EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Gouvernement : Les signaux qu'on attend
actuel n° 120, vendredi 9 décembre 2011
| More

Libération de détenus politiques et de Rachid Niny, ouverture du dialogue avec Al Adl et le M20, pas de ministères de souveraineté… Avant les 100 jours de grâce, Abdelilah Benkirane a promis des gestes forts. Tiendra-t-il parole ?


Abdelilah Benkirane l’a promis quelques heures avant sa nomination au poste de chef de gouvernement. Le PJD va donner des « signaux politiques forts » dès la formation du gouvernement, avant même qu’il ne commence la mise en chantier de son programme. De quoi parle-t-on ? Il s’agit de mesures concrètes qui ne requièrent aucun investissement financier, mais qui crédibiliseront le retour annoncé au processus de démocratisation.

Certaines décisions relèvent des prérogatives directes du PJD, tandis que d’autres devront être arrachées au Makhzen. Mais toutes demandent un courage politique. Elles serviront à pacifier le paysage politique et à donner des gages pour rassurer l’opinion publique, notamment ceux qui doutent du processus des réformes.

Parmi les décisions les plus attendues, la libération des détenus d’opinion (islamistes du 16 mai ou détenus du M20), la libération du journaliste Rachid Niny, le lancement du procès du rappeur L7a9ed et des enquêtes sur les morts lors des manifestations, l’ouverture du dialogue avec Al Adl Wal Ihsane, Al Badil Al Hadari et le parti Al Oumma...

« Avant toute chose, Benkirane devra confirmer la nouvelle image que doit endosser le chef de gouvernement en dirigeant véritablement son équipe, et non plus en se contentant du rôle de coordination, comme par le passé », analyse le politologue Mohamed Darif. Le premier islamiste du Royaume doit faire face au défi que constitue la formation d’une coalition, tout en gardant la main sur ses équipes, notamment les « ministères de souveraineté ».

Un ministère des Droits de l’homme ?

« On parle d’une personnalité comme Hassan Abouyoub, affilié au MP, pour les Affaires étrangères. Or, l’opinion publique sait que ce profil est proche du sérail. Si jamais on se dirige vers de telles nominations, cela ne va pas rassurer », analyse Darif qui estime que le PJD aura les coudées franches pour agir au niveau des droits et des libertés (procès de militants et de journalistes, dialogue, etc.).

D’ailleurs, Abdelilah Benkirane a déclaré publiquement « ne pas comprendre ce que fait encore Rachid Niny en prison », avant de rappeler que le droit de grâce relève des prérogatives du roi. Cela étant, il sera appelé, en tant que chef de l’exécutif, à répondre à cette question qu’il a lui même soulevée.

Younès Moujadhid, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), estime, lui aussi, que la libération de Niny et les réformes des médias sont primordiales. Il s’apprêtait à en parler en tête à tête avec le chef du gouvernement au moment où on l’a contacté. « La liste est encore longue. Il faut réformer le code de la presse et ne plus poursuivre les journalistes en vertu du code pénal. Les lois sur l’audiovisuel ont failli car la mission de service public n’est pas assurée, le contrôle politique de l’Etat n’est pas transparent, tout comme le processus de nomination des responsables du pôle public. Il faudrait, par exemple, revoir la structure de la HACA qui ne se montre pas toujours objective », énonce le syndicaliste.

C’est sur les libertés publiques que Khalid Cherkaoui Semmouni, président du Centre marocain des droits de l’homme (CMDH), attend des signaux forts. « Benkirane n’a pas cessé de fustiger les arrestations arbitraires, notamment celle des islamistes. Il en va de même pour l’affaire des dirigeants d’Al Badil Al Hadari et du parti Al Oumma, blanchis, mais toujours interdits d’exercice.

Ces dossiers doivent être rouverts d’urgence », estime le militant qui plaide pour la mise en place d’un ministère des Droits de l’homme. « Le CNDH et le délégué général aux droits de l’homme ne peuvent développer une vision politique d’ensemble. Il faut un département à part entière rattaché au développement social, par exemple, pour rester dans la philosophie des grands pôles », argumente Cherkaoui Semmouni.

Le PJD « déterminé »

Sur toutes ces questions, les islamistes au pouvoir n’ont bien sûr pas de baguette magique. D’autant que nombre de ces décisions dépassent les prérogatives du PJD et relèvent du Palais ou de la Justice, comme le rappelle Mohamed Darif.

Au-delà de cet aspect, il n’est pas certain que la contestation s’estompe, même si Abdelilah Benkirane fait preuve, jusqu’à présent, de beaucoup de courage politique. « Je ne mets pas en doute la bonne foi du PJD mais je ne vois pas comment ils pourraient répondre aux revendications de la rue dans le cadre institutionnel actuel », explique Abdellah Abaâkil, militant du 20-Février à Casablanca, qui pense, toutefois, que ces signaux marqueraient les esprits.

« Mais attention, nous n’accepterons pas de passer l’éponge. Par exemple, pour l’affaire L7a9ed et tous les morts du M20, en passant par l’affaire d’Al Hoceima, jusqu’à Beni Bouayach, il faudra juger les responsables de ces exactions », poursuit-il. Une mission qui s’annonce difficile, d’autant plus que les vingtfévrieristes rejettent la Constitution actuelle et appellent à une « véritable monarchie parlementaire ». « Le jour où cela arrivera, le mouvement disparaîtra de lui-même », conclut Abaâkil.

Du côté du PJD, les premiers signes de pacification sont donnés à travers l'annonce d'un parlementaire qui s'est saisi de l’affaire Kamal Ammari. Saâd Eddine El Othmani, président du conseil national du PJD, se refuse à tout commentaire, avant la formation du gouvernement.

Mais il assure que « le PJD est déterminé à donner tous les signaux forts ». A voir, tant les récentes nominations royales aux postes de conseillers et ambassadeurs ont soulevé de vives critiques chez les observateurs...

Zakaria Choukrallah

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter