EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
actuel n°171, jeudi 6 décembre 2012
| More

Alors qu'une grande partie des istiqlaliens soutient la fronde contre Chabat et qu'une plainte pour invalider son élection suit toujours son cours, le bouillant secrétaire général du parti de Allal El Fassi n'a qu'une obsession : le remaniement ministériel qui lui permettrait de placer ses hommes au gouvernement.


 

Des militants anti-Chabat qui opèrent une descente musclée à Aïn Sebaâ, d'autres qui empêchent la tenue d'une réunion à Laâyoune… Mais que se passe-t-il à l'Istiqlal ? Sur le plan judiciaire, tout semble indiquer que le nouveau secrétaire général a décidé d’ignorer la plainte déposée auprès du tribunal de première instance de Rabat. L'audience a été reportée au 14 décembre en raison de l'absence de l'intéressé et de son avocat. Sur le plateau de Medi1 TV, Chabat a tout bonnement évacué la question. Visiblement irrité, il a affirmé ne pas connaître les auteurs de la plainte, s'interrogeant même sur leur affiliation à l'Istiqlal ! « Chabat peut raconter ce qu'il veut. Ce qui nous intéresse, c'est la réponse qu'il compte donner à la justice pour réfuter les preuves flagrantes des irrégularités qui ont entaché son élection et celle du bureau exécutif », lui répond Anas Bensouda, membre du conseil national de l'Istiqlal, et signataire de l’action en justice destinée à invalider l'élection de Hamid Chabat à la tête du parti, ainsi que celle du comité exécutif. Car Chabat ne serait pas seul en cause, mais aussi Abbas El Fassi et son bureau exécutif, dont la démission devait se faire la veille du congrès… et qui n'a jamais eu lieu. « Abbas El Fassi est prêt à comparaître pour témoigner de cela », précise toutefois l'un des cadres du parti.

 

L'Istiqlal marginalisé par le PJD ?

Pendant ce temps-là, Chabat multiplie les sorties, les unes plus incendiaires que les autres. Dernière en date, sa prestation télévisée sur Medi1 TV. Comme d'habitude, le secrétaire général du parti de Allal El Fassi a consacré une grande partie de ses critiques à l'équipe Benkirane. « Ils ne nous consultent jamais, notamment sur les mesures impopulaires qu’ils prennent, et qui provoquent la hargne de l’opinion, faisant de nous une cible idéale des critiques populaires puisque nous formons ensemble la majorité », tonne Chabat à notre consœur Ikbal Bencherif sur le plateau de l’émission « 90 minutes pour convaincre ». Le patron de l'Istiqlal considère que son parti, bien que numéro deux de la coalition gouvernementale, est marginalisé par le PJD en la personne du chef du gouvernement Abdelilah Benkirane. Il a donc pris un malin plaisir à dénigrer les ministres istiqlaliens, notamment celui de l’Education nationale, Mohamed El Ouafa, ou encore Nizar Baraka, obligé de composer avec le ministre PJD, Idriss Azami Al-Idrissi, qui semble être le véritable patron des Finances.

Mettant en garde contre le risque que « si le PJD continuait ainsi sur sa lancée, il conduirait le Maroc vers les incertitudes de l’avant-discours royal du 9 mars, qui institua la réforme constitutionnelle et la transition démocratique », le maire de Fès a fait feu sur des ministres PJD de plus en plus impopulaires dont les actions iraient à l'encontre des intérêts des plus démunis. D’après lui, la cacophonie ambiante au sein de l'équipe gouvernementale impacte négativement le rendement de tout l’exécutif, tout en adressant des messages contreproductifs à l'opinion publique. « Ne nous voilons pas la face, il y a le feu dans la maison, les Marocains sont en colère contre les augmentations incessantes des prix des produits de consommation, auxquelles le gouvernement semble n’accorder aucune attention », s’alarme Chabat, avertissant, qu’il mettra la pression pour qu’un remaniement ministériel soit effectif au début de l’année prochaine.

Chabat mettra-t-il sa menace à exécution ? « C'est du Chabat pur et simple, le numéro un de l'Istiqlal fait monter les enchères. Il est dans son rôle, mais le remaniement ne dépend pas de lui. Et, quand bien même il le voudrait, à part deux ou trois opportunistes qu'il aurait convaincus d'un strapontin ministériel, il ne trouvera pas grand-monde dans ce parti pour soutenir une telle aventure, porteuse de tous les dangers », explique un des cadres dirigeants de ce parti qui ajoute que l'Istiqlal ne désavouera jamais Benkirane tant que ce dernier aura la bénédiction du Palais.

Cela n'empêchera pas Chabat, par ailleurs patron de l’UGMT, de mener la vie dure à Benkirane. En témoigne la surenchère dans les grèves dont la toute dernière, celle des transporteurs routiers de vendredi dernier, a paralysé en partie le pays.

 

Un mode de gestion passéiste

Maintenant, ce qui est encore plus préoccupant, c'est l'avenir du parti de Allal El Fassi. Les craquements observés au lendemain de l'élection controversée de Chabat ne sont que le prélude de ruptures plus graves qui apparaîtront au grand-jour à l'approche des communales. L'Istiqlal risque ainsi d'être victime de son histoire. Soumis à une discipline rigoriste, sans véritable droit d'expression aux différentes sensibilités qui le traversent, l'Istiqlal, que le pouvoir a longtemps considéré comme un simple outil, paye aujourd'hui le prix de ce mode de gestion passéiste. Chabat, risque tout simplement de contraindre ce grand parti a un avenir incertain. Les luttes intestines pourraient bien désormais dominer sa vie interne. Et cela risque de durer.

Abdellatif El Azizi

El Ouardi veut des excuses

 

C’est l’intervention de Rachid Talbi Alami sur le plateau de « 90 minutes pour convaincre », sur Medi1 TV, qui a mis le feu aux poudres. Le député RNI a brandi une lettre anonyme arrivée sur le bureau de El Habib Choubani et adressée à El Hossein El Ouardi. Cette missive dénonce des pratiques malsaines, comme la corruption au niveau de la Faculté de médecine dont le ministre assurait alors la direction. Chabat n’a pas hésité à accuser le professeur en médecine d’avoir couvert ces irrégularités flagrantes. La réponse de l’intéressé ne s’est pas fait attendre puisque El Ouardi a demandé au secrétaire général du parti de l’Istiqlal, Hamid Chabat, de s’excuser publiquement pour les propos qu’il a tenus lors de l’émission, ajoutant qu’il se réserve, avec son parti, le droit de recourir à la justice. Dans un communiqué adressé à la MAP, le ministre de la Santé est revenu sur les accusations formulées à son encontre par le secrétaire général de l’Istiqlal et affirme ne pas saisir « les motifs qui se cachent derrière l’évocation, en ce moment précis, de cette question qui devait, en toute logique, être soulevée en février 2012, soit dix mois auparavant ».

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter