EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
actuel n°48, samedi 22 mai 2010
| More

Le Premier ministre s’est livré au pénible exercice de présentation du bilan de l’action de son gouvernement, au cours de deux années d’exercice, et a présenté l’état du Maroc tel qu’il se profile aujourd’hui.


***

ConsidĂ©rĂ©e comme un non-Ă©vĂ©nement, la prĂ©sentation du bilan du gouvernement devant les dĂ©putĂ©s n’a pas dĂ©rogĂ© Ă  la règle. Abbas El Fassi a pourtant menĂ© jusqu’au bout l’exercice, parfois lassant, et par moments soporifique, de dresser la liste des « avancĂ©es enregistrĂ©es par le pays sous le gouvernement actuel ». S’il y avait lĂ  tout le gotha gouvernemental et parlementaire (mĂŞme Fouad Ali El Himma avait tenu Ă  faire le dĂ©placement), on pouvait noter l’absence de la moitiĂ© des dĂ©putĂ©s. Apparemment peu affectĂ© par les critiques de l’opposition, Abbas El Fassi a pris tout son temps pour dĂ©fendre le bilan de son Ă©quipe : deux heures d’un discours fleuve oĂą le Premier ministre a passĂ© en revue les principaux chantiers, prenant soin de ne pas aborder les dossiers Ă©pineux. Le satisfecit gouvernemental est bien entendu partagĂ© par les dĂ©putĂ©s de sa coalition. Pour Mohamed Kafi Cherrat, membre du  groupe istiqlalien Pour l’unitĂ© et l’égalitarisme, Ă  la Chambre des conseillers, « la dĂ©claration du Premier ministre Ă©tait claire et chiffrĂ©e. Le bilan de mi-mandat est dans sa globalitĂ© positif. Il y a toujours des chantiers qui restent ouverts. Certains points nĂ©gatifs de l’action gouvernementale sont liĂ©s Ă  la contrainte de temps et de moyens ». MĂŞme son de cloche du cĂ´tĂ© des ministres : « Plus qu’une question de crĂ©dibilitĂ©, on a un problème de communication. Le gouvernement a fait du très bon travail, il a Ă©tĂ© très courageux sur de nombreux dossiers. Notre bilan est un bilan qu’aucun autre gouvernement n’a pu aligner. Mais pour la presse, seules les critiques de l’opposition ont droit de cité », s’insurge un membre du gouvernement, apparemment bien remontĂ© contre les mĂ©dias. « Courage », le mot est bien exagĂ©rĂ©, puisque l’une des principales critiques faites Ă  Abbas El Fassi, c’est justement d’avoir manquĂ© de courage en faisant l’impasse sur les dossiers chauds tels que les derniers rapports de la Cour des comptes qui ont Ă©pinglĂ© bien plus d’une administration.

Quant au dossier du social, les représentants des centrales syndicales ont exprimé leur mécontentement face au bilan de l'action gouvernementale, rappelant à cet effet le blocage du dialogue social. Selon Mohamed Daidaa, secrétaire général du Syndicat national démocratique des Finances : « La déclaration du Premier ministre est généraliste et n’apporte aucun élément nouveau. Concernant le volet social, il n y a rien de spécial même si le Premier ministre avance le chiffre de 19 milliards de dirhams comme coût global du dialogue social. On va d’ailleurs exiger de lui qu’il nous donne les détails des chiffres qu’il avance. Tous les fonctionnaires savent qu’ils ont été augmentés de deux à trois dirhams par jour, alors que la baisse des impôts a, en fait, beaucoup plus bénéficié au patronat qu’aux salariés », soutient Daidaa.

Le PAM va encore plus loin. Hakim Benchemass, chef du groupe parlementaire du PAM à la Deuxième Chambre : « Nous avons été étonnés de distinguer des chantiers lancés par le roi et présentés par Abbas El Fassi comme un travail du gouvernement. Le discours du Premier ministre est généraliste, non chiffré et ne permet pas de mesurer les réalisations depuis le discours de politique générale. Nous nous attendions pourtant à ce que le gouvernement ait le courage de laisser de côté la langue de bois pour s’attarder sur les questions essentielles. Nous allons étudier dans le détail le discours du Premier ministre pour apporter les réponses nécessaires. » Le week-end s’annonce chaud pour l’équipe El Fassi, avec les réponses des députés au Parlement, vendredi ; et la Chambre des conseillers qui tiendra, lundi prochain, une séance plénière consacrée aux interventions des groupes dans le cadre des débats autour du bilan du gouvernement.

Abdellatif El Azizi

MORCEAUX CHOISIS

RĂ©forme de la Justice
D’après El Fassi, le budget du secteur de la Justice a connu une importante augmentation en vue de renforcer ses capacitĂ©s. Au menu Ă©galement, la lutte contre la corruption, la moralisation de la vie publique, la rĂ©vision des systèmes des agrĂ©ments et autres avantages. Sur le plan institutionnel, El Fassi a soulignĂ© que le gouvernement a mis en place l'Instance centrale de lutte contre la corruption et l'unitĂ© de traitement des donnĂ©es financières pour dynamiser la loi sur la lutte contre le blanchiment. Il cite aussi la loi sur la dĂ©claration du patrimoine. 

DĂ©mocratie locale
La stratégie du gouvernement vise à renforcer la décentralisation à travers l'adoption de la régionalisation en tant que choix économique dans les politiques publiques. « De grands chantiers structurants sont en perspective pour remodeler la relation de l'Etat avec les entités territoriales, sur la base de la complémentarité dans les fonctions et la gestion de proximité, à leur tête le chantier de régionalisation élargie », a-t-il insisté.

Champ religieux
Le Premier ministre a indiqué que « le gouvernement continuait de bâtir le modèle marocain en matière de gestion de la chose religieuse ». Quel modèle ? El Fassi a brossé un tableau succinct des caractéristiques du fameux modèle marocain. Il a ainsi souligné qu'un intérêt accru était accordé à la création de nouvelles écoles coraniques, et aux mosquées à travers l'application du programme national de mise à niveau, la réforme de l'enseignement traditionnel et le plan pour l'encadrement des ouléma et des prédicatrices.

Culture
Dans un clin d’œil Ă©vident au PJD, le chef du gouvernement a fait l’apologie « des festivals qui mettent en valeur la culture et le patrimoine du Royaume ». Le soutien du gouvernement Ă  la culture s’est concrĂ©tisĂ© par « la mise en place du plan relatif aux mĂ©diathèques, la rĂ©habilitation du patrimoine Ă  travers l'intĂ©rĂŞt portĂ© aux musĂ©es », sans oublier  l'Ă©ducation Ă  la citoyennetĂ© et aux droits de l'Homme dans les programmes scolaires.

Diplomatie
La Palestine a fait l’essentiel du discours du Premier ministre sur la diplomatie marocaine au Proche-Orient. Le gouvernement répondait aux critiques égyptiennes visant les actions du Royaume au niveau d’Al-Qods. El Fassi a souligné que la diplomatie marocaine travaillait à contrecarrer la modification du statut des terres palestiniennes occupées. Sahara oblige, le Maroc, a-t-il précisé, a réaffirmé son engagement à poursuivre ses actions en vue de dynamiser l'Union du Maghreb arabe (UMA)et a appelé « l'Algérie à ouvrir les frontières pour favoriser la mise en place des conditions propres à réaliser le développement du Maghreb arabe ».

Présides occupés
El Fassi a appelé l'Espagne « à engager le dialogue pour mettre fin à l'occupation de Sebta et Melilia ». La réponse des Espagnols n’a pas tardé puisque la vice-présidente du gouvernement espagnol, María Teresa Fernández de la Vega Sanz, a confié à la presse ibérique que « la souveraineté et le cachet espagnol de Sebta et Melilia ne souffraient d’aucune discussion, sous quelque forme que ce soit ».

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter