EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
actuel n°138, vendredi 20 avril 2012
| More

Au moment de son adhésion au gouvernement, le PPS a soulevé un tollé, y compris à l’intérieur de ses rangs. Les défenseurs de la participation au gouvernement ont fini par faire prévaloir leur choix, mais ils se retrouvent vite rattrapés par les effets d’un mariage, a priori, contre nature.


Le Parti du progrès et du socialisme (PPS) devrait-il regretter son choix d’avoir participé au gouvernement de Abdelilah Benkirane ? Il y a quelques semaines, les responsables du parti du PPS auraient trouvé pernicieux de leur adresser une telle question. Aujourd’hui, quand on la leur pose, ils la retournent dans tous les sens, puis répondent le plus normalement du monde : « Tant qu’on est dans le respect de la charte de la majorité et de l’application du programme – ce qui est toujours le cas  – , nous restons dans ce gouvernement, répond, sans détour, M’Hamed Grine, membre du bureau politique du PPS. Après tout, une alliance gouvernementale n’est pas un mariage catholique ! »

Grine n’est d’ailleurs pas le seul Ă  Ă©voquer Ă  demi-mot une dĂ©fection. Le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du parti, Nabil Benabdellah, Ă©galement  ministre de l’Habitat, est lui aussi sorti de son mutisme pour annoncer que « le PPS n’a pas perdu son âme ». Benabdellah se serait Ă©galement emportĂ© contre son collègue pjdiste, Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, critiquant la dĂ©cision de ce dernier de dĂ©crĂ©ter de nouveaux cahiers des charges pour les chaĂ®nes du pĂ´le audiovisuel public sans y associer les partis de la majoritĂ©. Mais ce point n’est, semble-t-il, que la goutte d'eau qui a fait dĂ©border le vase. Car cela fait des mois que les ministres PJD multiplient les dĂ©clarations qui suscitent la polĂ©mique (les propos de Mustafa Ramid sur Marrakech, ceux de Choubani sur Mawazine…), et on se demandait pourquoi le PPS ne rĂ©agissait pas. Certains ont mĂŞme soutenu que les ex-communistes avaient fini par se trouver une place Ă  l’ombre du PJD. Mais le parti du livre a pris tout le monde de court en sortant de ses gonds pour marquer son opposition Ă  son alliĂ© de la majoritĂ©.

 

De gauche ou du Makhzen ?

Pour M’Hamed Grine, il n’ y a pas vraiment lieu de parler de « crise » au sein de la majorité gouvernementale. « Nous avons des divergences idéologiques qu’il est inutile de rappeler. Nos projets de société sont contradictoires, mais nous cohabitons sur la base de deux engagements moraux : la charte de la majorité et le programme gouvernemental », explique-t-il. Furieux contre les « déclarations individuelles de certains ministres PJD », les responsables du PPS savent, néanmoins, raison garder et précisent que « ce n’est pas le gouvernement qui est mis en cause, mais certains ministres ». « Nous n’avons aucun problème avec M. Benkirane, mais c’est contre les agissements de certains de ses ministres que nous nous soulevons », confie un membre du bureau politique du parti du PPS.

Dans une rĂ©cente sortie mĂ©diatique, Benabdellah a carrĂ©ment rendu « hommage » Ă  Benkirane qui, dit-il, « garde le cap ». Ainsi, le PPS aurait trouvĂ© la manière idĂ©ale de faire pression sur le gouvernement PJD, sans que cela n’en ait vraiment l’air : saluer le gouvernement et fustiger  ses ministres. Mais, derrière les discours officiels, se cacherait une autre rĂ©alitĂ©. « Dès la constitution du gouvernement, le PPS avait deux fronts devant lui : le  palais et la majoritĂ©. Ce qui se passe aujourd’hui n’a rien d’idĂ©ologique », explique Youssef Blal, universitaire et Ă©galement membre du bureau politique du parti. Pour lui, le PJD est tout Ă  fait dans son rĂ´le en entreprenant des rĂ©formes lĂ©gitimes. « Le PPS est aujourd’hui plus le porte-voix du Palais que celui d’un parti de gauche. Le parti est en train de se “pamiser”. » Autrement, s’interroge-t-il, comment expliquer que le PPS se soit opposĂ© Ă  la publication de la liste des agrĂ©ments de transports alors que c’est une mesure populaire ? « Pourquoi n’a-t-il Ă©galement pas protestĂ© contre l’absence des femmes dans le gouvernement ? », tonne Youssef Blal.

 

Manque d’homogénéité

Un point de vue qui n’est pas partagé par tous. « Quand on parle des partis qui forment la majorité, les qualificatifs de gauche ou de droite n’ont aucun sens. Pour l’actuel gouvernement, il est préférable de parler de partis qui défendent les valeurs de modernité, et de partis conservateurs », estime le politologue Mohamed Darif.

« Au Maroc, il n’y a aucun parti qui affirme être contre la modernité. Le problème est au niveau de l’interprétation des valeurs de modernité et celles des libertés individuelles », explique-t-il.

En effet, l’actuel gouvernement semble être divisé en deux blocs : les ministres PJD qui, dit-on, ne peuvent fonctionner que par un discours populiste, et ceux appartenant aux trois autres composantes de la majorité (Istiqlal, MP et PPS). Pour Darif, « le Maroc a des lignes rouges à ne pas dépasser, qui sont définies par la Constitution… et c’est d’ailleurs pour cela que Nabil Benabdellah est longuement revenu sur la Constitution dans ses déclarations récentes ».

Refusant d’assimiler le PPS a un porte-voix du Makhzen, le politologue estime toutefois que la position de ce parti ressemble à celle d’autres formations, le PAM et le RNI notamment. Le vrai problème selon lui est que l’on assiste à un retour de certaines mauvaises pratiques politiques du passé .

« On n’avait pas de majorité ni d’opposition, chaque ministre se rapprochait de son parti et tirait sur les autres. Et c’est ce que nous avons aujourd’hui », affirme Mohamed Darif qui ajoute que « l’approche participative qu’a voulu introduire Benkirane au sein du gouvernement n’a visiblement rien donné, et les choses continuent de fonctionner exactement comme par le passé, sinon pire »...

Ali Hassan Eddehbi

 

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter