EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°89, vendredi 8 avril 2011
| More

Si la monarchie parlementaire cristallise les débats du 20-Février, elle n’est pas la seule revendication des jeunes. Lors des dernières marches, les revendications propres à chaque région se sont multipliées. Florilège.


***

Le 3 avril, les jeunes du Mouvement du 20 février ont à nouveau investi les rues. A Casablanca, ils étaient près de 10 000 à réclamer « une monarchie parlementaire », « l’abolition de l’article 19 », « la démission du gouvernement »… mais cette fois-ci, avec une originalité de taille.

Aux demandes de refonte de la Constitution se greffaient les slogans « Sajid dégage », « Lydec dégage » et même « Joujou dégage », en référence au vice-président du conseil de la ville, Mohamed Joudar, dont la photo côtoyait celle d’Ahmed Brija, autre vice-président dans le collimateur des manifestants.

Un constat s’impose : les revendications locales sont de plus en plus présentes, sans toutefois empiéter sur les réformes globales qui constituent la toile de fond.

« Si les services de la ville ne sont pas à la hauteur, c’est à cause des élus, qu’ils soient de l’opposition ou de la majorité », tempête Fettah Laïdi, membre du 20-Février de Casablanca. Il explique que les jeunes veulent « mettre encore plus l’accent sur les revendications sociales et économiques auxquelles le discours royal n’a pas répondu ».

« La Lydec n’investit pas assez, Casablanca est toujours la première ville en nombre de bidonvilles, les places dans les écoles publiques du quartier huppé d’Anfa se négocient contre du bakchich, les véhicules de M’dina bus sont dans un sale état, etc. », énumère-t-il encore.

La gestion déléguée de l’eau et de l’électricité est certainement le sujet qui fâche… et met d’accord tous les manifestants ! A Tanger, des jeunes ont fondé le « Mouvement pour défendre le compteur », appelant carrément au boycott du paiement des factures d’Amendis. La société est dans l’œil du cyclone, depuis le début des protestations, dans tout le Nord.

Gestion déléguée dans la mire

A Rabat, on ne dit pas autre chose et on en veut à Veolia « qui ne nettoie pas certains quartiers », tout en pointant du doigt « le problème d’anciens employés des bus toujours sans travail », nous dit Najib Chouki, de la section rbatie.

Ce dernier tient à placer le débat sur les dépassements locaux dans leur cadre global. « Il ne faut plus qu’il y ait de conflit de prérogatives entre les walis et les élus locaux, car ces derniers sont comptables devant les électeurs, contrairement aux cadres de l’Intérieur.

Aucun véritable contrôle n’est possible actuellement, et quand bien même, les audits de l’Intérieur restent secrets. On s’insurge aussi contre le fait que les rapports de la Cour des comptes aient été classés sans suite », explique-t-il.

A Marrakech, l’impunité est également au centre des débats. Selon Me Mohammed Ghalloussi, membre du 20-Février et président de la section locale de l’Instance nationale pour la protection des biens publics, « il faut des mesures accompagnatrices et commencer par traduire en justice les responsables de la dilapidation des biens publics ».

D’ailleurs, le vendredi 1er avril, un sit-in dans ce sens était organisé devant la municipalité de Guéliz. En plus de ce problème transversal, la ville ocre souffre, selon ce militant, d’une mauvaise répartition des richesses et des infrastructures.

« On vit un grave problème de logement lié au prix exorbitant du mètre carré. La ville dépend trop du tourisme qui enregistre une baisse d’activité en ce moment, ce qui impacte le marché de l’emploi. En plus, les infrastructures ne suivent pas, beaucoup d’avenues sont délabrées, en contraste avec le côté touristique. »

La « mainmise » du PAM sur le conseil de la ville gêne aussi le militant qui pointe, sur un autre registre, le dossier du marché de gros : « Les bénéfices du marché se sont accrus d’une dizaine de millions de dirhams sans que l’on sache d’ou provient cette manne soudaine. On exige une enquête. »

Piqûres de scorpions

Si les « vingtfévrieristes » citadins portent un intérêt de plus en plus grand aux lacunes locales, cette tendance était fortement présente dès le début dans les petites agglomérations.

Ainsi, à Fam Lehcen, une localité de 7 000 âmes située dans la région désertique de Guelmim-Smara, on réclame plus d’attention. Tout simplement. Originalité de ce petit bourg : ce sont en majorité des femmes qui mènent la fronde.

« Les femmes sont plus réactives car elles sont directement interpellées par l’absence de services : ce sont elles qui fréquentent le dispensaire médical (construit par des Japonais) dans lequel il n’y a que deux infirmières. Ce sont elles également qui paniquent à l’idée que leurs enfants se fassent piquer par des scorpions et ne trouvent pas l’antidote », explique Lahcen, « vingtfévrieriste » local.

Une autre spécificité des revendications de cette localité réside dans le refus du nouveau découpage régional. « On nous a rattachés au Souss alors que nous profitons actuellement des subventions octroyées aux habitants du Sahara », s’indigne Lahcen.

En définitive, si d’une région à l’autre, les demandes sociales sont différentes, elles se rejoignent néanmoins toutes sur un point : la fin de l’impunité et une gestion plus transparente et rationnelle.

Zakaria Choukrallah

« 9-martiens », méfiez-vous des contrefaçons !

Qui sont les « neufmartiens » ? Et bien, c’est le contre-mouvement qui a vu le jour en réaction au Mouvement du 20 février.

En résumé, les détracteurs du 20-Février se partagent en deux clans : ceux qui refusent de remettre en cause les prérogatives du roi et préfèrent le débat sur la classe politique (ceux-là vont marcher le 10 avril à Casablanca, à partir de la place Nevada à 10 heures). Et ceux qui sont contre l’idée même de manifester, estimant que l’heure est plus au travail sur les réformes qu’aux marches pour faire pression.

Il faut donc distinguer entre le « mouvement du 9 mars » qui organise une « marche patriotique » le 10 avril et « le mouvement des jeunes du 9 mars » (11 000 membres sur Facebook) qui refuse l’idée d’organiser des contre-manifestations.

« On ne veut ni applaudir sans réflexion les réformes annoncées par le roi ni rester otage de la protestation. On estime qu’il faut être une force de proposition, c’est pour cela que nous organisons une caravane pour recueillir l’avis des citoyens et les présenter à la commission de Mennouni le 16 avril. On ne prend pas position : si les gens demandent en masse une monarchie parlementaire et l’abolition de l’article 19, c’est ce qu’on transmettra à la commission », explique le fondateur de ce groupe, Khalid Bechri.

Dans le clan des « anti », il y a aussi le mouvement des « Eng@gés ». Ceux-là vont manifester le 10 avril… « pour ne plus marcher » !

« Après le discours du roi, il ne faut plus gâcher de l’énergie en organisant des marches mais plutôt retrousser ses manches. On est conscient des divergences et du flou qui entoure le mouvement du 9 mars, c’est pour cela qu’on sort sous nos propres couleurs », explique Zeineb Benaissa, membre de ce groupe, qui annonce qu’eux non plus n’ont pas demandé l’autorisation de manifester au ministère de l’Intérieur.

Qu’en pense les « vingtfévrieristes » ? « Même si on n’est pas d’accord, on milite aussi pour que des gens contre nous aient le droit de marcher », explique, philosophe, Fettah Laïdi. Tout cela reste à vérifier sur place, le 10 avril !

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter