EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
actuel n°41, samedi 3 avril 2010
| More

A la mode aux Etats-Unis, ces cercles de réflexion supposés « indépendants » occupent de plus en plus le devant de la scène politique marocaine.


***

Malgré le parapluie paternel et une médiatisation à outrance, ce n’est pas le fameux Institut Amadeus auquel émarge Brahim Fassi Fihri, le fils du ministre des Affaires étrangères, qui a eu les honneurs du dernier classement annuel de l’Université de Pennsylvanie concernant les think tanks les plus influents dans le monde. Le primé 2009 est le timide Centre d’études et de recherches en sciences sociales (CERSS). Ce think tank marocain, classé premier au Maroc et qui occupe le 22e rang dans la région Mena en 2009, travaille dans l’ombre de la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de l’université Mohammed V de Rabat. Une structure créée en 1993 par un groupe d’universitaires, de chercheurs et de praticiens en sciences sociales pour servir les besoins en recherche de l’université. Avant que l’ex-ministre de l’Education, Abdellah Saaf, et l’universitaire de renom, Amina Messaoudi, siégeant au conseil d’administration du centre, ne lui donnent une impulsion avec des thèmes de recherche axés sur les mutations politiques du Maroc.

 Depuis la mort de Hassan II, le nombre de think tanks a explosĂ© au Maroc. En moins d’une dĂ©cennie, nombre de fondations, d’instituts et de centres de recherche ont vu le jour. Certains avec un sĂ©rieux coup de pouce comme le dernier-nĂ© Amadeus qui a pu asseoir sa notoriĂ©tĂ© trop vite pour ĂŞtre vĂ©ritablement crĂ©dible. D’autres, bien plus indĂ©pendants, survivent grâce aux maigres ressources de l’aide internationale comme le CERSS rĂ©cemment primĂ©. Les grandes entreprises se sont Ă©galement mises de la partie en lançant leurs propres structures, comme la Fondation ONA ou encore l’Institut OCP, « un espace d’échanges destinĂ© Ă  favoriser la rĂ©flexion, anticiper les Ă©volutions et promouvoir la notion d’entreprise citoyenne », comme le prĂ©cise le groupe.

 A gauche comme Ă  droite

Think tank : les politiques les plus branchés fréquentent assidûment ces centres quand ils n'en sont pas tout simplement les maîtres d’oeuvre. A gauche, la fondation Bouabid, baptisée du nom du cofondateur (avec Ben Barka) de l’USFP, organise régulièrement des débats sur l’avenir de la gauche. Le président, Ali Bouabid fait partie de la jeunesse du parti qui appelle à des réformes urgentes de la gauche sans pour autant s’attaquer aux fondamentaux de l’USFP.

 A droite, le MTD (Mouvement pour tous les dĂ©mocrates) crĂ©Ă© par Fouad Ali El Himma avait pour ambition première de « rĂ©unir des citoyennes et des citoyens de divers horizons professionnels, intellectuels et culturels, et de diffĂ©rentes sensibilitĂ©s politiques et associatives pour examiner les dĂ©fis, questions, enjeux et attentes se rapportant Ă  la situation politique nationale, y compris les enseignements des dernières Ă©lections lĂ©gislatives ». Les Aziz Akhannouch, Mustapha Bakkoury, Salah El Ouadie et confrères qui forment le noyau dur n’avaient pas cachĂ© leur ambition de voir le MTD devenir « le premier think tank de la droite libĂ©rale » avant que les ambitions politiques des uns et des autres n’en fassent un simple tremplin pour favoriser la naissance du PAM. Quant aux islamistes, ils ont dĂ©sormais leur Centre marocain des Ă©tudes et des recherches contemporaines (CMERC), une structure proche du Mouvement unicitĂ© et rĂ©forme (MUR) qui n’est autre que la face cachĂ©e du PJD.

 Opportunisme

Le CMERC a créé la polémique au lendemain de sa naissance en présentant son premier rapport consacré à la « situation religieuse au Maroc ». Non seulement ce rapport soulignait « un éveil religieux au Maroc », ce qui a provoqué l’ire des laïcs, mais tirait à boulets rouges sur le soufisme, se mettant à dos les boutchichis entre autres. Ce qui fait dire à Mohamed Darif que « la médiatisation à outrance de ce rapport signait en réalité l’acte de naissance du think tank du PJD. Ainsi, il faut voir au-delà du contenu de ce rapport, une tentative du Centre marocain des études et des recherches contemporaines d’occuper les devants de la scène médiatique ».

 Si le phĂ©nomène est relativement nouveau, les finalitĂ©s de ces nouveaux think tanks ne sont pas exemptes d’opportunisme puisqu’ils sont souvent utilisĂ©s par leurs promoteurs pour se refaire une nouvelle virginitĂ©. Il s’agit le plus souvent d’instruments permettant Ă  des acteurs politiques en mal de popularitĂ© de mobiliser les ressources de leur parti pour tenter de s’emparer de l’appareil partisan. Conclusion, on attendait des think tanks de partis politiques, on se retrouve avec des think tanks de leaders politiques.

 Abdellatif El Azizi

Le Maroc parent pauvre ?

Le Global « Go-to Think Tanks »  a Ă©tĂ© Ă©laborĂ© grâce Ă  la contribution de 1 200 experts, universitaires, dĂ©cideurs politiques et reprĂ©sentants d’ONG. Pour choisir les candidats primĂ©s, les experts ont pris en compte la capacitĂ© Ă  attirer les meilleurs chercheurs et experts, la rĂ©putation acadĂ©mique, l’aptitude Ă  se positionner comme un lieu ou un acteur central du dĂ©bat public… Au total, le Maroc comme la Tunisie sont crĂ©ditĂ©s d’une dizaine de think tanks qui valent le dĂ©tour, alors que l’Egypte en compte 29, la Palestine 19 et le Liban 11. Dans le monde arabe, le think tank le plus influent est libanais, le Carnegie Middle East Center, suivi de l’égyptien El Ahram Center for Strategic and Political Studies.

Le rapport recense 6 305 think tanks à travers le monde dont l’Amérique du Nord rassemble à elle seule 30 %, l’Europe occidentale 28 %, et l’Asie 19 %. Viennent ensuite l’Amérique latine (10 %), l’Europe de l’Est (9 %), l’Afrique (8 %), le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (4 %), puis l’Océanie (1 %)…

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter