EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
actuel N°169, jeudi 22 novembre 2012
| More

Le congrès régional s’est tenu sur une note optimiste. Les congressistes ont toutefois tiré la sonnette d’alarme sur les défis à venir. Comment rassembler le parti ? Comment faire face aux islamistes ? Comment reconquérir le pouvoir ? Zoom sur les nombreux chantiers qui attendent le PAM.


 

A bas Israël ! Gaza, Gaza, tes enfants se font massacrer » ! Pour l’ouverture du congrès régional du PAM, les organisateurs ont préféré surfer sur le thème de prédilection des masses arabes. La présence de Kassem Barghouti, le fils de Marwane Barghouti, a surexcité une assistance déjà bien remontée contre les raids meurtriers de l’armée israélienne sur Gaza. Dans une longue allocution, le militant palestinien, qui a partagé avec son père plusieurs années de prison dans les geôles du colon hébreu, a fait l’éloge du soutien marocain à la cause palestinienne, (avec une mention « très bien » décernée à Mohammed VI, président du Comité Al Qods). Après les civilités d’usage, le ton a vite été donné par Mustapha Bakkoury, déterminé à s’en prendre au PJD. Sans égard pour les représentants du parti de Benkirane (qui ont d’ailleurs claqué la porte à la suite des interventions du patron du PAM), le secrétaire général du parti du tracteur a ouvert le bal avec une attaque en règle contre « un gouvernement hétéroclite qui est en train de conduire le pays droit dans le mur ». Il n’a pas manqué de tirer à boulets rouges sur les islamistes, empêtrés dans une vision à court terme alors que la crise exige des décisions courageuses. Inquiet de l’absence de logique économique et de vision claire pour le pays de la part de ce gouvernement, Bakkoury a épinglé la cacophonie gouvernementale devant les délégations des partis au pouvoir invitées pourtant à ce congrès.

L’ancien patron de la CDG a choisi de se démarquer sur le terrain de l’économie et des finances qu’il maîtrise sur le bout des doigts. Il n’a pas eu de mots assez durs pour condamner le projet de loi de Finances : « Cette loi va mettre à terre le peu d’entreprises qui restent encore compétitives tout comme elle condamne à une disparition programmée et certaine la classe moyenne, colonne vertébrale de la société de ce pays. »

 

DĂ©mocratie participative

Malgré une atmosphère bon enfant, les sujets qui fâchent n’ont pas manqué. Le président sortant de la section locale du PAM, Fouad El Omari, a lui-même dû développer une bonne partie de son intervention dans le registre défensif. Face à ses camarades acharnés à dénoncer ce qui s’apparente à « une crise de défiance », il a plaidé, pour l’instauration « d’une espèce d’humilité » pour que les militants retrouvent le goût de l’engagement politique et la confiance envers les élus. Dans ses documents distribués aux congressistes, le PAM confesse volontiers des erreurs de communication, voire l’absence de communication tout court. Et les rédacteurs des documents préalables ont déploré le déficit d’une « vraie participation aux prises de décision du PAM par les bases ».

C’est peu dire que ce couplet sur la démocratie participative, repris dans les conclusions de la commission qui a planché sur les stratégies, a trouvé des oreilles attentives auprès des militants qui voudraient que les chances soient désormais les mêmes pour tous. A l’issue de débats houleux où les quelques milliers de militants locaux ont souvent failli en venir aux mains, Abdelmounaïm Barri, membre du bureau politique, a été élu à la tête du secrétariat général régional en remplacement de Fouad El Omari.

 

Travail de proximité

Au-delà de ce rendez-vous de Tanger, le PAM compte se lancer à la reconquête des territoires, commune par commune, électeur par électeur. « Nous sommes conscients que la conquête de nouveaux territoires ne sera pas facile, la compétition qui s’annonce rude nous commande de nous remettre à l’œuvre. Le travail de proximité fait partie des chantiers inscrits à l’ordre du jour de ce congrès régional », martelle Fouad El Omari. Comment le PAM peut-il renouer des liens de confiance avec les Marocains ? Comment séduire aussi bien les classes moyennes que les couches populaires et travailler au corps à corps d’autres électeurs ? Pour les dirigeants pamistes, cette offensive passera d’abord par le rassemblement autour des valeurs fondatrices du PAM. Le parti a toujours revendiqué un positionnement autour de quatres axes principaux que sont « la monarchie constitutionnelle, une vision moderne de la religion, l’unité nationale multiculturelle et le choix démocratique ».

Les leaders de cette formation sont conscients que cela doit absolument passer par la conquête de nouveaux militants, en s’ouvrant notamment à toutes les générations et toutes les couches de la société. La présence remarquée « des anciens » à Tanger a été interprétée par les observateurs comme une tentative de réconcilier l’aile conservatrice avec les anciens gauchistes. Le déplacement de Tahar Chakir, qui représente le courant des notables conservateurs, et l’hommage retentissant offert à Cheikh Biadillah, via la présidence du congrès régional, en dit long sur la volonté de ressouder les rangs en ces temps incertains. C’est pour relever ce défi que les organisateurs ont formulé pas moins d’une cinquantaine de propositions très concrètes pour refaire du parti une formation politique de masse, qui maille réellement le territoire.

Depuis sa création, le PAM n’a pas eu pour vocation d’être un parti d’opposition. Son mandat était plutôt d’une autre facture : définir une ligne politique claire, contenir le PJD, et clouer au pilori une classe politique fatiguée par de longues compromissions et une gauche toujours traumatisée par une participation au gouvernement sans succès notable... Autant de défis à relever qui n’ont jusqu’à ce jour pas abouti.

Abdellatif El Azizi

Trois questions  Ă ... Fouad El Omari

Maire de Tanger et député PAM

 

actuel. Comment comptez-vous faire face à l’hégémonie du PJD malgré ses succès incertains sur la scène politique ?

Fouad El Omari. Nous ne sommes pas dans une logique de confrontation avec le gouvernement islamiste bien que nos divergences soient profondes. La rĂ©alitĂ©, c’est que le PAM est aujourd’hui le seul parti politique Ă  porter un message de vĂ©ritĂ©, Ă  savoir que notre modèle social est Ă  bout de souffle et que l’équipe au pouvoir manque de courage. Au moment oĂą seules des mesures radicales sont indispensables pour renouer avec une croissance forte et durable, le chef du gouvernement se cache toujours derrière « la thĂ©orie du complot » pour expliquer les Ă©checs Ă  rĂ©pĂ©tition. Les islamistes refusent Ă  la fois de regarder le Maroc tel qu’il est et d’engager des rĂ©formes structurelles.

 

On vous reproche de ne pas tenir compte des voix dissidentes au sein de votre formation ?

Certaines divergences profondes ont effectivement écorné l’image du parti et il faudra impérativement œuvrer au rassemblement. C’est le renouvellement de nos idées et de nos pratiques politiques que nous défendons aujourd’hui. Pour dire les choses avec fermeté : l’avenir du PAM n’est pas à chercher dans une fuite en avant populiste, mais dans la construction d’un mandat clair de transformation.

 

Les communales, organisées en 2013 ou un peu plus tard, s’annoncent ardues pour toutes les formations politiques ; comment pense s’organiser le PAM ?

Vous avez dû remarquer l’importance que nous avons donnée au cours de ce congrès au travail de proximité. La naissance de nouvelles antennes du parti dans les régions, les quartiers et même les douars, est à l’ordre du jour. Nous sommes pragmatiques et réalistes mais nous avons la conviction qu’un PAM nouveau naîtra des succès locaux de 2013 et sera incarné par de nouveaux visages.

Propos recueillis par Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter