EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
actuel n°42, samedi 10 avril 2010
| More

Le phĂ©nomène s’est dĂ©roulĂ© en 1979 après la chute du rĂ©gime du Shah. C’est ce qu’affirme Kristof Clerix, journaliste d’investigation, spĂ©cialiste des services secrets en Belgique. Il nous dĂ©taille les luttes que se livrent les diffĂ©rents services d’espionnage dans  la capitale europĂ©enne  et nous Ă©claire sur l’affaire Belliraj.


***

Alors que l’affaire Belliraj s’enfonce dans des méandres politico-judiciaires, actuel a interrogé un expert de l’espionnage dans la capitale européenne. Journaliste d’investigation, travaillant pour le magazine flamand sur la mondialisation MO, Kristof Clerix est l’auteur de l’ouvrage Les services secrets étrangers en Belgique, paru aux Editions Racine (2008).

En 2008, la SĂ»retĂ© de l’État a demandĂ© le rappel de trois  officiers du renseignement, travaillant Ă  l’ambassade du Maroc, « en raison des activitĂ©s clandestines de renseignement qu’ils menaient en Belgique ».

Kristof Clerix : Après cette affaire, j’ai réalisé une interview avec Alain Winants, le chef de la Sûreté belge (le service secret belge). Winants disait que les espions marocains étaient allés « trop loin » en faisant de l’ingérence. Selon Winants, la DGED est assez active au sein de la communauté marocaine en Belgique : « On peut accepter qu’il soit important pour le Royaume de savoir ce qui se passe au sein de la communauté marocaine en dehors du Maroc, ce qui explique qu’il y ait un certain niveau de tolérance. Mais le problème se pose quand la Sûreté belge n’est pas informée sur les activités de la DGED. » Un dossier sensible était, par exemple, l’immixtion dans les affaires de l’Exécutif des musulmans de Belgique (EMB).

En quoi la Belgique est-elle aussi  importante pour les Marocains ?

J’ai posĂ© la question Ă  Samir Addahre, l’ambassadeur du Maroc en Belgique. D’après lui, la DGED dĂ©fend un agenda politique et surveille l’intĂ©grisme religieux, pour notamment garantir la stabilitĂ© du Maroc et de la Belgique. « L’opinion publique belge doit savoir que nous dĂ©fendons les mĂŞmes valeurs », ajoutait-il.  Il suffit de savoir qu’en Belgique, il y a une communautĂ© d’au moins 400 000 MRE, pour comprendre que les services marocains sont extrĂŞmement intĂ©ressĂ©s par ce qui se passe ici. Selon Alain Winants, les centres d’intĂ©rĂŞt des services secrets marocains vont de l’islam institutionnel au dossier du Sahara en passant par l’évolution gĂ©nĂ©rale dans la communautĂ© marocaine.

 Au Maroc, le belgo-marocain Abdelkader Belliraj a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  la perpĂ©tuitĂ© en 2009 après avoir Ă©tĂ© accusĂ© d’avoir prĂ©parĂ© des attentats. En janvier 2010, les services belges ont rendu public un rapport qui innocente Belliraj. Que vous inspire cette affaire ?

Dans l’affaire Belliraj, on a constaté que le Maroc s’intéressait aux profils chiites. La montée du chiisme au sein de la communauté marocaine de Belgique, traditionnellement sunnite, était un phénomène typiquement belge. Après le renversement du régime du Shah en Iran pendant la révolution islamique de 1979, des centaines de Marocains en Belgique s’étaient « convertis » au chiisme, car ils voyaient un parallèle évident entre le régime du Shah et celui de Hassan II et ils espéraient que le même scénario se répèterait au Maroc. Une évolution qui avait été aussi suivie avec un grand intérêt par les services belges. L’année dernière, je me suis plongé pendant trois mois dans le dossier Belliraj, j’ai assisté aux procès à Salé, je me suis entretenu avec des dizaines d’acteurs et j’ai compulsé des documents auxquels personne n’a eu accès. Résultat ? Je me demande sur la base de quelles preuves Belliraj a été condamné : est-ce que l’opinion publique et la presse marocaine sont convaincues par les preuves présentées au tribunal ? Pour moi, c’est une question qui touche le cœur même de cette affaire.

Pourquoi?

Parce que l’affaire Belliraj se lit comme un roman d’espionnage. Et dans le monde des services secrets, « la vĂ©ritĂ© » est un concept tout relatif. Ce qui est intĂ©ressant en tout cas, c’est que l’affaire Belliraj montre l’évolution dans la collaboration entre les services secrets belges et marocains, sur une pĂ©riode de plus de trente annĂ©es. En 1971, quand Abdelkader Belliraj s’est installĂ© Ă  Bruxelles, tant la DGED que la DGST entretenaient de bonnes relations avec la SĂ»retĂ© de l’Etat belge, dirigĂ©e Ă  l’époque par Albert Raes. Les diffĂ©rents services de renseignements avaient conclu un gentleman agreement : la SĂ»retĂ© belge surveillait les « comportements hors norme » de la communautĂ© marocaine sur son territoire, en Ă©change la DGED informait les Belges sur d’éventuelles menaces en cours contre l’ordre public en Belgique et au Maroc. La coopĂ©ration se passait très bien, la Belgique Ă©changeait de manière structurĂ©e des informations avec le Maroc en fournissant notamment des renseignements sur les opposants au roi Hassan II ou Ă  son rĂ©gime.  Dans les annĂ©es quatre-vingt, les contacts entre la SĂ»retĂ© belge et la DGED s’intensifient. C’est prĂ©cisĂ©ment pendant cette lune de miel entre les deux pays que Belliraj entre en scène. Dès le dĂ©but des annĂ©es quatre-vingt, la SĂ»retĂ© belge avait fichĂ© l’homme comme Ă©tant un extrĂ©miste islamiste pro-iranien et un farouche opposant Ă  Hassan II. Belliraj avait Ă©tĂ© pistĂ© par les services et la cellule antiterroriste belges en 1986, 1988, 1990, 1993 et 1999. 

Pourquoi les relations entre la DGED et la Sûreté belge ne sont-elles pas restées aussi bonnes?

Déjà après les attentats de Casablanca (2003), lors du voyage à Rabat d’un homme clé de la Sûreté belge, les choses ne s’étaient pas bien passées mais c’est surtout après 2008, quand la Sûreté découvre l’affaire Belliraj au Maroc à travers la presse. Puis, après les premières arrestations liées au dossier Belliraj, le Maroc a demandé à la Belgique d’extrader quatorze personnes. À peine quelques mois plus tard, presque en réponse à cette vague d’arrestations, un procureur fédéral belge procède à des perquisitions chez des Marocains le 27 novembre 2008 en auditionnant onze personnes. Six d’entre elles témoignent des nombreuses activités de la DGED en Belgique. Les personnes auditionnées ont détaillé les procédures utilisées par les agents marocains en Belgique qui propageraient de fausses rumeurs à l’attention de certains MRE et qui les soumettraient au chantage et à diverses intimidations... L’enquête sur les activités de la DGED en Belgique a été poussée tellement loin qu’elle a probablement hypothéqué l’issue de l’affaire Belliraj.

Que pensez-vous de l’accusation  faite par les Marocains Ă  Belliraj, soupçonnĂ© de travailler pour  les services secrets belges ?

Lors de sa seconde audition auprès du juge d’instruction marocain Chentouf, Belliraj a dĂ©clarĂ© : « Je confirme que j’ai Ă©tĂ© approchĂ© en 2000 par les services de renseignement belges qui m’ont demandĂ© de travailler pour eux et de les aider dans certains dossiers liĂ©s au terrorisme. Je leur ai rĂ©pondu que je les aiderais si je dĂ©couvrais des choses sensibles qui pourraient constituer une menace pour la sĂ©curitĂ© de l’État. J’ai de temps en temps rencontrĂ© un certain Patrick, agent de la SĂ»retĂ©, mais la collaboration ne s’est pas faite pour de l’argent en contrepartie. » Plus tard, Belliraj va nier avoir Ă©tĂ© un collaborateur des services belges. Selon des sources bien informĂ©es en Belgique, Belliraj a fourni des informations « extrĂŞmement prĂ©cieuses » qui ont permis   de dĂ©jouer des attentats terroristes, notamment en Grande-Bretagne. Mais au risque de me rĂ©pĂ©ter, je rappelle que dans le monde des services secrets, « la vĂ©ritĂ© » est un concept relatif. Reste Ă  voir ce qu’en pense la Cour d’appel de SalĂ©.

Dans votre livre Les services secrets Ă©trangers en Belgique,  vous expliquez que Bruxelles, Washington et Genève sont les trois villes clĂ©s de l’espionnage mondial. Pourquoi?

Bruxelles est devenue une capitale de l’espionnage parce que les services secrets y trouvent une grande densitĂ© de flux d’information : l’Otan, le Shape, l’Union europĂ©enne (Conseil, Commission, Parlement), mais aussi des multinationales, l’espace Ă©conomique europĂ©en, l’Organisation mondiale des douanes ou encore le Swift. Deuxième cible : les entreprises belges liĂ©es aux armes, aux technologies de pointe, Ă  la technologie nuclĂ©aire. Troisième prĂ©occupation : le terrorisme. Des groupes terroristes ont une prĂ©sence en Belgique, ils y ont lancĂ© des opĂ©rations importantes, ce qui attire l’attention des services amĂ©ricains, israĂ©liens ou encore marocains. Quatrième cible : les communautĂ©s Ă©migrĂ©es qui vivent en Belgique.  

Comment ces services Ă©trangers  espionnent-ils Ă  Bruxelles ?

Journaliste, diplomate (les ambassades grouillent d’espions), lobbyiste, chercheur et traducteur, telles sont les couvertures classiques pour pratiquer l’espionnage. Ă€ Bruxelles, on trouve au moins 1 000 journalistes Ă©trangers, 5 000 diplomates Ă©trangers (la Belgique compte presque 300 missions diplomatiques et les Affaires Ă©trangères gèrent 60 000 dossiers de personnes dotĂ©es d’un statut diplomatique ou assimilĂ©), au moins 15 000 lobbyistes, 5 000 Ă©tudiants Ă©trangers et 1 000 traducteurs. Bien sĂ»r, ce ne sont pas tous des espions, mais il doit bien y en avoir un grand nombre parmi eux.

Pouvez-vous parler d’affaires  rĂ©centes d’espionnage Ă  Bruxelles?

En juin 2009, Javier Solana (basé à Bruxelles) a avoué avoir été victime d’espionnage par un pays non européen. En 2008, l’Estonie a arrêté Herman Simm, espion travaillant pour les Russes et qui leur a livré beaucoup d’informations sensibles. Autres exemples : la découverte de matériel d’écoute au JusteLipse, siège du Conseil européen en 2003. Idem en 2007, mais cette fois-là, c’est le parti basque espagnol, Batasuna, qui était visé. Et bien sûr le dossier Swift, cette société de gestion de transactions interbancaires, basée près de Bruxelles, qui a transmis des données aux autorités américaines dans le cadre de la lutte antiterroriste.

Propos recueillis par Abdellatif El Azizi

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter