EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
actuel n°167, jeudi 8 novembre 2012
| More

L’USFP met les bouchées doubles pour réussir un 9e congrès crucial. Car, cette fois, les exigences de transparence et de démocratie interne sont tout aussi importantes que l’identité du futur chef de file des socialistes. Tour d’horizon.


A peine plus d’un mois sépare l’USFP de son 9e congrès, prévu du 14 au 16 décembre prochain. Les préparatifs s’accélèrent pour réussir ce conclave, volontairement programmé la veille de l’anniversaire de l’assassinat de Omar Benjelloun, le 18 décembre 1975. Le 4 novembre, le conseil national du parti s’est réuni après plusieurs semaines de travaux intensifs. Objectif, trancher l’ensemble des points litigieux avant la date du congrès. Il a été notamment question des rapports de différentes commissions préparatoires, en plus des modalités d’élection du secrétaire général du parti, qui avaient poussé à un report de la date du congrès initialement prévu en septembre dernier.

Au terme de longs pourparlers, le conseil national a pu se mettre d’accord sur le point d’orgue du prochain congrès, à savoir le mode d’élection du premier secrétaire et des autres instances dirigeantes. Soucieux du respect des exigences de démocratie interne et de transparence, les socialistes ont décidé de laisser le dernier mot aux congressistes (environ 1 200, ndlr) qui éliront leur nouveau premier secrétaire au suffrage direct. « Ce sera une élection à deux tours. L’objectif étant de permettre au nouveau secrétaire général du parti d’avoir derrière lui une majorité solide et un maximum de consensus », nous explique un jeune ittihadi de la coordination de Rabat, qui a pris part à cette dernière session du conseil. Une décision qui a été appréciée par la quasi-totalité des membres du « parlement » de l’USFP. Exception faite de Driss Lachgar et de ses supporters qui privilégiaient une élection à un tour. Une première défaite pour Lachgar dans sa course à la direction de l’USFP ? Officiellement, ceux qui ont prôné une élection à un tour affirment vouloir protéger le congrès, au cas où aucun candidat n’arriverait à franchir le seuil fixé pour passer au deuxième tour. Alors que les détracteurs du scrutin à un tour estiment que cette modalité risque de donner un premier secrétaire avec un faible pourcentage de voix, ce qui impacterait négativement ses prérogatives et l’obligerait à satisfaire à tous les courants internes.

 

Campagnes sous haute surveillance

Ce choix du mode d’élection du premier secrétaire s’est également accompagné d’une nouvelle procédure, celle de l’élection du futur bureau politique. Celui-ci devra être choisi parmi une équipe qui sera proposée par la commission administrative du parti, avec la possibilité de recevoir des candidatures externes à cette commission. Le futur appareil exécutif du parti de la rose comprendra entre 19 et 33 membres. Leur sélection finale sera du ressort de la commission administrative, dont les 300 membres sont élus au niveau régional et national. Par ailleurs, une partie du bureau sera proposée par le premier secrétaire élu. Ce mode d’élection n’est pas nouveau, mais il a été abandonné par le parti depuis son cinquième congrès, sous la conduite de feu Abderrahim Bouabid. Dans un autre registre, l’USFP a décidé d’organiser des campagnes électorales transparentes, sur la base du débat d’idées. Le but étant d’éviter un duel semblable à celui de Chabat vs El Fassi. Ou encore une campagne électorale marquée par des « festins » à profusion. Pour ce faire, la direction du parti va chapeauter directement le déroulement de la campagne. C’est elle qui fixera les dates et les lieux des tournées de chaque candidat et organisera le temps de parole. Ainsi, les prétendants iront tous faire campagne le même jour et au même endroit. « C’est un tirage au sort qui déterminera lequel parlera en premier », précise-t-on. Toutes ces mesures, doublées d’une procédure de vote par cartes électroniques, ont un seul objectif : éviter toute contestation au lendemain de ces élections décisives.

 

Plateforme politique sans nouveauté

A l’USFP, chacun des candidats potentiels a derrière lui son propre camp, et il vaudrait mieux que tout le monde soit satisfait in fine.

Cette dernière session du conseil national a également été l’occasion de présenter un document d’importance : la plateforme de la commission politique, dont la rédaction a divisé le conseil national pendant plusieurs semaines. Pour Abdeljalil Tolaymat, membre du conseil national, qui en a donné lecture « le but est d’élaborer la vision d’un projet sociétal et politique pour répondre aux questions des ittihadis après des années de participation au gouvernement ». Des questions qui concernent « l’identité et le référentiel, l’évaluation du bilan du gouvernement d’alternance et la vision générale pour gérer la situation politique actuelle », ajoute t-il, cité par notre confrère Libération. Fidèle au discours gauchiste, la plateforme souligne également que « le plus grave danger qui guette le projet sociétal progressiste est le conservatisme », ajoutant qu’il est « nécessaire de libérer le discours religieux de l’instrumentalisation politique et des interprétations aux antipodes des valeurs universelles ».

Quelques paragraphes après ce passage, on justifie allègrement les alliances de l’USFP avec d'autres partis – l’allusion est clairement faite au PJD –, arguant du fait qu'elles sont « inévitables sur le plan local… en raison de la balkanisation du champ politique ».

En somme, il ne faudra pas s’attendre à ce que l’USFP revoie ses relations avec le Makhzen ou que le parti fasse un mea-culpa de ses treize ans au gouvernement. Il s’agira, au mieux et plus simplement, d’élire un nouveau secrétaire démocratiquement et de dresser le bilan chiffré du gouvernement d’alternance.

Ali Hassan Eddehbi

Forces et faiblesses des trois favoris pour la succession de Abdelouahed Radi

 

Habib El Malki

Points forts : Il a été le premier à officialiser sa candidature, trois mois avant d’être suivi par Ahmed Zaïdi. Habib El Malki est réputé être l’un des économistes les plus brillants du Royaume.

Ancien ministre de l’Education nationale et actuel président du Centre marocain de conjoncture, El Malki espère que cette fois sera la bonne, après avoir déjà tenté de prendre les rênes de l'Union socialiste des forces populaires lors du précédent congrès face à Abdelouahed Radi et Fathallah Oualalou.

Points faibles : Consensuel, El Malki a un seul problème : c’est un vieux cacique de la maison USFP.

Un visage trop familier, peu compatible avec l’image du changement escompté.

 

Ahmed ZaĂŻdi

Points forts : Il a été militant au sein de l’UNEM (Union nationale des étudiants du Maroc) avant de rejoindre l’Union socialiste des forces populaires, dont il est actuellement président du groupe parlementaire à la première Chambre. Après une carrière au sein de la TVM qu’il a rejointe en 1974, et durant laquelle il présentait le journal télévisé, Ahmed Zaïdi a décidé de se consacrer entièrement à la politique dès la fin des années 1980. Modération et pondération sont ses principaux atouts.

Points faibles : Il a, depuis longtemps, choisi de prendre ses distances avec les querelles et autres problèmes internes du parti. Un retrait qui pourrait négativement impacter le capital de confiance auprès des congressistes.

 

Driss Lachgar

Points forts : Populiste, surmédiatisé, fin causeur… il vient aussi de se doter d’une moustache à la Chabat, le patron de l’Istiqlal. Mais l’avocat ittihadi veut pousser la ressemblance plus loin et devenir lui aussi chef d’un parti historique marocain. Pour des raisons tactiques, Lachgar ne veut pas encore officialiser sa candidature, mais tout laisse à croire qu’il le fera.

Points faibles : Peu fiable et versatile, les socialistes n’oublient pas que, sous le gouvernement Abbas El Fassi, Lachgar a fait du chantage en menaçant de s’allier au PJD au cas où il n’aurait pas un poste de ministre… poste qu’il a fini par obtenir en 2009 à la déception générale ! Ses détracteurs l’accusent aujourd’hui d’utiliser sa casquette d’avocat de Khalid Alioua pour servir ses propres intérêts...

A.H.E.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter