EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Investiture : Vote sous haute tension
actuel n°126, vendredi 27 janvier 2012
| More

Alors que les diplômés-chômeurs se déchaînent aux portes du Parlement, Benkirane défend, comme il peut, un programme gouvernemental largement contesté.

 Â« Ecoute, Ă©coute Benkirane, les diplĂ´mĂ©s-chĂ´meurs ne dĂ©sarment pas » ! L’accueil plutĂ´t musclĂ© rĂ©servĂ© au cortège du Premier ministre semble avoir Ă©tĂ© prĂ©parĂ© avec soin.


Toutes les issues du Parlement sont bloquées par des jeunes munis de brassards bariolés. Pour rejoindre les députés qui l’attendent dans l’enceinte de la vénérable institution, Benkirane n’a dû son salut qu’au talent des policiers rompus depuis longtemps à l’exercice.

 MalgrĂ© son sourire Ă©ternel, le chef du gouvernement a les traits tirĂ©s et semble se prĂŞter de mauvaise grâce au pĂ©nible exercice d’explication de texte qui prĂ©cède la sĂ©ance du vote. La première partie de l’examen est rĂ©servĂ©e aux conseillers de la seconde Chambre qui ont, pour la plupart, boudĂ© la rĂ©union puisqu’à peine 56 conseillers ont daignĂ© faire le dĂ©placement.

 En rodage depuis quelques semaines, le gouvernement a donc passĂ©, jeudi dernier, son baptĂŞme du feu dans la douleur. Après des dĂ©bats particulièrement houleux, lors de la sĂ©ance plĂ©nière du 26 janvier, la Chambre des reprĂ©sentants a finalement adoptĂ©, Ă  la majoritĂ© des voix, le programme gouvernemental, avec un nombre de 218 «oui» contre 135 «non», un score honorable pour l’opposition.

Programme irréaliste ?

Quelques jours auparavant, les deux Chambres laissaient filtrer les critiques acerbes de l’opposition. Les dirigeants du RNI, de l’USFP et du PAM se sont succédé à la tribune pour passer au crible un programme jugé irréaliste, qui n’apporte rien de nouveau par rapport aux discours d’investiture des gouvernements antérieurs, y compris ceux des technocrates vilipendés, à l’époque, par les islamistes en tant qu’opposants.

Lundi, à la Chambre des représentants, Rachid Talbi Alami, un des lieutenants de Salaheddine Mezouar a émis des doutes sur la capacité du gouvernement à tenir ses promesses, alors qu’il a perdu un temps précieux à gérer la bataille qui a marqué la distribution des portefeuilles.

Au cours de son intervention, l’ex-ministre des Affaires générales du gouvernement Jettou a épinglé la nomination d’un ministre d’Etat, contraire selon lui à la nouvelle Constitution, et qui réduit à néant toutes les promesses de rationalisation des dépenses publiques faites par le PJD au cours de sa campagne électorale.

Même son de cloche au niveau de la Chambre des conseillers où le président du groupe du RNI, Maâti Benkaddour, ne s’est pas privé de dire tout le mal qu’il pensait d’un programme gouvernemental plus proche d’une déclaration d'intention.

« Ce programme ne définit pas clairement les ressources et les moyens à mettre en œuvre pour faire face au chômage, à la pauvreté et à la précarité sociale », a estimé le chef du groupe RNI.

De son côté, le Parti socialiste n’a pas résisté à la tentation de rappeler les années fastes de l’USFP, qui a mené l’alternance avec brio en jouant un rôle de premier plan dans la concrétisation des réformes. Lors de son intervention mardi dernier, Ahmed Zaidi a interpellé Abdelilah Benkirane sur une déclaration gouvernementale qui ne répond ni aux attentes des électeurs ni à la soif de changement de la société.

Pour le président du groupe socialiste à la Chambre des représentants, le programme est vague puisqu’il ne comporte ni statistiques ni agenda précis pour la réalisation des actions promises. De plus, il passe sous silence les moyens humains et financiers à mettre en œuvre. « Prévarication, corruption, manque de transparence lors des transactions publiques, impunité, économie de rente et agréments de toute nature. » Ces aspects n’ont pas fait l’objet d’une mention spécifique dans le discours du gouvernement selon les socialistes. « Vous devez vous estimer heureux puisque vous avez été porté à la tête du gouvernement dans une conjoncture favorable, au regard de celle qui existait lors de l’investiture du premier gouvernement de l’alternance en 1998 », a jeté le bouillonnant député socialiste à la figure de Benkirane.

Pour sa part, le PAM, en la personne de l’avocat Abdellatif Ouahbi, a pointé du doigt une coalition extrêmement fragile, rappelant à Benkirane qu’il a failli à sa mission de moralisation de la vie politique puisqu’il a été incapable de bouter hors de son gouvernement d’anciennes figures comme Toufiq ou encore Maâzouz.

La réponse de Benkirane

Les plus lucides reconnaissent, de plus en plus ouvertement, qu'il faudrait «un miracle» pour que le gouvernement avance le moindre petit pion dans l’échiquier politique des réformes sociales.

Pour sa défense, Benkirane a, pourtant, abreuvé les parlementaires de diverses raisons d'espérer. Et le chef du gouvernement de dérouler, brillamment, ses raisonnements paradoxaux. Avant de chercher à obtenir la confiance des députés, le Premier ministre a bien tenté de répondre aux remarques des groupes parlementaires.

ll a, ainsi, rejeté en bloc les reproches liés à l'absence de chiffres et de dates, rappelant qu’une déclaration n’est pas une loi de Finances et encore moins un rapport sur les actions sectorielles de tel ou tel département. Il a balayé ces critiques du revers de la main, estimant que l’opposition devrait être constructive au lieu de se focaliser sur des détails.

Benkirane est convaincu que l'exécutif a « adopté une stratégie de développement ambitieuse pour répondre aux attentes pressentes et légitimes des citoyens, au lieu de se cantonner dans une approche défensive qui nous impose de subir, au lieu d'agir ».

Parfaitement conscient de la conjoncture internationale actuelle et des défis qu'elle impose, le gouvernement est au fait des opportunités et des moyens dont dispose le pays, soutient le chef du gouvernement qui s’engage à respecter les résultats du dialogue social d'avril 2011.

Il rappelle aussi que l’exécutif prendra toutes les mesures législatives et réglementaires pour que les échéances électorales relatives aux collectivités territoriales et aux organisations professionnelles soient tenues dans les délais impartis.

A ce stade, et jusqu'à preuve du contraire, l’expérience Benkirane est, au mieux, le laboratoire d'un exercice du pouvoir accordé par le peuple aux islamistes, et au pire, une mauvaise parenthèse à fermer au plus vite. En tout cas, il y a les mots et les actes. Reste à prendre au mot Benkirane avant de juger ses actes.

 

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter