EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Istiqlal La chute du Fassisme   
actuel n°161, jeudi 27 septembre 2012
| More

Acculé à pratiquer l’exercice démocratique, l’Istiqlal a réussi à franchir le cap. Hamid Chabat se pose désormais au centre de l’échiquier. Chronique d’une victoire sujette à interprétations.


Dénouement heureux pour l’Istiqlal. Chabat superstar. Ou presque. Le plus vieux parti du Royaume a élu son secrétaire général sans faire trop de vagues. On s’attendait au pire ce dimanche 23  septembre. « On craignait que ça saigne », soupire un cadre du parti, visiblement soulagé. Après trois mois de lutte acharnée entre les deux prétendants, Hamid Chabat et Abdelouahed El Fassi, le jour J, personne n'imaginait que les choses allaient se passer avec autant de fluidité. Quelques jours avant la date de l’élection du nouveau SG, l’Istiqlal a arrêté, avec précision, la liste des 996 membres du conseil national autorisés à exercer leur droit de vote. Dimanche, tous, ou presque, étaient de la partie. 967 électeurs, y compris les ténors du parti, ont fait le déplacement à Skhirat, où se tenait le scrutin ; les autres se sont absentés, évoquant des raisons de « force majeure ». Seul M’Hamed Khalifa a fait savoir qu’il boycottait par principe.

Vers 11 heures du matin, les deux candidats arrivent sur place. Chacun est salué chaleureusement par ses supporters, en guise de démonstration de force. Les partisans de Abdelouahed El Fassi l’accueillent d’un « Bonjour M. le Secrétaire général ! », tandis que les partisans de Chabat accueillent ce dernier avec une seule formule à la bouche « Mabrouk l'aïd » (Bonne fête)…

 

Euphorie et incertitude

Les deux concurrents posent gentiment pour la traditionnelle photo de famille avec un Abbas El Fassi très affaibli physiquement. Les préparatifs de l’opération de vote (inscriptions, bulletins, mise en place des urnes…) démarrent sur les chapeaux de roue. Visiblement inspiré par le PJD, l’Istiqlal a recouru, à son tour, à des cartes d’électeurs électroniques avec un code barre. « Comme ça, personne ne viendra revendiquer le recomptage des voix », nous explique un responsable de la logistique. Aux alentours de 12h30, les journalistes sont priés de quitter la salle de conférence. Le vote commence. L’opération a duré tout l’après-midi laissant le temps de donner libre cours à tous les pronostics. Une bonne partie des istiqlaliens présents semblaient davantage fascinés par le recours au procédé démocratique. « C’est drôle et paradoxal. Un parti qui a toujours participé aux élections depuis l’indépendance, et se prévaut de la légitimité des urnes, mais qui ne les a jamais utilisées pour sa gestion interne », ironise un membre du conseil national. Mieux encore, si le PJD séduit par ses procédures transparentes et démocratiques, l’Istiqlal, lui, en fait autant sinon plus en ajoutant une dose d’adrénaline : deux candidats pour un poste ayant presque les mêmes chances et que seules les urnes départageront. Hormis l’USFP (du temps de sa gloire), aucun grand parti marocain ne s'était hasardé au jeu des urnes. Même le traditionnel signal du Palais en faveur de tel ou tel candidat fut absent de la course. « Chacun pour soi et Dieu pour tous » !

 

Dernier recours

Certes, ce n'était pas ce que voulaient les istiqlaliens, mais ils ont quand même eu le mérite de réussir à faire avec. Trois mois plus tôt, les dirigeants de la balance comptaient remettre en selle le fils de Allal El Fassi par unanimisme, croyant que Chabat ferait juste office de lièvre. Mais quand ce solide roturier s’est avéré déterminé, le scénario imprévisible a provoqué le report du congrès pour éviter une scission.

Retour au jour J. Il est 18 heures passĂ©es de quelques minutes. Les bruits courent dĂ©jĂ  faisant Ă©tat d’une victoire Ă©clatante de Chabat, par un Ă©cart de 150 voix ! La rumeur sera vite dĂ©mentie par l’annonce des rĂ©sultats officiels qui donnent Chabat vainqueur, mais avec un (très) lĂ©ger avantage d’une vingtaine de voix. La liesse s’empare du hall du Palais des congrès. Des centaines d’istiqlaliens crient le nom de Chabat, sans que les partisans de Abdelouahed El Fassi ne montrent un signe de protestation ou de mĂ©contentement. « Ce ne sont pas des baltajias de Chabat, mais de respectables membres du parti qui manifestent leur joie ainsi, preuve que Chabat a un vrai soutien », explique un membre de la jeunesse istiqlalienne, acquis au patron de l’UGTM depuis sa candidature. Le spectacle de joie durera plusieurs minutes, le temps que Chabat arrive pour prononcer le discours de la victoire. Il apparaĂ®t, enfin, encerclĂ© par ses supporters qui se sont improvisĂ©s gardes du corps, noyĂ© dans une foule  excitĂ©e de « fans » demandant Ă  lui serrer la main ou Ă  lui embrasser la tĂŞte. Dans le respect de la tradition dĂ©mocratique, Abdelouahed El Fassi a Ă©tĂ© le premier Ă  fĂ©liciter officiellement Hamid Chabat. Or celui-ci, enivrĂ© par son succès, ne manquera pas de lui glisser une dernière vanne : « Si Abdelouahed est le fils du zaĂŻm, moi aussi je le suis, Ă  l’instar de tous les istiqlaliens ! » La pression est tellement forte sur Chabat qu’il faudra l’évacuer de la salle par la porte de service. Dans la foulĂ©e, on a mĂŞme aperçu le ministre istiqlalien des Marocains rĂ©sidant Ă  l'Ă©tranger (MRE), Abdellatif Maâzouz, se dĂ©mener avec monsieur tout-le-monde pour parler Ă  Chabat pendant cet instant d’euphorie... mais il ne rĂ©ussira pas Ă  l’aborder ! C’est que Chabat est devenu l'homme fort de la prochaine Ă©tape. Plus fort qu’on ne le pensait…

 

Baraka non grata

Il faudra attendre 23h30 pour que le nouveau patron de l’Istiqlal rĂ©unisse les membres du parti pour un second discours en bonne et due forme oĂą il annonce les grandes lignes de son programme. Quelques minutes auparavant, en pleine liesse, peu de gens ont prĂŞtĂ© attention Ă  un dĂ©tail. AussitĂ´t après l’annonce des rĂ©sultats, Nizar Baraka, ministre des Finances et gendre de Abbas El Fassi, a en effet retirĂ© sa candidature au comitĂ© exĂ©cutif du parti (bureau politique), en guise de protestation  contre la montĂ©e au pouvoir de Chabat. D’autres membres du conseil prendront fait et cause pour Baraka et demanderont le report du vote pour la dĂ©signation des membres du bureau politique. Un geste que Chabat rĂ©prime fermement. D’abord en maintenant le vote en dĂ©pit du dĂ©sistement d’une quarantaine de mĂ©contents. Ensuite, en dĂ©clarant la guerre ouverte Ă  Baraka. « Notre parti n’a pas besoin d’enfants gâtĂ©s », lance-t-il faisant allusion Ă  l’argentier du Royaume. EmportĂ© par sa fougue, il n’hĂ©sitera pas Ă  le viser directement : « J’apprĂ©cie les efforts de M. Baraka, mais l’Istiqlal regorge de milliers de cadres comme lui. » Les visages se crispent mais le message est clair. Chabat, fort de l’adhĂ©sion de la base et du conseil national, n’hĂ©sitera pas Ă  faire la guerre aux «Fassi » qui n’apprĂ©cieraient pas son exploit. Le ton est donnĂ©.

Ali Hassan Eddehbi

La victoire de Chabat en 5 questions

 

La victoire de Hamid Chabat a fait couler beaucoup d’encre et donné naissance à une infinité d’analyses et de spéculations. actuel pose les cinq principales variables de l’équation Chabat.

 

1) Sera-t-il pro ou anti-Benkirane ?

La question revêt une importance cruciale dans le sens où elle engage la viabilité de l’actuelle coalition gouvernementale. Lors des dernières communales, Chabat a mené la vie dure au PJD qu’il a réussi à vaincre sur son propre terrain. Et aujourd’hui, Chabat en guerre avec Baraka pourrait bien réclamer sa tête. Mais ni Benkirane ni le Palais ne semblent avoir l’intention de renoncer à l’argentier du Royaume. Sur un autre registre, Chabat pourrait aussi utiliser ses relais syndicaux à l'UGTM pour compliquer la vie de Benkirane dans le cadre du dialogue social.

 

2) Est-ce la fin de l’animosité avec le PAM ?

Il suffit d’observer le paysage politique pour deviner qu’être contre le PJD veut dire presque systématiquement être du côté du PAM. Mais Chabat n’aime toujours pas le PAM. « Quand le parti que vous savez a voulu faire table rase du paysage politique, je me suis opposé à lui », a-t-il déclaré peu après sa victoire, d’un ton acerbe envers le PAM. La question est posée de savoir si Chabat peut tout à la fois se positionner contre le PAM et le PJD. Entre Abdelilah Benkirane et Ilias Omari, le choix est, pour le moins, délicat.

 

3) Du régional au national, est-ce possible ?

Qui dirige une mairie ne dirige pas forcément un parti. La baltaja, les autocars qui débarquent en force, les rixes et autres empoignades… toutes les méthodes utilisées par Chabat pour régner sur Fès et pour débarquer son prédécesseur à la tête de l’UGTM, Abderrazak Afilal, peuvent-elles se décliner au plan national ? Ce ne sont assurément pas des méthodes pour gérer la deuxième force politique du Royaume, mais Chabat peut-il s’affirmer et réussir sans ses fiers-à-bras ? Pour le moment, on ne lui connaît pas encore d’autres armes aussi… efficaces.

 

4) Quelles ambitions politiques ?

Est-ce le début ou le couronnement de la carrière politique de cet homme parfois trop prévisible ? Prendre la tête du Parti de l’Istiqlal (PI) est-ce une finalité ou un tremplin vers d’autres fonctions, notamment la tête du gouvernement ? Pour l’heure, Chabat s’est contenté d’afficher un objectif : « Arriver premier aux prochaines élections, si Dieu le veut. » Nombre d’observateurs relèvent que son populisme et son verbe facile n’ont rien à envier à ceux de Abdelilah Benkirane, si jamais le PI arrive premier aux prochaines législatives. Alors…

 

5) Y a-t-il un risque de scission à terme au sein du PI ?

Le jour du vote, 40 membres du conseil national se sont désistés. Officiellement : le vote des membres devait être reporté parce que les partisans de Abdelouahed avaient le moral à zéro après le résultat et n’étaient pas d’humeur à voter. Officieusement, c’est un coup porté à Hamid Chabat. Une opposition interne qui risque de s’affûter au cours des prochains mois. Les plus sceptiques imaginent même un risque de scission. Trop tôt, toutefois, pour en juger.

A.H.E.

 

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter