EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
actuel n°108, vendredi 16 septembre 2011
| More

L’arrestation de l’artiste attitré du 20-Février, le rappeur L7a9ed a provoqué un large mouvement de soutien. Mais pourquoi est-il menacé de prison ?


***

7na koulna 7a9dine, ghir chdouna kamline ! » (On a tous la haine, qu’on nous jette tous en prison). Devant le tribunal de première instance de Ain Sbaâ, les militants du 20-Février font le pied de grue en cette matinée du lundi 12 septembre pour connaître le sort du rappeur emblématique du mouvement, « L7a9ed », arrêté suite à une plainte pour « coups et blessures » déposée par un jeune « royaliste ».

Au final, le procureur décidera, en milieu d’après-midi, de poursuivre le militant en état de détention. Mais il n’a toujours pas fixé, à l'heure où nous mettions sous presse, la date de la première audience.

Toutefois, les vingtfévrieristes n’ont pas attendu l’ouverture du procès pour le qualifier de « politique ». Selon eux, L7a9ed aurait été arrêté à cause de sa musique engagée et l’affaire serait montée de toutes pièces pour le faire taire.

L’histoire a pris une proportion telle qu’elle a éclipsé la rentrée politique de la section casablancaise du mouvement. Le coup d’envoi de celle-ci ayant été donné par les marches du dimanche 11 septembre.

Coup monté ?

Depuis l’arrestation de L7a9ed, plusieurs sit-in de soutien ont été organisés, relayés par une large campagne d'appui sur les réseaux sociaux.

Tout commence le vendredi 9 septembre. Selon Nabil, témoin et ami du rappeur L7a9ed, de son vrai nom Mouad Belghouate, se trouvait dans son quartier Oukacha à Casablanca, en compagnie de ses amis.

Un certain Hamouda Taliani, activiste du « mouvement des jeunes royalistes », qui avait l’habitude de « provoquer » les militants du 20-Février selon les amis de Mouad, était également présent dans le quartier ce jour-là.

« A chacune de ses provocations, Mouad l’ignorait malgré ses menaces répétées. Hamouda le traitait de traître et le narguait en lui disant qu’il finirait par l’acheter », raconte Nabil, présent lors de l’incident.

Cette fois-ci, l’échange est plus virulent, mais pas au point d’en venir aux mains, affirment les vingtfévrieristes. « Après les avoir séparés, Mouad est rentré chez lui, tandis que Hamouda s’est dirigé vers une ambulance qui l’attendait déjà.

C’est ce qui a attiré notre attention. On sentait le coup monté », poursuit le témoin. Alerté par ses amis, Mouad décide de se rendre au commissariat Dar El Hamra pour déposer plainte pour harcèlement.

Les employés du commissariat prennent son numéro de téléphone et l’assurent qu’il sera recontacté. Ce sera chose faite en fin de journée, Mouad reçoit l’appel de la police qui lui demande de se rendre au poste pour relater sa version des faits. Il sera arrêté dans le sillage de l’interrogatoire. D’après la partie adverse, Hamouda Taliani serait, lui, dans le coma...

Créateur de slogans

Autre son de cloche des « jeunes royalistes » : selon eux, Mouad aurait bel et bien attaqué Hamouda. Ils en veulent pour preuve un certificat médical de 45 jours, présenté par la victime supposée.

« Hamouda Taliani n’est pas un baltaji, il était sans cesse provoqué par ce jeune homme du mouvement du 20-Février qui lui demandait combien il se faisait payer pour manifester », affirme Mustapha Daouf, activiste du mouvement du 9 mars.

Le principal intéressé reste, lui, injoignable. La défense de l’artiste, composée d’une dizaine d’avocats, crie au scandale et dénonce les multiples incohérences. « Les quatre témoins à charge de l’accusation se contredisent, notamment sur la localisation des blessures et les horaires, sans oublier qu’ils font partie de son propre mouvement. Ils sont donc juges et parties. »

Les témoins de la défense affirment que la victime n’était pas blessée. Or, dans les affaires de coups et blessures, les poursuites reposent en principe sur les témoignages, explique Me Mohamed Massoudi. « Mouad n’est pas d’une nature violente, bien au contraire. C’est lui qui nous calmait quand les baltajias nous provoquaient pendant les manifs », raconte l’humoriste et membre du 20-Février, Ahmed Snoussi.

Pour cet autre militant, Hosni Al-Mokhliss, L7a9ed paye le prix des morceaux engagés qu’il a mis en ligne sur Youtube. « On s’inspirait de sa musique pour nos slogans, c’est dire sa popularité », explique Salma Abid, membre du mouvement.

Parmi ses morceaux de bravoure, le slogan « si le peuple un jour aspire à la vie, il se doit de prendre la parole et de défendre sa cause. Ils ont bouffé nos richesses et nous laissent les miettes. N’oublions pas tous les militants qui sont morts pour qu’aujourd’hui on puisse parler ».

Rap opposant

Les thèmes abordés par L7a9ed sont dans la droite lignée des revendications du 20-Février. Le rappeur n’a pas froid aux yeux et s’attaque à la « razzia des Fassis », parodie les discours royaux (« Khitab ») et dénonce « les injustices que subit le peuple » (Mgharba 3i9o).

Cette dernière vidéo a été visionnée près de 40 000 fois sur le site Youtube. « Mon frère a toujours été engagé à travers sa musique, bien avant le 20-Février, même s’il ne fait partie d’aucune formation politique.

Il est sorti dès la première manifestation et était très actif. En plus de la musique, il distribuait les tracts, prenait part aux réunions…», raconte Hamza, son frère, également membre du 20-Février. Fils d’une famille modeste de cinq enfants, L7a9ed, 24 ans, est bachelier et salarié d’une société de câblage à Casablanca.

« Il travaille, comme tous les artistes opposants, avec les moyens du bord. Aucun studio d’enregistrement n’a voulu de lui », explique Ahmed Snoussi. L7a9ed enregistre chez lui, avec son PC, et travaille activement avec la section créative de Casablanca du mouvement du 20 février. Selon ses amis, c’est un jeune homme calme et sociable qui n’a jamais eu de démêlés avec la justice.

Sa famille est aujourd’hui inquiète. « Je suis favorable à ce qu’il milite mais je lui disais toujours de se méfier et de ne pas se risquer à trop critiquer le Makhzen », se désole son père Mohamed Belghouate.

Du côté de ses amis du 20-Février, L7a9ed est désormais une icône de la contestation et son arrestation les incite à manifester davantage. Hosni Al-Mokhliss résume l’état d’esprit du mouvement : « Certes, L7a9ed est le premier détenu d’opinion du mouvement à Casablanca. Mais il ne faut pas oublier que des membres du mouvement du 20 février croupissent dans les prisons à Marrakech, Taza, Tétouan, Guelmim, Bouarfa... Cela va nous pousser à être encore plus mamfakinch ! »

Depuis l’arrestation de L7a9ed, le ton des slogans est d’ailleurs monté d’un cran. Si le procès du rappeur le mène en prison, le mouvement du 20 février pourrait davantage se durcir.

Zakaria Choukrallah

 

 

 

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter