EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
actuel n°56, vendredi 16 juillet 2010
| More

Activités d’espionnage, violation régulière des espaces maritimes et aériens du Maroc, actes d’hostilité dans les villes de Sebta et Melilia, l’activisme espagnol a dépassé les limites de la bienséance diplomatique.


***

Que cherche le général Felix Sanz Roldan ? Les agents du patron des services espagnols sont décidés à ne laisser aucun répit aux Marocains. Quand ce n’est pas un avion qui survole par « mégarde » le yatch royal à Al Hoceima, ce sont les MRE qui se font tancer à la frontière à Sebta ou à Melilia. Dernière trouvaille des agents du CNI, faire monter « les Amazighs » de Sebta contre « les Arabes » de la même ville. Alors que l’association des musulmans de Sebta a déposé un projet de loi pour introduire la langue arabe comme seconde langue d’enseignement pour les petits Marocains dans les écoles du préside occupé, le gouvernement autonome a mobilisé un autre groupe de « Sebtaouis » qui revendiquent plutôt l’amazigh comme seconde langue. Quant aux Espagnols, ils proposent la darija. « Nous avons tout de suite repéré le piège ; pour les Espagnols, il s’agit d’imposer un dialecte qui ne pourra jamais servir de ciment à une communauté que l’on veut séparée et déchirée par des querelles linguistiques », s’indigne Mohamed Hamid Ali, le président des musulmans de Sebta.

Triés sur le volet

A ces provocations s’ajoute un activisme sans précédent des services de renseignement espagnols dans le nord du pays. « Les agents du CNI ne se cachent plus pour tenter de recruter du monde au sein de la société civile aussi bien ici, à Tétouan que dans les autres villes du Nord », explique un journaliste local. Il y a pire encore : toute la presse ibérique s’était étonnée de l’ampleur des purges au sein de l’ambassade espagnole à Rabat. Comme la diplomatie espagnole au Maroc est gérée de près par les services de renseignement ibérique, les profils choisis sont triés sur le volet. Au Maroc, on a même eu des patrons du renseignement qui ont assuré la fonction d’ambassadeur dans le Royaume. Le pays a ainsi eu le privilège d’accueillir sur son territoire deux ambassadeurs successifs d’Espagne, dans les années 90, directement issus du CNI. Fernando Arias Salgado a quitté le fauteuil confortable de chef suprême du CESID (Centro superior de informacion y documentacion) dont il était le patron pour Rabat. Alors qu’en 2001, le CESID est remplacé par le CNI (Centro nacional de intelligencia), et Jorge Descallar, qui avait déjà remplacé Fernando Arias Salgado à la tête de l’ambassade d’Espagne à Rabat, est rappelé à Madrid pour se voir confier la direction du CNI. Il est suivi peu après par l’attaché culturel, Frederico Torres, qui s’est retrouvé lui aussi propulsé dans la hiérarchie des services de renseignement espagnols.

D’un autre côté, des diplomates, sous couverture d’exterritorialité, agissent sans retenue en territoire conquis, au point d’être régulièrement expulsés par les Marocains. C’est ce qui explique que Tétouan et Nador n’aient pas encore de consuls après que les ex-locataires des lieux ont été invités à quitter les lieux manu militari.

Pourquoi tout cet intérêt ? Il y a bien sûr Sebta et Melilia. L’activisme des « diplomates » espagnols est en grande partie centré sur ce qui se passe dans cette partie du Maroc mais ce n’est pas la seule raison. « Aujourd’hui, les relations avec l’Espagne sont extrêmement tendues parce que les Espagnols sont très irrités par les grands chantiers lancés par le Maroc dans le nord du pays. Non seulement, ils considèrent ces énormes investissements comme une menace pour l’existence économique même des présides occupés mais de plus, ils sont dépités de voir que ces grands projets sont confiés à des entreprises françaises dans une zone qu’ils ont toujours considérée comme leur chasse-gardée », explique un diplomate marocain.

Situation très tendue

Les relations se sont ainsi détériorées au point qu’elles ont débouché sur une situation très tendue à la frontière entre le Maroc et les territoires occupés. Même si le Maroc a montré sa bonne volonté en multipliant les consultations politiques et diplomatiques avec le gouvernement de Zapatero, notamment dans la lutte contre le crime organisé, l’immigration clandestine et le terrorisme, les faucons de l’armée qui ont mis la main sur les services de renseignement ibérique rêvent toujours d’en découdre avec les Marocains. Trente ans après la transition démocratique, le gouvernement civil est en train de faire marche arrière au profit de l’armée espagnole qui interfère de plus en plus dans la prise de décisions politiques au sein du pouvoir. Crise économique aidant, le gouvernement Zapatero, qui a pourtant ouvert de nombreux canaux officiels et informels pour faire oublier la crise de l’îlot Leila, n’a plus autant de marge de manœuvre qu’au début de sa législature. Aujourd’hui, la plupart des observateurs, qu’ils soient espagnols ou marocains attribuent la paternité de cette escalade au clan du général Felix Sanz Roldan, qui a gardé un goût amer de son passage, en tant que lieutenant, dans le Bataillon n° 1 à Laâyoune.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter