EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°88, vendredi 1 avril 2011
| More

On attendait des propositions de réformes constitutionnelles fortes après le discours du roi. Patratras ! Nos partis sont plus timorés que le souverain. Consternant.


***

Un psychodrame ! Les patrons des partis faisaient peine à voir. Priés d’exposer leurs propositions à la commission chargée de la réforme de la Constitution, les leaders des formations politiques se sont pliés de mauvaise grâce à l’exercice.

Abbas El Fassi a ouvert le bal, lundi 28 mars, avec un long exposé sur les différentes constitutions adoptées depuis l’indépendance, rappelant à cet égard que la Constitution de 1962, si on la considère par rapport à son époque, était plutôt positive. Après cette digression historique, le Premier ministre s’est évertué à expliquer que l’Istiqlal n’avait que des retouches mineures à ajouter « aux sept axes fondamentaux contenus dans le discours royal historique du 9 mars 2011 » ! Après le secrétaire général de l’Istiqlal, les patrons de l’USFP et du PPS se sont relayés pour passer le grand oral devant la Commission consultative de révision de la Constitution (CCRC).

Abdelouahed Radi n’a eu qu’à dépoussiérer le mémorandum soumis au roi en 2008, une sorte de compilation des principales réformes que l’USFP estimait nécessaire de mettre en œuvre pour dépasser « les dysfonctionnements et les confusions régissant l’exercice politique et les dispositions de la Constitution de 1996 ». Lors d’une conférence de presse, Abdelouahed Radi est revenu sur les principales propositions de son parti. Des propositions souvent plus timorées que celles du discours royal. Ainsi, l’USFP considère que la commanderie des croyants est garante de la stabilité et de l’intégrité territoriale et devrait, de ce fait, rester inscrite dans la Constitution.

Il s’agit là d’un point qui a recueilli le consensus de toute la classe politique. Idem pour le PPS : une monarchie parlementaire « à la marocaine » nécessite la mise en place de mécanismes « qui lui permettraient de jouer le rôle d’arbitre ». Et si tous les socialistes sont pour un Premier ministre issu des urnes, le dernier mot doit rester au roi. Dans le document qui énumère les propositions de l’USFP, il est précisé que « le roi nomme le chef du gouvernement du parti ayant remporté les élections, et peut le démettre de ses fonctions à l’issue de la démission du gouvernement ».

 

Manque d’audace

Même topo du côté de Mohand Laenser. Il appelle au maintien du statut religieux du roi au moins autant qu’il insiste sur la place de la culture et de la langue amazighes dans la Constitution. « Nous sommes pour une monarchie parlementaire dans laquelle le roi conserve les prérogatives liées à son statut de commandeur des croyants, de chef de l’État, de garant de l’unité et de l’indépendance nationale », précise le secrétaire général du Mouvement Populaire. Comment expliquer ce manque d’audace et de créativité dans les propositions partisanes ? En politique, l’audace est indexée sur le potentiel de victoire. Or, les formations politiques n’ont de représentativité que celle que le système leur reconnaît. Aujourd’hui, les ténors de la majorité se croient donc obligés de déclarer publiquement que les propositions de réformes annoncées par le souverain restent la seule orientation possible, alors que nul ne le leur a demandé. Face aux propositions plutôt révolutionnaires du roi, les conservateurs timorés de la droite et les pseudo-réformateurs paléolithiques de gauche n’ont pas réussi à imaginer un nouveau contrat entre la monarchie et le peuple.

Abdellatif El Azizi

Les propositions des partis

USFP

« Le Roi est le garant de l’indépendance du pays, de son unité territoriale et du respect des accords et conventions internationales. »

« Le Roi assume, en sa qualité d’Amir Al Mouminine, la supervision de la gestion et de l’organisation du champ religieux et garantit la préservation des droits des citoyens, des communautés et instances à pratiquer leurs affaires religieuses. »

« Le Roi nomme le chef de gouvernement parmi le parti qui a remporté les élections de la Chambre des représentants. »

« La justice est un pouvoir indépendant du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif. »

« Walis et gouverneurs qui appliquent la politique générale fixée par le gouvernement, sont sous la responsabilité directe du chef de ce gouvernement. »

« Liberté de manœuvre des partis politiques, dans le respect des principes de démocratie et de pluralité. »

PPS

« Le Roi nomme le Premier ministre parmi le parti qui a remporté les élections législatives. »

« Le Roi doit déclarer l’état d’urgence, la dissolution du Parlement ou la guerre après consultation du Premier ministre et des présidents des deux Chambres du Parlement. »

« Le Roi est le garant de l’indépendance du pouvoir judiciaire et il est aidé en cela par le Conseil supérieur de la magistrature. »

Istiqlal

« Elargissement des prérogatives du Premier ministre et renforcement du Conseil constitutionnel. »

« Maintien de l’article 19 de la Constitution. »

« Réduction de la durée des mandats de la Chambre des conseillers. »

« Nomination des hauts fonctionnaires de l’Etat par le gouvernement. »

« Constitutionnalisation de la langue amazighe et de la langue hassanie. »

PJD

« L’identité musulmane doit être inscrite noir sur blanc. »

« Monarchie parlementaire démocratique basée sur la commanderie des croyants. »

« Séparation des pouvoirs. »

« Indépendance de la justice. »

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter