EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Fouad El Omari "Le PAM dĂ©range"
actuel n°128, vendredi 10 février 2012
| More

Fouad El Omari, malgré ses airs de jeune premier et sa discrétion légendaire, fait partie des hommes forts du Parti authenticité et modernité (PAM). Frère du véritable patron du parti, Ilyas Omari, il préside également aux destinées de la mairie de Tanger et siège au Parlement.

 

actuel : On parle de millions de dirhams qui seront consacrés à la grand-messe du PAM, de nuits blanches pour préparer un congrès où sont invités des milliers de participants... Pourquoi mobiliser autant de moyens pour une rencontre très classique de la vie politique ?

Fouad El Omari. Ce congrès est plus qu’un rendez-vous classique dans la vie de tous les partis. Nous avons fait exprès d'accorder toute l’importance nécessaire pour choisir les intervenants, décider de la liste finale des congressistes et du contenu des débats.

 

Dans la plateforme qui va être utilisée comme document de travail par les congressistes, on parle de « socialisme démocratique ». Est-ce que cela veut dire que le PAM renonce à l’équilibre revendiqué entre modernité et tradition ?

Il s’agit pour nous de nous identifier clairement politiquement. Il est temps maintenant d'ouvrir une nouvelle page de l’histoire du PAM. Tout change autour de nous. Il y a aujourd’hui des défis nouveaux, une donne qui a profondément changé le champ politique ; le PAM ne peut pas rester en dehors des appels au changement. La social-démocratie, c’est d’abord avoir le « sens du peuple ». A quoi sert de faire de la politique si les idées sont tellement floues qu'elles ne changent pas la vie des citoyens ? A quoi sert de pérorer sur des orientations générales si elles ne se traduisent pas concrètement dans le quotidien du citoyen lambda ? Il est urgent de réguler d'une manière radicale l'ensemble de nos relations avec les autres acteurs politiques et de redonner du pouvoir aux bases.

 

Ce virage à 180 degrés n’est-il pas la preuve que les gauchistes du parti ont eu raison des notables ?

Je peux vous assurer que ce qui s’écrit dans certains organes de presse n’a rien à voir avec la réalité du parti. Nous avons des départs et des arrivées comme toutes les autres formations politiques. Je vois par exemple souvent des commentaires, des articles de presse rédigés juste pour nous taper dessus. Une rage qui se focalise contre le PAM et qui oublie des partis encore au pouvoir, et qui ont pourtant conduit le pays à la faillite. Mais, en même temps, c’est bon signe, cela veut dire que le PAM dérange. Bien entendu, il y a des inquiétudes. Il y a des interrogations. Et nous entendons y répondre. Mais il y a surtout, je crois, une ébullition politique et médiatique qui est liée, naturellement, aux bouleversements qui touchent également notre pays.

 

Le PAM est passé à l’opposition dès que ses ennemis irréductibles, à savoir les islamistes, sont montés au pouvoir. Or, on ne vous entend plus depuis la formation du gouvernement. Vous cultivez une opposition de façade ?

Est-ce que vous avez examiné attentivement la déclaration gouvernementale? Il s’agit plus d’intentions que d’un programme détaillé. Quant aux chiffres, il ne faut pas rêver. A ce stade, nous attaquer au gouvernement équivaudrait à lui faire un procès d’intention. Attendons de voir les premières décisions de l’équipe au pouvoir pour décider si oui ou non, il y a lieu de monter au front. Si le gouvernement montre sa capacité à préparer l’avenir par les réformes et les adaptations nécessaires pour lutter contre le chômage, assurer la croissance, etc., nos critiques seront constructives. Car l’opposition parlementaire devrait exprimer, largement, l’opinion publique.

 

Beaucoup prédisent toutefois des difficultés pour le PAM après le départ de Fouad Ali El Himma. L’absence du fondateur du parti ne nuira-t-elle pas à son unité ?

A ceux qui pronostiquent un éclatement du PAM après le départ de Fouad Ali El Himma, parti pour d’autres missions, nous leur disons qu’ils doivent considérer cela comme la preuve que le PAM n’est pas le parti d’une personne, mais plutôt une formation qui puise sa légitimité dans une base militante, peu concernée par les guerres d'ego au sommet. Il me faut rappeler brièvement ce qu’est le PAM. Ce parti est une réalité neuve puisqu’il est né d’un constat fait, à l’époque, que les partis en présence, qu’ils soient de gauche ou de droite, étaient devenus sclérosés et incapables de proposer des alternatives.

 

Les candidats sont à couteaux tirés pour la présidence du parti. Y a-t-il des favoris à la succession de Biadillah ?

Il n’y a pas de favori. Tout ce que je peux vous dire, c’est que les demandes sont nombreuses. Sur la question des Ă©lections au poste de secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral, les avis sont unanimes : quel que soit le nombre de candidats, la partie sera rude. Il n’y a pas pour l’instant de leadership, le parti a misĂ© sur des profils jeunes, carrĂ©s, qui ont nĂ©anmoins un background politique en bĂ©ton. Mais le candidat qui sortira vainqueur devra jouer l'apaisement avec les diverses tendances qui sont reprĂ©sentĂ©es au sein du PAM. 

Propos recueillis par Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter