EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
actuel n°173, jeudi 20 décembre 2012
| More

Absence remarquée de Benkirane et des islamistes du PJD à l’inhumation du cheikh Yassine. Idem pour le Palais qui s’est abstenu d’autoriser le moindre représentant à faire le déplacement. Seul Ramid était présent. Pourtant, l'impressionnant déploiement des forces de police n’a pas empêché des milliers de personnes d’accompagner le plus tenace opposant du régime à sa dernière demeure. Une marée humaine de plusieurs centaines de milliers de personnes a suivi la procession funéraire dès son départ de la mosquée Assouna de Rabat, une heure après la prière du vendredi. Le service d’ordre de la Jamâa, toujours très efficace, a permis d’éviter les débordements, surtout au moment où le cortège a atteint les abords du cimetière.

Testament posthume

A la déferlante de qualificatifs louangeurs et nostalgiques prononcés sur la tombe du défunt par Mohamed Abbadi, ami fidèle et compagnon de fortune du cheikh, répondaient en chœur les pleurs hystériques de la foule difficilement contenue derrière les murs du cimetière des martyrs.

Peu de temps avant sa mort et dans le souci évident de sauver sa place dans l'Histoire, Yassine a enregistré un testament que se partagent aujourd’hui ses disciples. A travers ce geste symbolique, le leader revient sur ses ambitions d’instaurer le califat dans le Royaume. Dans la première partie de ses recommandations, il rappelle à ses héritiers qu’ils sont porteurs d’une mission divine qui ne saurait prendre fin avec sa disparition. Yassine, qui joue la compassion avec une magistrale réussite, exige de ses disciples de rester fidèles à « des enseignements qu’il tient directement de la bouche du prophète ». Dans ce « testament » figure notamment tout ce qui se rapporte à la spiritualité de la mouvance et à la cohésion entre ses membres, une sorte de feuille de route à laquelle devront se tenir toutes les sensibilités qui émergeront en son sein. « Nous avons choisi pour baptiser notre association, le terme de justice et bienfaisance, cela devrait nous imposer de nous concentrer sur un jihad continu pour l’avènement d’une Ouma basée sur la justice. » Même s’il se veut artisan de l'instauration d'un Etat islamique sans violence, Yassine prend comme modèle Khomeiny qui prônait le renversement d’un ordre ancien assimilé à un régime « dictatorial » afin de promouvoir une société fondée sur un passé mythique, un « âge d’or » du califat qui reste l’ultime consécration du projet islamiste. A l’instar du guide de la révolution iranienne, il rêvait d’installer au Maroc un « gouvernement d’Allah », dont il aurait été le calife.

 

Quelle succession ?

Le seul programme politique de celui qui promettait à Hassan II « l’islam ou le déluge » est donc l’établissement d’une république islamique, fondée sur l’adhésion populaire à ce projet. Les islamistes changeront-ils leur fusil d’épaule après la mort de leur guide ? Rien n’est moins sûr. Il y a d’abord la nature de la relation des disciples avec le cheikh ; Yassine était moins le chef d’une organisation religieuse qu’un guide spirituel auquel ses ouailles prêtaient des pouvoirs surnaturels.

Ce totalitarisme spirituel fait de ce personnage, qui avait plus valeur de gourou que d’imam, le seul représentant de Dieu sur terre. Dans la mythologie d’Al Adl, l'autorité religieuse et le pouvoir d’un « guide suprême, dont la sainteté n'a d'égal que l'infaillibilité », ne disparaissent pas avec la mort du personnage. « Je ne pense pas qu’il y aura des changements majeurs sur les plans organisationnel et politique car l’idéologie de Yassine et sa vision du rôle de la Jamâa dans le monde resteront dominantes et continueront de s’imposer à tous les disciples qui ne cesseront de vouer à leur guide pédagogique et spirituel une adoration sans limites », explique Saïd Lakhel, chercheur et spécialiste des mouvements islamistes. « Al Adl continuera certainement à refuser l’adhésion aux règles du jeu politique parce que son idéologie repose sur l’idée que le régime actuel doit laisser place à un califat tel que décrit par le prophète. La non-reconnaissance du pouvoir spirituel et religieux du roi et sa qualité de commandeur des croyants font que la Jamâa refuse de s’inscrire dans le jeu politique et honnit les organismes officiels de l’Etat », ajoute l’islamologue.

L’intelligence du gourou des adlistes a été de faire croire par moments qu’Al Adl avait de légitimes aspirations démocratiques. D’où l’utilisation dans un premier temps de la fougue de la jeunesse du « printemps arabe » pour surfer sur la vague, et par la même occasion, montrer au pouvoir combien la mouvance était puissante.

Aveuglés par le label « droits de l’hommiste » de la Jamâa et sa posture anti-Makhzen, les gauchistes de Annahj et du PSU sont tombés dans le piège, n’hésitant pas à pactiser avec les militants de Yassine dans un mariage contre nature. Quand les troupes de la mouvance se sont rendu compte qu’il leur était pratiquement impossible de confisquer la « révolution » du 20-Février, elles se sont tout bonnement retirées de la course.

 

Deux courants au sein de la Jamâa

Quoi qu'il en soit, l'antagonisme est manifeste entre deux courants au sein de la Jamâa, l'un que l'on dit « participationniste », et conduit par Omar Aharchane, membre du SecrĂ©tariat gĂ©nĂ©ral du cercle politique et chef de file de la jeunesse de la mouvance «rĂ©formatrice», et l’autre, conduit par Abbadi, un pur produit de la nomenklatura thĂ©ocratique yassinienne. Aharchane reprĂ©sente un courant pragmatique qui considère que l’action politique au sein mĂŞme des institutions n’est pas incompatible avec le projet  idĂ©ologique d’Al Adl Wal Ihsane. Une grande partie « des rĂ©formateurs » n’a d’ailleurs pas pardonnĂ© au cheikh ses extravagances dont la plus cĂ©lèbre est sans doute la fameuse « qawma » (soulèvement) qui fait partie de ces fantaisies oniriques dont Yassine avait le secret et qui Ă©tait censĂ©e se produire en 2006.  Pour ces militants, les Ă©lucubrations du fqih ont dĂ©tournĂ© de l’association islamiste de nombreux sympathisants en faisant douter de la capacitĂ© de ce mouvement Ă  jouer un rĂ´le politique dans le pays. Alors que les caciques d’Al Adl rĂŞvent toujours d’en dĂ©coudre avec le rĂ©gime.

La succession de l’ex-enseignant, auteur la mĂŞme annĂ©e de la fameuse lettre au dĂ©funt roi Hassan II intitulĂ©e L’islam ou le dĂ©luge qui lui a valu d’être internĂ© dans un asile psychiatrique pendant plusieurs annĂ©es, reste difficile. Le seul candidat crĂ©dible semble ĂŞtre aujourd’hui Mohamed Abbadi, jusque-lĂ  numĂ©ro deux.  Selon les statuts de la mouvance, Abbadi dirigera

Al Adl Wal Ihsane pendant 60 jours durant lesquels le futur guide devra ĂŞtre choisi parmi les quinze membres du conseil d’orientation de la Jamâa. Professeur en sciences islamiques, l’homme semble bien plus intransigeant que son maĂ®tre, ce qui lui a suscitĂ© Ă  plusieurs reprises, des tracasseries avec la justice en raison notamment de ses fatwas.  Qu’on le veuille ou pas, Al Adl Wal Ihsaneconstitue aujourd’hui une force politique majeure. Comment faire revenir Ă  la raison ces incurables idĂ©alistes de adlistes ? « Le courage, c'est d'aller Ă  l'idĂ©al et de comprendre le rĂ©el » pensait Jaurès. Benkirane aura-t-il le courage et l’intelligence qu’il faut pour convaincre les frères ennemis de trouver le chemin de la raison et de dĂ©poser les armes pour faire avancer la cause de la dĂ©mocratie dans ce pays ?

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter