EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Parlement : Session  La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
actuel n°113, vendredi 21 octobre 2011
| More

La classe politique ne semble toujours pas prête à faire le grand saut vers le Maroc promis dans la nouvelle Constitution. Inquiétant.


 

***

Circulez, il n’y a rien à voir ! L’expression sied parfaitement à cette rentrée politique, inaugurant la session parlementaire d’octobre, la plus courte dans l’histoire du Parlement marocain. Plus qu’une quarantaine de jours avant que les députés s’en aillent battre campagne.

L’essentiel des lois électorales a été voté. Reste, seulement, le projet de la loi de Finances, retiré du Parlement à la dernière minute, et dont une deuxième mouture vient d'être adoptée en conseil de gouvernement.

En somme, les quelques jours que durera cette session font figure d’un tunnel nous séparant du nouveau Maroc promis dans la Constitution du 1er juillet 2011. Le problème est que personne ne sait encore ce que l’on verra au bout de ce tunnel.

Mise en garde royale

Très attendu par les observateurs, le discours royal devant les deux Chambres n’a pas contenu d’annonces choc. Un arrêt-bilan et une feuille de route s’inscrivant dans la suite logique des messages précédents, à commencer par celui du 9 mars. Les propos du souverain ont néanmoins fait figure de mise en garde mettant les politiques devant leurs nouvelles responsabilités.

Extrait : « Nous nous adressons à vous dans un contexte bien particulier, qui se distingue par l'engagement de notre pays dans la mise en œuvre de la nouvelle Constitution, à travers la mise en place des institutions qu'elle prévoit dont, et au premier chef, le Parlement et le gouvernement. » Les « partis nationaux sérieux » sont également invités à assumer leur responsabilité politique et à présenter « des projets sociétaux clairs et différenciés ».

C’est évident, Mohammed VI pointe du doigt les partis politiques qui ne sont pas crédibles et qui ne disposent pas de programmes dignes de ce nom, quand ce n’est pas les deux à la fois. Cette fois-ci, ils n’auront pas droit à l’erreur.

Pour le politologue Mohamed Darif, ce discours « consacre le passage d’un mode de gouvernance à un autre, beaucoup plus participatif, attribuant au gouvernement de larges prérogatives, et le rendant seul responsable d'élaborer son programme et de veiller à son application ». Au vu des derniers développements, ce passage ne s’opérera pas de sitôt.

Signaux négatifs

Sachant que la présence du roi pour ouvrir la session parlementaire est le meilleur – sinon l’unique – moyen de réunir l’ensemble des parlementaires sous la coupole, le ministre de l’Intérieur, Taïb Cherkaoui, comptait bien profiter de l’occasion pour s’assurer le quorum nécessaire à l’examen de textes de loi sur la deuxième Chambre.

Pas de chance : les « représentants de la nation », plus rapides que leur ombre, disparaîtront dès la fin du discours. Une farce de très mauvais goût qui en dit long sur les dangers de reconduire les mêmes élites après le 25 novembre. Déjà, tout au long de la session extraordinaire – elle l’est à bien des égards –, nos politiques nous ont livré un avant-goût très amer de leur capacité à gérer leur agenda et surtout leurs différends.

Il n’y a qu’à se rappeler le fiasco liĂ© au projet de loi de Finances, les alliances contre nature tissĂ©es Ă  la va-vite, ou encore ce qui se passait lors des discussions des lois Ă©lectorales, quand les chefs de partis acceptaient les propositions de TaĂŻb Cherkaoui en rĂ©union,  avant que leurs groupes ne s’y opposent en commission parlementaire… « Les formations politiques n’arrivent mĂŞme pas Ă  se mettre d’accord au niveau de leurs affaires internes, comment voulez-vous qu’ils s’unissent autour d’une mĂŞme politique gouvernementale ? », s’indigne un dĂ©putĂ© en rĂ©action Ă  la « grande Ă©vasion » du vendredi.

Le Maroc retient son souffle

Pire encore, maintenant que les partis en ont fini avec le casse-tête chinois des accréditations, l’on voit bien que ce sont les mêmes figures sulfureuses qui se présenteront aux élections sans même apporter un programme, ou tout au moins l’ébauche d’un projet de société cohérent.

Interrogés à plusieurs reprises sur l’agenda qu’ils comptent appliquer une fois au gouvernement, les dirigeants politiques ne cessent de renvoyer la question aux calendes grecques. Cela s’explique aisément quand on se rend compte que c’est l’appât du gain de sièges qui triomphe de toutes les autres raisons de faire la politique au Maroc.

Un exercice hautement périlleux en cette conjoncture où tout le Maroc retient son souffle et cristallise ses attentes sociales sur une promesse de changement, dont les présages ne sont pas rassurants. On notera au passage que la campagne électorale débute quinze jours avant la date du scrutin, et que trois semaines seulement nous séparent de son coup d’envoi.

Difficile de croire au miracle : les partis vont-ils livrer en l’espace de quelques jours les programmes qu’ils n’ont pas réussi à élaborer pendant des années ? Bientôt, les éclats de campagne nous en diront plus sur les réelles intentions de notre classe politique.

Ali Hassan Eddehbi

 

Carte blanche

Abdelmajid Gouzi*


Les dés sont pipés

Même si les partis politiques font durer le suspense, la liste des candidats est bouclée pour tout le monde et la campagne électorale (officieuse) fait rage dans toutes les circonscriptions.

A ce jour, il semble que les conditions ne soient pas remplies pour que les élections législatives, prévues en novembre prochain, se déroulent dans le respect des principes de la démocratie. Paradoxe majeur – et pour une fois, ce n'est pas l'administration qui sera responsable – , il est à craindre que les urnes soient désertées par des citoyens qui, tout en ayant applaudi les changements apportés par la nouvelle Constitution, voient se représenter les mêmes figures qui ont plombé l'avenir du pays.

En effet, aux dernières nouvelles, ce sont les mêmes caciques, spécialistes en magouilles électorales, qui ont été plébiscités par leur formation. Une présence qui contribue à bloquer tout espoir de renouvellement des élites au Parlement et au gouvernement. Avec, à la clé, un rééquilibrage de la répartition des pouvoirs.

L’objectif des dinosaures de ces partis est de conserver leur position dominante lors des législatives et de se retrouver automatiquement à la tête d'un ministère. En l’état actuel des choses, nous sommes dans une ambiance fébrile douteuse, où ces candidats donnent encore une fois une piètre image de la politique.

Résultat : la scène politique manque cruellement de visibilité. S’il est vrai que le multipartisme est la solution politique la moins mauvaise, et s’il est vrai aussi que le champ politique appartient à tout le monde, le moins que l'on puisse dire, c'est que les partis politiques, tous sans exception, ne sont pas démocrates, ils sont même l'antithèse de la démocratie… Alors, peut-on accepter de voir les caciques menacer la démocratie naissante avec leurs pratiques d'un autre âge ?

Avant qu’il ne soit trop tard, n'a-t-on pas le devoir d'exiger leur départ définitif ? Je crains que le vent de liberté qui souffle sur notre pays, cette émulation que vit actuellement le Maroc, ne partent en fumée. Déçus par la victoire de ces pourris, tous les casse-cou qui attendent la première occasion pour descendre dans la rue, dans l’espoir d’améliorer le présent et l’avenir, auront toutes les raisons de mettre la pression.

*Abdelmajid Gouzi, acteur politique et associatif de Fès

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter