EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Scandales : cols blancs Ă  la barre 
actuel n°58, samedi 31 juillet 2010
| More

L'affaire Benallou et le dossier El Ferrah font ressurgir les vieux démons régissant les rapports entre argent et politique. Ces scandales au caractère pénal risquent d’éclabousser plusieurs partis politiques.


***

Quel est le point commun entre les cigares de Benallou et les « virements occultes »  de Mohamed El Ferrah ? Dans les deux cas, on ne sait pas Ă  qui Ă©taient destinĂ©s les « petits cadeaux » en nature ou en espèces. C’est ce que cherchent Ă  savoir les juges qui Ă©pluchent le dossier de l’ancien patron de l’ONDA et celui de l’ex-prĂ©sident de la MGPAP. Mardi dernier, le juge d'instruction Abdelkader Chentouf a ainsi dĂ©crĂ©tĂ© la saisie des biens mobiliers et immobiliers de Mohamed El Ferrah en rapport avec une affaire de dĂ©tournements qui porte sur quelque 700 millions de dir-hams. L'ex-prĂ©sident de la Mutuelle gĂ©nĂ©rale du personnel des administrations publiques qui est soumis Ă  des auditions marathoniennes est pour l’instant poursuivi en Ă©tat de libertĂ© provisoire. Mais au vu du dossier brĂ»lant de la Mutuelle gĂ©nĂ©rale, l’affaire revĂŞt un caractère pĂ©nal. En attendant, le juge a saisi au passage les dĂ©partements de l’Emploi et des Finances ainsi que la Mutuelle et ses fournisseurs privĂ©s. L’ex-patron de la MGPAP est soupçonnĂ© de s’être gĂ©nĂ©reusement servi, utilisant les fonds publics Ă  des fins privĂ©es. Il faisait notamment virer des millions de dirhams sur le compte de diverses associations telles que l’Association des maladies chroniques (Amason) dont il assurait Ă©galement la fonction de trĂ©sorier, comme il se permettait d’acheter des bâtiments – à des prix faramineux – au nom de la Mutuelle, sans l’autorisation du ministère de tutelle. Cerise sur le gâteau, le personnage qui est Ă©galement maire d'Essaouira, s’est vu refuser rĂ©cemment, par le gouverneur de la ville, le transfert de près d’un million de dirhams pour le compte de l'association sportive dont il est prĂ©sident.

Quant à Benallou, il comparaît aux côtés d’une bonne dizaine de responsables pour s’expliquer sur l’évaporation de plusieurs millions de dirhams des caisses de l’ONDA. En plus des cigares achetés par l’Office, ce sont les marchés passés dans des conditions douteuses qui intéressent aujourd’hui la justice. La construction des terminaux a notamment connu des irrégularités flagrantes. Nombre de marchés de l’ONDA apparaissent en effet suspects. En témoigne le poste pourtant mineur des « uniformes des employés de l’Office » dont la facture s’élevait à 675 000 dirhams en 2003 et qui est passé à 27 millions de dir-hams en 2007 alors que le nombre des employés n’a pratiquement pas augmenté ! Des combines pour améliorer les fins de mois, des détournements effectués dans une impunité totale. L’affaire Benallou et le dossier El Ferrah font ressurgir les vieux démons régissant les rapports entre l'argent et les politiques.

Faire tomber de gros bonnets

Certains « scandales » ont attendu le feu vert politique et l’accord entre les partis au pouvoir pour éclater au grand jour ; c’est autant le cas pour l’affaire Benallou que pour le dossier sulfureux d'El Farrah. Ce dernier, parlementaire d’Essaouira sous les couleurs de l’USFP, est considéré comme étant le numéro deux de la puissante centrale syndicale de Noubir El Amaoui. Il a toujours menacé de faire tomber de gros bonnets partisans si on cherchait à le faire passer à la barre. Tous les ministres qui ont essayé de demander des comptes à « l’homme fort de la CDT » se sont cassés les dents. Jettou en a fait l’amère expérience alors que Mustapha El Mansouri, qui était alors ministre de l’Emploi, avait cherché à maintes reprises à ouvrir une enquête sur les dépassements d’El Farrah, sans succès. L’homme avait non seulement de solides appuis au sein de la hiérarchie du parti de Abdelwahed Radi mais, de plus, dès qu’on lui cherchait noise, il mettait en branle ses troupes, menaçant le gouvernement d’une grève générale. En février 2009, à la Chambre des conseillers, le ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle s’était défendu en expliquant qu'une « commission de l'IGF était chargée d'établir un audit, depuis 2004, alors que son département avait saisi en vain le président du MGPAP en vue de prendre les mesures nécessaires pour appliquer la loi ». Pour ceux qui ne le savent pas, Abdelhanine Benallou a longtemps flirté avec la gauche. Sous les couleurs du PSD, l’ex-haut fonctionnaire du ministère de l’Energie s’était même présenté aux élections législatives de 1997 à la circonscription Bab Mrissa, à Salé. « Il s’agit d’un cas de figure classique, celui de partis qui ferment les yeux, voire qui profitent de la position économique et financière d’un membre pour des raisons occultes », explique Tarek Sbaï.

« Nos partis politiques sont sous-tendus par une dynamique bien particulière. Dans le meilleur des cas, les leaders pensent à tort que le fait de dénoncer, voire d’exclure une brebis galeuse risque de ternir l’image du parti. Sinon, les plus corrompus d’entre eux ne peuvent pas supporter d’être tenus loin des marchés publics et profitent ainsi allègrement de la manne », ajoute le président de l'instance nationale pour la protection des biens publics. En dehors de Abderrahman Youssoufi qui payait les pourboires de sa poche, les patrons d’office, chefs d’entreprises publiques ou même ministres ont souvent un train de vie somptueux qui dépasse de loin leurs revenus officiels, faisant allègrement la confusion entre les dépenses personnelles et celles liées au fonctionnement de l'Etat.

La Cour des comptes a passé au peigne fin les dépenses de l’ex-directeur de ONDA, et son dossier est aujourd’hui étudié par le procureur. El Ferrah, lui, est enfin devant les juges. D’autres dossiers devraient connaître rapidement le même sort. Beaucoup d'efforts, donc, pour moraliser un système où les tentations sont fortes. Et, malgré tout, il existe encore des cas litigieux ; des patrons d’office qui ignorent le conflit d'intérêts ou des élus qui franchissent allègrement les lignes rouges. Ces exemples d'« indélicatesses » malheureusement abondants se heurtent à une justice encore laxiste face à ces puissants d’un jour. Même si les juges démontrent, depuis quelque temps, une pugnacité nouvelle dans leur volonté de traquer les corrompus... ce qui promet d’animer les mornes journées du ramadan. Du Centre cinématographique marocain (CCM) à la plupart des offices régionaux de mise en valeur agricole ou d’autres établissements publics, les dossiers s’accumulent. L’effet Naciri ? Peut-être, même s’il est trop tôt pour tirer une telle conclusion, d’autant qu’elle conforte paradoxalement l’image d'un parquet aux ordres.

Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter