EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
SĂ©curitĂ© nationale Les services ont le spleen
actuel n°129, vendredi 17 février 2012
| More

La contestation a permis d’augmenter les moyens de surveillance. Mais les méthodes de nos services sont de plus en plus contestées. Un dossier brûlant de plus pour Ramid...


Le général Belbachir a poliment décliné l'offre, le général Laânigri, gravement malade est hors circuit... Quel sera le grand manitou qui pilotera le fameux Conseil national de sécurité ? Débaucher Yassine Mansouri qui a fait du bon boulot à la tête de la Direction générale des études et de la documentaion (DGED) ? Pour l'instant, c'est le wali Mouhyeddine Amzazi, à la tête d'une cellule au ministère de l'Intérieur, qui met les dernières retouches aux textes qui déterminent le champ d'action du Conseil national de sécurité. L'article 54 de la nouvelle Constitution a défini les grandes lignes de cette instance de « concertation sur les stratégies de sécurité intérieure et extérieure du pays, et de gestion des situations de crise, qui veille à l'institutionnalisation des normes d'une bonne gouvernance sécuritaire ». Dans le détail, cette instance est chargée des stratégies de sécurité intérieure et extérieure du pays, de la gestion des situations d'urgence, et de la mise en place des conditions de la bonne gouvernance sécuritaire, de la prévention et lutte contre les ingérences et les menaces étrangères, [...] contre tout acte « visant à porter atteinte à l'autorité de l'État, au secret de la défense nationale ou au patrimoine économique du pays ».

En attendant l'acte de naissance officiel de la fameuse instance, les secousses du printemps arabe, les manifestations à répétition, le bouillonnement de la rue et la crainte de menaces d'infiltration du 20-Février par des « mains étrangères » focalisent l'attention, et les efforts de services comme la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), chapeautée par Abdellatif Hammouchi, la DGED ou encore les Renseignements généraux (RG).

 

Mesures préventives

Pour montrer l’efficacité de ces mesures préventives qui jonglent avec la légalité, on met en avant le démantèlement récent d’une cellule liée au « parti de la libération islamique », le groupe islamiste radical fondé en 1953 par le cheikh Taqiuddin an-Nabhani, à Al-Qods. Les trois membres arrêtés, dont un Marocain de nationalité danoise, qui distribuaient des tracts appelant à la chute du régime, devaient « superviser l’exécution d’un plan visant à porter atteinte à la sécurité et à la stabilité du pays à travers le recrutement d’un maximum d’éléments endoctrinés à cet effet ».

Résultat, les services de renseignement ont accru leur surveillance des communications, de la cybercontestation, « la surveillance des mouvements, groupes ou organisations subversifs violents et les phénomènes de société précurseurs de menaces », pour emprunter la phraséologie des rapports secrets. Dans l’actualité la plus brûlante, ces mêmes services ont été bousculés par les troubles de la ville de Taza, qui ont connu une flambée sans précédent les 3 et 4 février. « Difficile de trouver une réponse immédiate qui ne soit pas de l’ordre du tout-sécuritaire face à des jeunes fermement décidés à en découdre avec les forces de l’ordre », explique l’un de ces hommes de l’ombre. Et d’ajouter que, contrairement aux idées reçues, les services sont, eux aussi, attentifs à ne pas écorner le capital de sympathie créé par les « avancées politiques » réalisées par le Royaume depuis le démarrage du printemps arabe.

 

La sous-traitance de la torture

Paradoxalement, le printemps arabe a boosté l’espionnage politique comme il a permis aux services de profiter de ce climat pour mettre sous surveillance de nombreuses personnes. Les écoutes téléphoniques et les contrôles de courriels se pratiquent allègrement. De nouveaux moyens technologiques très sophistiqués ont été mis en place : il est extrêmement facile pour les services, aujourd'hui, de surveiller les contestataires. Etouffer dans l’œuf toute contestation exige d'obtenir le plus rapidement possible le maximum de renseignements possibles. Avec cette pression, les dérapages sont-ils plus fréquents ? Depuis le fameux « pique-nique » des vingtfévrieristes devant la forêt de Témara, de nombreuses voix de nombreuses ONG s'élèvent régulièrement pour demander plus de contrôle sur nos services de renseignement.

 

La DGST sous contrĂ´le

Le 19 janvier dernier, le Comité marocain contre la torture (un collectif de quatorze ONG) a adressé une requête à Benkirane pour le sommer d'ouvrir le centre de Témara dépendant de la DGST aux ONG, et au rapporteur de l’ONU contre la torture. Ces ONG accusent le centre d'abriter des bureaux de liaisons de services de renseignement étrangers, comme la CIA qui en aurait fait un centre de sous-traitance de la torture de prévenus de nationalités étrangères. Pour l'instant, il s'agit d'arracher un plus grand contrôle parlementaire et administratif ; on n'en est pas encore à exiger l'officialisation des moyens et outils nécessaires aux opérations comme les moyens d’écoute sonore, la pose de balise, l’infiltration, la pénétration de locaux, l’usage de fausses identités… Sur cette question, Ramid n'a pas encore révélé sa botte secrète. Mais il y a une semaine, suite aux allégations de torture d'un des chioukhs salafistes, à sa sortie de prison, le ministre de la Justice dévoilait le fond de sa pensée : « Je n’ai pas souhaité qu’il porte plainte, car cela ne ferait que rallonger les procédures. Maintenant, s’il le fait, je m’engage à ouvrir une enquête. » Dans la foulée, Ramid explique que la DGST sera désormais sous contrôle. « Je n'ai pas vocation à contrôler leur travail de veille territoriale, sauf lorsqu’il sera confronté au principe du respect des libertés des personnes. Mais dans le cas où il y aurait des dépassements sur ce volet, je suis prêt à démissionner ! »

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter