EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
actuel n°31, samedi 23 janvier 2010
| More

Les hommes politiques marocains sont devenus plus provocateurs que leurs aßnés. Les écarts de langage se suivent et ne se ressemblent pas. Plongée dans le monde du « politiquement incorrect ».

Comment dit-on « Casse-toi, pauv’con ! » en marocain ? Les Ă©carts de langage des hommes politiques comme Chabat, ou le sulfureux Zemzemi en passant par Fouad Ali El Himma, n’ont rien Ă  envier Ă  la cĂ©lĂšbre sortie du prĂ©sident français. Grand spĂ©cialiste des Ă©carts de langage, le maire de FĂšs s’est fait un point d’honneur de trĂŽner au top ten des dĂ©clarations Ă  l’emportepiĂšce puisque sa derniĂšre sortie en date, oĂč il traitait les membres du PJD « d’ hypocrites et de faux musulmans », n’en ïŹ nit pas d’enrager Abdelilah Benkirane et ses coĂ©quipiers.

Ce n’est d’ailleurs pas la premiĂšre fois que l’homme se paie les islamistes. En effet, Ă  la veille des lĂ©gislatives de 2007, il s’en est fallu de peu que le maire de FĂšs (encore lui) et Abdelilah Benkirane, le patron du PJD n’en viennent aux mains comme de vulgaires chiffonniers dans l’enceinte de la coupole. Au « Voleur, escroc » de Benkirane, rĂ©pondait le «Vendeur de tord-boyaux, hypocrite, faux musulman » de Chabat qui se dĂ©lectait d’expliquer Ă  l’assistance que Benkirane Ă©tait propriĂ©taire d’un hĂŽtel oĂč on distribuait de l’alcool ! Cet Ă©change trivial est plutĂŽt frĂ©quent entre les reprĂ©sentants de la nation.

Pour ce qui est des sĂ©ances publiques du Parlement, les tĂ©lĂ©spectateurs qui ont encore le courage de suivre les questions orales sont habituĂ©s Ă  ces arrĂȘts subis de transmission. Quand la camĂ©ra s’arrĂȘte de ïŹlmer, c’est que nos honorables dĂ©putĂ©s ont dĂ©passĂ© le stade de la polĂ©mique verbale pour sombrer dans l’insulte. Souvent, la vĂ©nĂ©rable institution est le thĂ©Ăątre de bousculades, insultes et autres incivilitĂ©s qui volent vraiment bas... Un simple dĂ©bat entre ces dignes reprĂ©sentants du peuple risque ainsi de dĂ©gĂ©nĂ©rer en attaques virulentes personnalisĂ©es.

Stress incontrĂŽlable

Heureusement que le prĂ©sident du Parlement use Ă  satiĂ©tĂ© de son pouvoir de rĂ©gulation pour remettre sur le droit chemin les brebis Ă©garĂ©es, avant de permettre Ă  la camĂ©ra de reprendre la retransmission des dĂ©bats. C’est d’ailleurs dans cette vĂ©nĂ©rable coupole qu’un dĂ©putĂ© de l’Union constitutionnelle s’était tout rĂ©cemment rĂ©pandu en insultes antisĂ©mites « priant le ciel que la grippe porcine dĂ©cime tous les juifs ! »

Autre spĂ©cialiste de dĂ©clarations dĂ©calĂ©es Abdelbari Zemzemi multiplie les maladresses et provoque les polĂ©miques l’une aprĂšs l’autre. Cette ïŹgure importante du salaïŹsme « modĂ©rĂ© » et dĂ©putĂ© du PJD n’hĂ©site pas une seconde Ă  « bouffer de l’ homo » comme lorsqu’il a dĂ©clarĂ© en mai 2009, que l’attaque subie par le site de l’Association kif kif regroupant les homosexuels marocains et reprĂ©sentĂ© par un jeune Rifain Ă©tait, non seulement justiïŹĂ©e, mais parfaitement lĂ©gitime.

Plus encore, il y a quelques mois de cela, le Forum vĂ©ritĂ© et justice (FVJ) avait demandĂ© l’ouverture d’une enquĂȘte judiciaire sur les dĂ©clarations Ă  rĂ©pĂ©tition du cheikh qui a rĂ©cidivĂ© Ă  propos de Mehdi Ben Barka, en le traitant encore une fois de renĂ©gat « dont l’assassinat Ă©tait justiïŹĂ© du moment qu’il avait desambitions rĂ©volutionnaires Ă  l’encontre de la monarchie et qu’il avait bien l’intention de tuer le souverain ». Ces Ă©carts de langage sont-ils consĂ©quents Ă  des montĂ©es de stress incontrĂŽlables ou font-ils partie d’une stratĂ©gie parfaitement pensĂ©e ? « Il y avait sans doute autant de dĂ©rapages auparavant, mais aujourd’hui, deux facteurs nouveaux ont ampliïŹĂ© le phĂ©nomĂšne. Il y a d’abord davantage de moyens de capter ces dĂ©rapages et d’en avoir une preuve tangible.

Avec la tĂ©lĂ© et surtout Internet, un individu quelconque peut mettre en ligne une scĂšne de dĂ©rapage, qu’il va partager avec d’autres internautes, jusqu’à ce qu’un mĂ©dia s’en saisisse et ampliïŹe le phĂ©nomĂšne jusqu’au fameux buzz. DeuxiĂšmement, les leaders politiques de la nouvelle Ăšre sont beaucoup moins prisonniers que leurs aĂźnĂ©s de liens de ïŹliation, de cooptation ou d’allĂ©geance Ă  un rĂ©seau ou Ă  un zaĂŻm historique. C’est pour cela qu’ils s’estiment plus libres de dire raiment ce qu’ils pensent quitte Ă  choquer l’assistance », explique le politologue Mohamed Darif.

Pour ce ïŹn connaisseur de la chose politique, contrairement Ă  ce que l’on croit, ces nouveaux leaders tels que Hamid Chabat ou encore Fouad Ali El Himma sont des hommes politiques intelligents, parfaitement conscients de leur stratĂ©gie mĂ©diatique. Ils ont compris que si un homme politique veut exister mĂ©diatiquement, il doit en permanence surfer sur l’évĂ©nement et l’actualitĂ©. Dans l’utilisation de cette politique compassionnelle, les mĂ©dias sont tout simplement instrumentalisĂ©s, parfois mĂȘme Ă  leur insu.

Pour comprendre les ressorts de cette popularitĂ© et de la mĂ©diatisation qui en dĂ©coule, il faut bien avoir Ă  l’esprit que toute la communication d’un leader, comme Fouad Ali El Himma, est axĂ©e sur l’omniprĂ©sence mĂ©diatique. Sa stratĂ©gie de communication s’étend Ă  l’ensemble des mĂ©dias et repose sur une logique fondĂ©e sur la rĂ©activitĂ© aux Ă©vĂ©nements. En plein dĂ©bat sur la lĂ©galisation du cannabis, l’homme fera le dĂ©placement Ă  KĂ©tama, la mecque du haschich, pour dĂ©clarer devant les paysans Ă©bahis que « le Maroc devrait lĂ©galiser cette plante pour des raisons Ă©conomiques et sanitaires ! » Avant que la classe politique n’ait repris ses esprits, Ă  Nador, le mĂȘme FAH pourfend la corruption des gendarmes en rendant hommage au sniper de Targuist qui a donnĂ© des cheveux blancs au gĂ©nĂ©ral Hosni Benslimane.

Surfer sur l’actualitĂ©

Dans le cas de FAH comme de Chabat, l’homme politique surprend par ses dĂ©clarations fracassantes, ses insultes Ă  peine voilĂ©es, utilisĂ©es mĂȘme contre ses amis – Benmoussa ou Akhannouch pour le patron du PAM, et Abbas El Fassi pour le maire de FĂšs -, une offensive qui permet de dĂ©stabiliser dans la durĂ©e les adversaires politiques, tout en occupant l’espace mĂ©diatique durablement. Il n’est d’ailleurs pas anodin que FAH ait lancĂ© sa boĂźte de communication, Mena Media Consulting, qui emploie une trentaine de personnes dĂ©diĂ©es Ă  la veille et l’expertise politiques.

EnïŹn, pour expliquer la disparition de ce « politiquement correct » si cher Ă  notre classe politique, de nombreux observateurs s’accordent Ă  voir dans ce phĂ©nomĂšne un affranchissement de la parole et une libertĂ© de ton propres Ă  la nouvelle Ăšre, les annĂ©es de plomb n’ayant pas Ă©tĂ© particuliĂšrement clĂ©mentes avec ceux qui ne savaient pas tenir leur langue. « Il me semble observer une certaine ‘‘dĂ©sinhibition’’ de la classe politique. Peut-on imaginer que, sous Hassan II, un ministre ou un haut responsable ait pu rester Ă  son poste plus de quelques heures aprĂšs un comportement grossier ou une dĂ©claration dĂ©placĂ©e ? », se dĂ©sole un ancien ministre du roi dĂ©funt.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophĂšte de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂȘte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : CongrĂšs de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’aprĂšs  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂȘte du calendrier
N°140 : RNI : un congrĂšs plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrĂšs : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrĂšs de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂȘte noire de Benkirane
N°130 : CongrĂšs du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   DerniĂšre ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂȘts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchĂšres sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : BrĂšves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂź  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau rĂšgne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un systĂšme moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂȘts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment LaĂąyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrĂšte des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : CongrĂšs des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La priĂšre du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrĂšs officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂȘtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter