EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
actuel n°155, jeudi 16 août 2012
| More

A force de vouloir surfer sur les valeurs du passé, Benkirane a fini par tomber dans la fange du populisme. Ses ministres ne sont pas en reste. Tous semblent aujourd'hui hautement apprécier ce discours. Analyse.


Quelle magistrale comédie de pouvoir ! Il ne se passe pas un jour sans que les islamistes aux commandes ne nous épatent par leur talent de démagogues. Quand Benkirane est appelé à se prononcer devant les députés (première et seconde Chambre) sur les graves dérives que connaît l'économie du pays et sur l'incapacité du gouvernement à trouver des solutions aux urgences, il n'hésite pas à avancer tout et son contraire. Tantôt il se désole de n'avoir aucune prise sur le processus décisionnel, tantôt il se gargarise de sa fonction de chef de gouvernement arrachée avec la bénédiction du peuple. Quant aux ministres, il les assimile à des électrons libres qui font ce qu’ils veulent d'une part, tout en estimant qu'aucun responsable ne peut prendre de décision sans en référer au chef du gouvernement d'autre part.

Quand les parlementaires lui rétorquent qu'ils n'ont que faire de la cuisine interne du gouvernement et qu'ils attendent des données chiffrées, le chef du gouvernement perd son calme et n'hésite pas à stigmatiser les « crocodiles et autres démons » qui s'acharnent à porter des coups bas à la majorité. Qui sont ces crocodiles et autres démons qui empêchent le gouvernement de travailler ? La théorie du complot si chère aux chantres du populisme trouve là son expression la plus parfaite. Si l’on ajoute à cela l'incroyable propension de Benkirane et de la plupart des islamistes à rabaisser et à mépriser leurs adversaires politiques, la boucle est bouclée. En effet, dans leur discours, pointe souvent cette doctrine essentielle du père fondateur des Frères musulmans, Hassan El Banna, lequel considérait que « les musulmans d'aujourd'hui (déjà à l'époque !) n'étaient pas de bons fidèles et qu’il fallait les faire revenir aux valeurs d'antan ». En d’autres termes, les islamistes drapés de vertu seraient exempts de critique.

 

Les bourdes se multiplient

Excellent tribun et remarquable débatteur, Benkirane s'adresse beaucoup plus au petit peuple qui apprécie ses prestations télévisées qu’à l’élite de ce pays. A l'occasion, il peut faire chavirer un parterre de PDG, ravis de serrer la main à la star du moment mais, le lendemain, au cours d'un meeting, confronté à de « vrais gens », il n'hésitera pas à fustiger violemment ces « patrons voyous » qui se remplissent les poches sur le dos des pauvres prolétaires.

Lorsqu’on écoute les ministres PJD s’indigner des injustices, on peine à imaginer que ce sont bien les islamistes qui sont aux manettes depuis maintenant sept mois.

« Tant qu’il est dans l’opposition, un parti peut se targuer d’être un intermédiaire privilégié entre le peuple et le pouvoir. Une fois aux commandes, ce parti applique un programme pour lequel il a été élu. Or les ministres PJD semblent souvent débattre de solutions alternatives à la politique de la majorité en place, ce qui relève presque de l’absurde », explique Thami Khyari, le secrétaire général du Front des forces démocratiques. Le leader socialiste précise que le PJD est aujourd’hui victime d’un discours électoral dans lequel il s’était engagé à régler tous les problèmes des Marocains en six mois avec un programme qui prévoyait une croissance annuelle de 7% et des milliers d’emplois à la clé.

La dérive populiste du gouvernement Benkirane peut prendre des formes surprenantes. S’affirmer par ses actes proches du peuple, c’est bien le caresser dans le sens du poil, instrumentaliser ses peurs, satisfaire à tout prix son besoin de se défouler qui sur l'étranger, qui sur la femme, qui encore sur les riches… Dernière sortie en date, l'envolée insolite de Lahcen Daoudi contre « ces gosses de riches » qui squattent les amphis de la fac de médecine ou les campus des écoles d'ingénieurs. Le ministre de l'Enseignement supérieur qui s'attaque là à la gratuité de l'enseignement – un des fondamentaux de la démocratie –n'a aucun scrupule à enfoncer le clou en expliquant qu'il ne fera payer que les rejetons de la haute bourgeoisie. Et d’expliquer que seuls les salariés qui bénéficient d'un revenu de plus de 10 000 dirhams par mois seront contraints de payer. Ainsi, nombre de salariés de la classe moyenne auront-ils appris qu’ils étaient allègrement intégrés au sein des « riches ». Il est vrai qu’avec de pareilles annonces, notre ministre et son parti peuvent se targuer d’être « proches du peuple et de ses préoccupations ».

Récemment, dans un tout autre registre, le ministre de la Justice et des Libertés, Mustafa Ramid, n’avait pas hésité à mettre en cause les « touristes pervers » et leur responsabilité dans le climat réputé de débauche de la ville ocre. Devant Mohamed Magraoui et ses disciples, Ramid, qui savait parfaitement que ses propos seraient amplement commentés, déclarait que « des gens du monde entier venaient à Marrakech pour passer beaucoup de temps à commettre des péchés », une allusion claire au tourisme sexuel.

 

Misogynie au sommet

Et les femmes dans tout cela ? La question de la femme, les islamistes l'ont rĂ©glĂ©e d'une manière chirurgicale : une seule femme aux commandes, et voilĂ©e de surcroĂ®t. Ainsi, le gouvernement de Benkirane s’est-il sans conteste affirmĂ© comme le plus misogyne de l'histoire du Royaume. Le pays attendait plus de justice envers les femmes avec la dernière fournĂ©e de walis et autres gouverneurs, mais le chef de la majoritĂ© a pris soin de placer un seul profil fĂ©minin dans une liste sur laquelle Benkirane avait pourtant bien plus qu’un droit de regard. En matière de discrimination, on ne peut faire mieux. RĂ©sultat, la majoritĂ©  au pouvoir ressemble aujourd’hui beaucoup plus Ă  un fan club dĂ©diĂ© Ă  la gloire de valeurs singulièrement conservatrices qu'Ă  un gouvernement qui respecte la paritĂ© et les valeurs de la majoritĂ© qui l’a portĂ© au pouvoir.

Bien entendu, ce discours et ces actes fortement teintés de populisme sont accompagnés par le souci méticuleux des ministres islamistes de se fondre dans la population, se forgeant une image qui tranche avec « le faste et la gabegie » des gouvernements précédents. Le message subliminal recherché par les communicants du chef du gouvernement, c’est évidemment de fixer dans la conscience collective l’idée que les ministres islamistes sont proches du peuple, qu'ils vivent comme le petit peuple et qu'ils n'ont rien changé à leurs habitudes malgré le prestige de la fonction. « On ne peut pas évacuer la fonction tribunitienne du PJD , qui s’est toujours targué de porter une voix forte pour défendre les intérêts des classes les plus pauvres de la société, d’un revers de la main. N’oubliez pas que, jusqu’à present, les islamistes n’ont pas connu autre chose que l’opposition », explique l’un des cadres du parti de la lampe. Le danger, c'est que cette démarche populiste affirmée, doublée d’un positionnement tranché sur les questions de société, n’est pas de nature à apaiser un pays en proie à bien des inquiétudes. Au contraire, elle donne des gages aux radicaux de tous bords en flattant les bas instincts des éléments les plus en marge de la société. Une dérive qui pourrait bien finir par opposer les Marocains les uns aux autres.

Abdellatif El Azizi
| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter