EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°90, jeudi 21 avril 2011
| More

Le nouvel homme fort de Tanger attaque son prédécesseur. Et il a des arguments. Mais reste à débloquer les nombreux dossiers accumulés.


***

Fouad El Omari réussira-t-il à redresser le bateau ivre de la mairie de Tanger, plombée par la gestion catastrophique de Samir Abdelmoula ? Rien n'est moins sûr tant les dossiers noirs du conseil de la ville restent épineux et innombrables.

Des dossiers en suspens, une ville en déshérence totale, des suspicions de fraude, des contrats immobiliers véreux. La conférence de presse, organisée le week-end dernier par le maire de Tanger, visait plus à rassurer l'opinion publique sur la capacité du nouveau bureau à débloquer les nombreux dossiers accumulés, durant les quinze derniers mois de paralysie du conseil de la ville, qu'à rentrer dans le détail des dossiers datant de la législature précédente.

Entouré de membres de son bureau dont quatre représentants du Rassemblement national des indépendants (RNI), quatre de l’Union constitutionnelle (UC) et trois du PAM, le maire ne s'est pas privé de dénoncer « la situation dramatique héritée du bureau précédent, dont les activités étaient pratiquement paralysées pour cause d'absence chronique de l'ex-maire ».

Les affaires les plus urgentes

Tout en renvoyant à la gestion de son prédécesseur. « Nous nous devons d'exercer nos mandats avec éthique et nous n'avons pas peur des audits qui permettront d'éclairer sur les dérives du passé. »

Fouad El Omari s'en prend plus particulièrement à l'utilisation à des fins politiciennes du dossier de la gestion déléguée confiée à Amendis. Concernant cette affaire qui a été au cœur des slogans du 20-Février, El Omari s'insurge contre l'utilisation à des fins populistes.

« Une étude comparative est déjà en cours avec les autres villes. Comme ce dossier concerne tout le monde, du simple consommateur d’eau et d’électricité jusqu’aux grands comptes, il faut prendre le temps nécessaire pour étudier toutes les clauses du contrat et définir les infractions commises avant de prendre une décision irréversible dans l’intérêt de la ville et des citoyens. L’objectif final, c’est que le citoyen reçoive une facture juste et raisonnable. »

Les absences répétées, la non-tenue des sessions ordinaires de juillet et octobre, des comptes administratifs en suspens avaient mis en péril les affaires les plus urgentes de la ville, sans oublier les dossiers d'urbanisme et d'investissements en berne depuis son élection.

Flairant la catastrophe, le PAM avait ainsi poussé à la porte Abdelmoula, en le chassant comme un malpropre, à la fois du conseil de la ville et du parti.

Quant aux critiques de l'opposition concernant son élection – aux conditions rocambolesques – grâce à l'entregent de son frère Ilyas El Omari, le maire balaie d'un geste de la main les rivalités inhérentes à tout exercice de la chose locale. « Nous avons l'espoir que la nouvelle forme de gouvernance permettra de redonner confiance aux Tangérois. »

Abdellatif El Azizi

 

Grâce

Bientôt zéro détenus d’opinion ?

Le roi l'a fait. Il a libéré les détenus politiques. Les militants veulent maintenant la fin de l'impunité !

Il y avait foule ce jeudi 14 avril pour le point de presse du CNDH. Chakib El Khiyari, les six détenus politiques du groupe Belliraj, le frère de Abdelkader Belliraj et d’autres étaient sur le point d'être libérés.

« La joie des familles est immense et nous espérons encore plus de réformes », nous assure le président de l’instance Driss El Yazami.

En tout et pour tout, le roi a accordé sa grâce à 190 détenus, dont 95 libérations. Les Sahraouis Ali Salem Tamek, Ibrahim Dahhane et Ahmed Naciri, arrêtés pour « intelligence avec l’ennemi », ont eux bénéficié de la liberté provisoire.

Une bonne partie des détenus salafistes appréhendés dans le sillage du 16-Mai ont également profité de cette mesure.

Au total, ce sont cinq condamnés à mort qui ont vu leur peine commuée à la prison à vie ; 37 condamnés à perpétuité ont eu des remises de peine à 15 et 20 ans de prison ; enfin, 53 personnes ont vu leur peine de prison minorée.

Comment cette libĂ©ration est-elle intervenue ? « Dès l’installation du CNDH, nous avons rencontrĂ© les familles et les ONG et nous avons envoyĂ© un mĂ©morandum Ă  Sa MajestĂ© qui  vient d'y rĂ©pondre favorablement », explique Driss El Yazami.

Au sein des familles, c’est le soulagement. Amine El Khiyari, le frère du militant rifain n’en croit pas encore ses oreilles : « Nous sommes heureux que l’Etat répare enfin ses erreurs. Pour ma part, cela me permettra de me mettre en retrait et de laisser mon frère continuer son combat. »

La libération des détenus politiques figurait en tête des revendications des jeunes du 20-Février. Présent lors du point de presse, Najib Chaouki, membre du 20-Février, estime que la mesure de grâce est positive mais reste prudent.

« Il faut maintenant libérer tous les détenus qui restent, dont notamment les jeunes du 20-Février. Nous gardons espoir car le CNDH annonce qu’il s’agit de premiers pas et que d’autres choses sont à venir. »

Et de poursuivre : « Il faut aussi constitutionnaliser toutes les recommandations de l’IER, pour qu’à l’avenir on ne mette plus en prison des gens innocents, enlevés et torturés de la sorte. Il faut également traduire en justice les sécuritaires qui ont fabriqué ces dossiers pour en finir avec l’impunité. »

A l’extérieur du CNDH ce jeudi, les « vingtfévrieristes » continuaient d’ailleurs de manifester en réclamant des comptes.

Zakaria Choukrallah

Trois questions  Ă ... Fouad El Omari, maire de Tanger

La gestion déléguée de l'eau et de l'électricité fait souvent l'objet de contestations virulentes de la part de la population de Tanger. Pourquoi ?

Beaucoup de gens oublient qu'il s'agit d'un contrat qui répond à des exigences de droit international. Une rupture unilatérale nous imposerait une amende de 250 milliards de centimes. Nous sommes en discussion avec tous les partenaires, dont la société civile, pour tenter de trouver une solution.

Les absents ayant toujours tort, Samir Abdelmoula a-t-il réellement plombé les affaires de la ville ?

Il y a bien entendu les dossiers mal gérés, mais le plus déplorable, c'est que l'absence du maire a complètement paralysé la ville et occasionné, durant cette période, un déficit de l’ordre de 51% des recettes habituelles.

Lors de la session ordinaire de février 2011, un conseiller a reconnu avoir été soudoyé pour saboter les travaux en cours ; on parle d'un coup porté par l'ancien locataire des lieux…

Pendant la réunion, un conseiller a exhibé une liasse de 20 000 dirhams clamant, devant une centaine de témoins, qu’il avait été soudoyé pour voter contre l’approbation du compte administratif. En tant que maire, j'ai déposé une plainte auprès du Parquet de Tanger. Depuis, la brigade nationale de la police judiciaire s'est déplacée à Tanger et j'ai moi-même été auditionné.

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter