EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°92, vendredi 29 avril 2011
| More

Après avoir mobilisé des milliers de manifestants au cours des premières sorties, le mouvement peine à séduire les quartiers populaires. Serait-il en train de s’essouffler ?


***

Combien étaient-ils ? La guerre des chiffres bat son plein. A Casablanca, ils étaient moins de 10 000 personnes pour les autorités, le double selon les organisateurs. 6 000 manifestants à Rabat, selon les observateurs, et environ 2 000 d’après les chiffres de la police.

A Tanger, plus de 2 000, à Fès moins de 600, et à Marrakech, à peine 500 personnes auraient sacrifié leur repos dominical. Dans la métropole économique, quelques milliers de manifestants se sont donc rassemblés dans le centre, ce dimanche 24 février. Il faisait un temps à ne pas mettre un Casablancais dehors.

Une petite éclaircie et jeunes et moins jeunes se sont enhardis à marcher jusqu'à la place Mohammed V. Scandant les mêmes mots d’ordre et clouant au pilori les mêmes personnages publics auxquels on a ajouté des profils iconoclastes, tels que Miloud Chaabi, suspecté de « sucer le sang » de ses ouvriers, Anas Sefrioui, cible des quelques bidonvillois de la manifestation.

Sans oublier le patron de la Direction générale de la surveillance du territoire (DSGT), Abdellatif Hammouchi et son tuteur Hamidou Laânigri, accusés d’avoir transformé le centre de Témara en « Abou Ghraib ». Des slogans brandis par les nombreux détenus politiques islamistes que le roi a libérés le 14 avril dernier.

Séparation des pouvoirs, indépendance de la justice, haro sur la corruption, ce sont les principales revendications des manifestants de ce dimanche 24 avril, dont le gros des troupes est constitué par les jeunes du Mouvement du 20 février.

Pour la troisième fois consécutive, ces jeunes descendent dans la rue pour réclamer un changement politique. Dans les quartiers populaires, malgré la mobilisation de nombreuses ONG affiliées au mouvement, la mayonnaise n’a pas pris.

A part une timide sortie au quartier Yacoub El Mansour, les « masses populaires » des quartiers chauds ont boudé l’appel des vingtfévrieristes. Et d’après les analystes, malgré l’enthousiasme affiché, le mouvement semble s’essouffler.

Les dérapages sont fréquents

Dès que la révolte a été lancée le 20 février de l'année en cours, des milliers de jeunes sont descendus dans la rue. Les semaines suivantes, ils furent rejoints par d'autres couches de la population.

D'abord ce furent des centaines de personnes, puis des dizaines de milliers de personnes qui manifestèrent leur ras-le-bol. Mais la population n'était pas prête à s’engager massivement dans une gigantesque manifestation.

Conséquence directe, depuis le 20 février, arrêts de travail et manifestations se sont multipliés dans les administrations, les communes, les écoles, les banques, l’agroalimentaire et même dans les médias officiels, pour exiger essentiellement des hausses de salaires et de meilleures conditions de travail.

Les dérapages sont fréquents : des diplômés chômeurs investissent le siège du Centre marocain des droits de l’homme, des médecins laissent mourir une cancéreuse à l’hôpital Ibn Tofail de Marrakech pour cause de grève, et certains citoyens menacent même de ne plus payer leurs impôts ! La contestation politique donne naissance ça et là à des protestations corporatistes.

De là à accuser les jeunes du 20-Février de mettre le pays à genoux, pour l’instant, ni le pouvoir ni les partis de l’administration n’osent sauter le pas. Mais le sentiment prédominant au sein de la population qui refuse de descendre dans la rue est défavorable à ces sorties à répétition, qui ne sont plus les bienvenues au moment où le Maroc est déjà fragilisé par une conjoncture internationale incertaine. Les conséquences économiques sont palpables.

L'inquiétude, réelle ou supposée, a déjà fait fuir les touristes et a refroidi durablement l'ardeur des investisseurs étrangers dont la plupart pratiquent pour l’instant le « wait and see ». Autrement dit, la situation inquiète sérieusement la classe politique autant qu’elle donne des cheveux blancs au gouvernement.

Les hommes politiques savent que tout peut rapidement déraper, le risque de violence est présent, le sentiment de révolte peut dégénérer. D’autant que si le mouvement est majoritairement composé de jeunes et d’« étudiants », la force motrice repose sur des militants de la gauche et des disciples de cheikh Yassine.

Les salafistes, Al Adl et l’extrême gauche finiront-ils par étouffer le mouvement ? Sachant que la tentation est grande pour les jeunes de trouver un compromis avec l’activisme fébrile de ces groupes. Nizar Benamate, l’un des chefs de file du 20-Février, affirme que le mouvement est conscient du danger et qu’il ne se laissera pas flouer.

Risque de récupération avéré

Pour Kamal Lahbib, ex-militant de l’extrême gauche marocaine, et chef de file des altermondialistes du cru, plusieurs dangers guettent le Mouvement. « La force des vingtfévrieristes réside aujourd’hui dans leur capacité à sauvegarder leur indépendance. Cela me rappelle les premiers pas du mouvement altermondialiste qui ne doit son succès que parce qu’il a réussi jusqu’à présent à éviter d’être au cœur des enjeux de pouvoir. Il n’y a pas de hiérarchie, les centres décisionnels changent constamment. Or les jeunes du 20-Février sont talonnés de près par Al Adl ou encore l’extrême gauche. Le danger, c’est qu’ils deviennent les porte-parole attitrés de l’une ou l’autre des parties. »

Si le Mouvement du 20 février a grandement contribué à l’avancement de la démocratie dans la société marocaine, ne fût-ce qu’en faisant changer la peur de camp, il lui reste à se transformer en artisan réel de la révolution tranquille, qui devrait introduire le Maroc dans le rang des sociétés avancées.

« Malgré une remise en question en profondeur du système politique actuel, ce mouvement n’a pas encore réussi à proposer un projet de société comme solution de rechange. Il dénonce avec virulence le gouvernement, la seconde Chambre, les partis politiques, mais cette initiative ne doit pas reposer sur des mots d’ordre, des slogans généraux mais être guidée par un nouveau discours assorti d’un projet de société et établir une stratégie claire pour le faire aboutir », explique le leader altermondialiste. Il ne voit pas d’alternative à part une nouvelle orientation pragmatique sous-tendue par l’élaboration d’un projet de société censé offrir une réponse à la crise.

Des acteurs comme les autres

Or sur le plan politique, les cybermilitants à l'origine de la révolte refusent toujours de discuter des réformes de la Constitution dans le cadre de la commission Mennouni. « Nous ne voulons pas négocier le couteau sur la gorge. La commission a été désignée, au moment où il aurait fallu voter une assemblée plus neutre », martèle-t-on du côté des jeunes.

« Nous sommes conscients qu’il va bien falloir se pencher sur un cahier des charges précis. Nous revendiquons certes davantage d'égalité et moins de corruption, nous avons des revendications précises mais nous voulons rester les incubateurs du changement, des acteurs comme les autres et non pas les vedettes », explique Benamate.

Sauf qu’une telle attitude suppose aussi une invitation à la collaboration avec toutes les tendances politiques qui sont pour une « reconstruction de la démocratie », dans une sorte d’amnistie politique générale. Ce que refusent fermement les jeunes du 20-Février.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter