EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
MP : Jurassic Park Power 
actuel n°51, samedi 12 juin 2010
| More

24 ans après sa première élection au poste de secrétaire général du MP, l’inoxydable Mohand Laenser veut rempiler pour un tour.


***

Pour ceux qui en ont assez des dinosaures de la mouvance populaire, il va falloir repas­ser. À défaut de Mahmoud Archane plombé par un passé sulfureux, les militants du cru devront s’attendre à suppor­ter Laenser pour une autre investiture. En effet, le 11e congrès national du Mou­vement populaire (MP) qui se tiendra du 11 au 13 juin à Rabat, s’achemine vers le maintien de Mohand Laenser au poste de secrétaire général. Mais un « j’y suis, j’y reste », ça se prépare. La mise en scène est apparemment bien ficelée.

À quelques jours du congrès auquel par­ticiperont plus de 2 500 congressistes, les dés semblent déjà jetés, même si la com­mission juridique a soumis au congrès des amendements qui, une fois adoptés, vont semer la discorde au sein de la vieille garde du parti. Le premier amendement est relatif au mandat du secrétaire géné­ral qui ne devra pas dépasser deux man­dats ; 20 % des instances dirigeantes du parti devant être réservé aux jeunes et aux femmes. Le plus significatif est la sup­pression du poste de secrétaire général ad­joint et de président du parti.

Optimisme de rigueur

À l’issue de l’opération de fusion entre les trois composantes de la mouvance popu­laire en 2006, le MP, le MNP (Mouvement national populaire) et l’UD (Union démo­cratique), les participants au 10e congrès avaient été contraints d’accepter la créa­tion d’un nouveau poste de secrétaire gé­néral adjoint attribué à Mohamed Fadili, ex-UD, et la mise en place d’une fonction taillée sur mesure pour Mahjoubi Aher­dane, fondateur du MP et ex-MNP, qui a été ainsi nommé président du MP à vie. Au sein de la commission préparatoire du 11e congrès, on affiche un optimisme de rigueur : « l’ère des rentes politiques est révolue, désormais il n'y aura que le secrétaire général pour diriger le parti, le seul poste qui ne connaîtra pas de chan­gement, c’est celui du président qui reste honorifique et sera réservé uniquement à Mahjoubi Aherdane. » Selon la même source, les structures du parti seront elles aussi resserrées puisque le conseil natio­nal sera composé de 250 membres et le bu­reau politique de 30 membres dont 10 % seront attribués aux membres du conseil national. Le quota de 20 % qui sera attribué aux jeunes et aux femmes va écarter des instances dirigeantes plusieurs anciens ténors. Ce sont ainsi 50 postes au conseil national et 6 postes du bureau politique qui vont être réservés à ces catégories, comme le stipule la loi sur les partis po­litiques. Une décision qui fait grincer des dents la vieille garde, excepté bien entendu le trio gagnant, Aherdane-Laenser-Fadili. Malgré tout ce ramdam, Mohand Laenser part grand favori puisqu’il a pu neutrali­ser les voix contestataires et se préparer à reprendre du service. Le seul candidat qui fait vraiment le poids devant l’actuel secrétaire général reste Mohamed Fadili.

Mohamed El Hamraoui

Trois questions Ă  Lahcen Haddad
Président de la commission de la plateforme politique du 11e congrès

Le mouvement populaire va-t-il encore une fois jouer la carte du monde rural et
de l’amazighité ?

Lahcen Haddad. En réalité, aujourd’hui, le MP est présent dans toutes les régions du Maroc ; sur le plan sociologique, le mou vement devient beaucoup plus urbain. C’est une mutation sociale, il y a plusieurs personnes qui s’intéressent au MP dans les villes. Il y a toujours une grande com­posante amazighe mais le parti s’ouvre à toutes les composantes de la société ma rocaine. Pour la première fois, on va dé battre de l’option libérale, il y a un cou rant très fort au sein du MP qui se pré sente comme libéral. C’est un mouvement qu’on retrouve dans les villes et qui est pour l’économie de marché et la liberté d’entreprise. Ce mouvement constitue un courant parallèle au courant amazigh et rural. Le congrès va essayer de créer une synergie entre les deux composantes dans le sens d’un parti libéral, qui appelle à plus d’attention au monde rural et aux zones défavorisés et montagneuses. Le congrès va aussi appeler à l’institutionnalisation de la langue amazighe dans l’administra tion et la vie publique.

Quels sont les nouveaux amendements introduits aux statuts du parti ?

Le principal changement concerne les ins tances du parti, comme le conseil national et le bureau politique, qui vont être plus ramassés. Le temps du compromis et de la rente politique est révolu, en dehors des décisions du congrès qui devra élire les structures représentatives, aucune autre voix n’aura droit au chapitre. Le congrès va consolider l’unification de toutes les tendances populaires en un seul bloc.

Cette nouvelle formule ne va-t-elle pas créer des mécontents ?

On ne se fait pas d’illusions, il y aura tou jours des mécontents, mais on ne peut plus fonctionner de cette façon. Aujourd’hui ce sont les bases qui devront choisir. Les congrès régionaux ont choisi les congres sistes en toute liberté et maintenant, c’est à eux de désigner leurs représentants. On a bien essayé de maintenir l’équilibre entre les trois composantes pendant quatre ans mais ça n’a pas donné de résultat. C’est la cause même des mauvais scores aux élec­tions de 2007. Le Mouvement s'est engagé dans une nouvelle voie, celle de la réunifi cation des différentes composantes de la famille populaire (Mouvement populaire, Mouvement national populaire et Union démocratique) ; tout d'abord réconcilier le MP avec une histoire riche en militan tisme et ensuite constituer une force de proposition, à l'heure des grands défis qui attendent le Maroc.

Propos recueilli par M. E. H

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter