation autour de 2%, réduire le taux de chômage à 8% et le déficit budgétaire à 3% (6% du PIB attendus en 2011) durant les quatre années à venir », a déclaré Benkirane, seize jours après la formation du gouvernement, sachant que le Maroc a enregistré une croissance de 4,5% en 2010 et s'attend à un taux de 4% à 5% en 2011.

 Officiellement Ă©tabli Ă  9,6%, le taux de chĂ´mage devrait Ă©galement ĂŞtre ramenĂ© Ă  8% Ă  l’horizon 2016. Pour ce faire, le gouvernement entend bien poursuivre les programmes dĂ©jĂ  enclenchĂ©s (Taahil, Moukawalati, Idmaj) et propose d’en ajouter trois nouveaux autres.

 Il s’agit de Moubadara (Initiative) qui « vise Ă  encourager le recrutement au sein des associations actives dans les services sociaux et pĂ©dagogiques », de Taatir (Encadrement) qui consiste Ă  « octroyer des bourses aux diplĂ´mĂ©s-chĂ´meurs pendant une longue durĂ©e, durant leur stage de reconversion » et, enfin, du plan Istiaab (rĂ©sorption) qui aura pour mission « de crĂ©er un système incitatif pour le basculement de l’informel Ă  l’économie structurĂ©e ».

 Ce sont ces trois nouvelles mesures que propose donc Benkirane pour « diminuer l’impact du chĂ´mage des jeunes, et rĂ©duire les inĂ©galitĂ©s sociales » qui constituent les grands dĂ©fis du gouvernement. Et surtout calmer les ardeurs de la contestation sociale.

 Par ailleurs, tout en considĂ©rant la lutte contre la corruption comme un « axe de première importance » de l'action de son Ă©quipe, Benkirane a souhaitĂ© l'Ă©radication de l'illettrisme en ramenant son taux Ă  20% (contre 30% actuellement, selon les chiffres officiels).

Son programme promet aussi la création d'un « fonds public d'assurance sociale pour les démunis ».

 Figure Ă©galement au programme la construction de logements sociaux, notamment un produit nouveau ciblant les classes moyennes, pour rĂ©duire le dĂ©ficit de 840 000 Ă  400 000 unitĂ©s, et « accĂ©lĂ©rer la mise en Ĺ“uvre des projets de villes sans bidonvilles ».

 Le salaire minimum Ă  3 000 dirhams a disparu des promesses du PJD. Dans son programme, le gouvernement promet « d'Ĺ“uvrer pour une hausse graduelle du SMIG ». Pour rappel, c’est la mesure attendue par 71% des Marocains, d’après le sondage rĂ©alisĂ© pour actuel (N°120).

Ali Hassan Eddehbi

… Et pendant ce temps à l’extérieur du Parlement

Dès 10 heures, des femmes du Mouvement pour la démocratie paritaire se sont rassemblées devant le Parlement, brandissant des pancartes dénonçant l’insuffisance de la représentativité des femmes dans le gouvernement. « 1 contre 30, c’est incroyable ! », pouvait-on lire sur les pancartes.

 Vers 11 heures, elles Ă©taient dĂ©jĂ  plusieurs dizaines auxquelles se joindront les chĂ´meuses du « groupe des 40 », qui se dit exclu de l’arrĂŞtĂ© d’Abbas  El Fassi concernant l’embauche directe de plus de 4 000 diplĂ´mĂ©s-chĂ´meurs.

 Petit Ă  petit, les hommes rejoindront les femmes. On ne verra plus les militantes fĂ©ministes, mais plutĂ´t une armĂ©e de diplĂ´mĂ©s-chĂ´meurs de presque toutes les tansiquiyat (coordinations). Essentiellement des licenciĂ©s et des titulaires de masters. Les docteurs, eux, sont de moins en moins visibles. InterrogĂ©s sur le motif de leur sit-in, les protestataires n'Ă©taient pas très volubiles.

 C’est que leurs revendications sont les mĂŞmes depuis des lustres. « Ce que nous voulons, c’est l’emploi. Nos revendications ne changeront pas. Nous sommes lĂ  parce que c’est le jour de la dĂ©claration gouvernementale », se contente de rĂ©pondre l’un des « organisateurs » du sit-in.

 D’autres chĂ´meurs, plus malins, se faufileront pour passer devant la porte arrière du Parlement afin d’interpeller directement les ministres. A la sortie de l’hĂ©micycle, Benkirane, dans sa voiture, s'est trouvĂ© face Ă  un petit groupe de jeunes qui lui a remis des demandes d’emploi.

 Par courtoisie, il en a pris deux ou trois, mais dès que les autres ont tentĂ© d’assaillir sa voiture « de fonction », il a froncĂ© les sourcils et Ă  demandĂ© Ă  son chauffeur d’accĂ©lĂ©rer. Eh oui, un chef de gouvernement ne va quand mĂŞme pas fonctionner au cas par cas !


Ambiance au Parlement

Inchallah, dans cinq ans…

Le discours était solennel et consensuel. On s'est un peu ennuyé au Parlement. Heureusement que les femmes ont assuré l'ambiance !

 

Les strapontins du Parlement se remplissent à vue d’œil ce jeudi matin. Les membres des deux Chambres sont venus en force écouter la déclaration gouvernementale. Abdelilah Benkirane arrive décontracté et tout sourire à l’hémicycle.

 Les photographes l’assaillent tandis que les ministres discutent et posent eux aussi devant les objectifs. A contrario, Hamid Chabat, membre de la majoritĂ© et patron du syndicat de l’Istiqlal, n’a pas l’air en grande forme.

 Il arrive en retard et ne prĂŞte que peu d’attention Ă  la dĂ©claration du chef de gouvernement. Benkirane, vĂŞtu du mĂŞme costume Ă©lĂ©gant qu’il portait pour la visite officielle de Mariano Rajoy, prend la parole après l’ouverture de la sĂ©ance par le prĂ©sident de la première Chambre, Karim Ghellab.

 SitĂ´t les classiques salutations terminĂ©es, le chef du gouvernement est interrompu par les femmes, surtout les pamistes de l’opposition. Elles brandissent des pancartes dĂ©nonçant la faible reprĂ©sentativitĂ© fĂ©minine. La salle les acclame Ă  l’unisson et on voit mĂŞme la ministre pjdiste  Bassima Hakkoui applaudir !

 

Côté femme, côté opposition

Benkirane détaille alors son programme et l’on remarque tout de suite le ton solennel et le caractère consensuel d’un discours dans lequel figurent les orientations générales du pays, dont la marocanité du Sahara, les directives royales, etc.

 L’assistance Ă©coute religieusement Benkirane. Dans les rangs de l’opposition USFP, on remarque un Hassan Tarik distrait qui consulte son tĂ©lĂ©phone, et un Kabbaj qui pianote sur son iPad.

 Tout au long du discours de Abdelilah Benkirane, qui a durĂ© près de deux heures, un mot revient en particulier : « Hakama », (bonne gouvernance), un concept qui lui tient Ă  cĹ“ur. Le chef du gouvernement est applaudi par les parlementaires de sa majoritĂ©, mais pas par ses dĂ©tracteurs qui ne peuvent s’empĂŞcher de rire quand il Ă©voque « l’égalité ».

 Â«â€‰Je suis sincère. Je ne suis pas de ceux qui vendent uniquement les paroles », rĂ©torque-t-il. A la fin de l’exposĂ©, les parlementaires quittent la salle et se donnent rendez-vous pour le vote de confiance, qui doit se tenir dans trois ou quatre jours.

 Â«â€‰La dĂ©claration gouvernementale ressemble Ă  une dĂ©claration d'intention car elle n’est pas suffisamment chiffrĂ©e », commente Salaheddine Mezouar, patron de l’opposition rniste. Hassan Tarik trouve Ă©galement le texte vague, mais la majoritĂ© dĂ©fend son projet qui dresse les lignes directrices pour les cinq prochaines annĂ©es.

 Benkirane sort de l’hĂ©micycle, tout sourire, après un petit dĂ©bat avec une parlementaire qui lui reproche la faible reprĂ©sentativitĂ© des femmes. Les ministres et les parlementaires quittent petit Ă  petit le bâtiment et on remarque Ă  la sortie Aziz Rebbah, ministre de l’Equipement et du Transport, attablĂ© dans le cafĂ© populaire Italia. Mezouar est, lui, parti dĂ©jeuner dans une ambiance plus cosy, au Grand comptoir...

Zakaria Choukrallah

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter