EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
actuel n°162, jeudi 4 octobre 2012
| More

Durant les législatives partielles de Tanger, le PAM et le PJD ont mené une campagne pas comme les autres. Au lieu de privilégier les sièges, les deux partis ont préféré jouer la carte de l’image.


En théorie, il s’agit de briguer trois sièges au Parlement, au titre de la circonscription Tanger-Asilah. Les autres partis ayant une présence quasi insignifiante dans la région, deux principaux rivaux sont restés en lice : le Parti authenticité et modernité (PAM) et le Parti justice et développement (PJD). Soucieux de préserver les équilibres internes à la majorité, les autres partis se sont donc abstenus de présenter des candidats pour ne pas gêner la formation qui pilote le gouvernement. Mais les choses ne se sont pas du tout passées comme le désirait le PJD puisque les partis au gouvernement ont refusé de s’impliquer dans un duel à mort entre le PJD et le PAM.

Le parti de la lampe, fort de ses 43 000 suffrages obtenus dans la même circonscription lors des dernières législatives, mise sur la récupération de ses trois sièges, précédemment invalidés par la cour constitutionnelle, en raison de l’utilisation d’un minaret sur le flyer de la campagne législative. D’autant plus que Tanger est une ville assez conservatrice, en principe largement acquise aux islamistes. Le PAM connaît bien cette donne et sait qu’il a peu de chances face au PJD sur le terrain. Du coup, il s’est fixé un objectif plutôt réaliste : décrocher, au mieux, un siège dans sa course face aux islamistes. Malgré ces données intangibles, les deux partis mènent depuis peu une campagne électorale acharnée, marquée par un échange inédit d’accusations en tous genres, une campagne régionale qui prend des allures d’événement politique national. Car au-delà des trois sièges convoités, les deux partis mettent en jeu leur popularité, et confrontent deux projets de société. « Nous avons 107 sièges au Parlement. Moins les trois de Tanger, nous sommes à 104. Et malgré cela, nous dépassons toujours le deuxième parti représenté au Parlement par 44 sièges », avait déclaré Benkirane lors d’un meeting populaire, quatre jours avant l’élection. Les propos du secrétaire général du PJD ne sont pas anodins. Il sait pertinemment que la bataille engage l’image et la popularité de son parti au-delà des trois sièges en jeu… d’où sa présence à Tanger.

 

« Lutter contre les obscurantistes »

Même logique chez le PAM, pour qui rien ne compte plus que « la lutte contre les obscurantistes du PJD ». Lors d’un autre meeting organisé le même jour que celui de Benkirane, le président du conseil national du PAM, Hakim Benchemass, a consacré une grande partie de son discours à décrypter le PJD. Et les allusions sont à peines voilées. « Nous sommes contre les diables qui sortent d’entre les poils de la barbe… ceux qui n’hésitent pas à instrumentaliser et à s’approprier scandaleusement les valeurs de l’islam qui représentent pourtant un sacré commun à tous les Marocains », a-t-il lancé devant ses supporters, faisant allusion au PJD, avec presque autant de verve populiste que Benkirane. Puis, il n’a pas hésité à pointer du doigt directement Benkirane en le qualifiant « du plus grand crocodile du Maroc », allusion faite à la fameuse formule chère au chef du gouvernement, qui lui permet de dénoncer régulièrement un gouvernement de l’ombre qui chercherait à saper l’action du PJD. « Tanger est une ville qui compte une très forte présence d’islamistes. Et pas seulement des modérés. Il y a aussi une forte présence des salafistes purs et durs qui ne manqueront pas de soutenir « les frères ». C’est un terrain acquis, je pense que le PJD peut très bien gagner », nous confie un responsable du PAM, rencontré sur place.

 

La popularité du PJD en jeu

Pour lui, l’enjeu se situe ailleurs. « Nous misons sur deux éléments principaux : le taux de participation et le nombre de voix. » Pour le PAM, si le PJD obtient moins des 43 000 suffrages raflés le 25 novembre, cela prouverait que sa « popularité a baissé » et « qu’il a vendu du vent aux Marocains ». De même si le taux de participation baisse, le PAM compte bien en imputer la responsabilité au PJD qui, « en vendant des promesses irréalistes à profusion aux Marocains, aggrave le désaveu de ces derniers envers la politique », nous confie notre source.

Plusieurs fois, la campagne a failli tourner à la foire d'empoigne. Dernière illustration de la « sale » guerre PAM-PJD, les couacs des ministres PJD. Durant la campagne, ce sont au moins trois ministres islamistes qui ont fait le déplacement à Tanger pour soutenir leurs candidats : Mustapha El Khalfi, Najib Boulif et Aziz Rebbah. Ce dernier a soulevé une vive polémique après avoir rencontré Oussama El Khlifi, membre du conseil national du PAM, venu soutenir les candidats du parti du tracteur sur place. « Samir Abdelmoula m’a contacté pour venir déjeuner avec lui. Une fois arrivé sur place, je le trouve en compagnie de Abdelaziz Aftati (député PJD, ndlr) qui a essayé de me convaincre de rejoindre le PJD… puis Aziz Rebbah est venu vers nous. Il m’a demandé de me tenir à l’écart de la campagne électorale, sous peine de retirer mon nom des candidats au Conseil national de la Jeunesse », raconte Oussama El Khlifi dans une vidéo distribuée aux journalistes. Des propos qui ont déplu à Rebbah qui s’est empressé de démentir en affirmant avoir seulement salué El Khlifi ni plus ni moins. C’est la parole du ministre contre celle de la très controversée icône du 20-Février. Mais comme dit le fameux proverbe : « Il n’y a pas de fumée sans feu… »

Ali Hassan Eddehbi

(Envoyé spécial à Tanger)

| More
Archives Politique
N°173 : Cheikh Yassine : Disparition du prophète de l’apocalypse  
N°172 : USFP : Quatre candidats pour un seul projet 
N°171 : Istiqlal Chabat : s'en va-t-en guerre  
N°170 : Al Jazeera / Rabat : Fin du divorce cathodique  
actuel N°169 : Tanger : Le PAM en mode reconquĂŞte  
N°168 : Interview : Tarek SbaĂŻ  
N°167 : Congrès de l’USFP : Un parfum de transparence  
N°166 : Seconde Chambre : DĂ©gage  
N°164/165 : Mouvement populaire : Petites victoires, grandes attentes  
N°163 : RentrĂ©e parlementaire : Il est urgent de lĂ©gifĂ©rer  
N°162 : LĂ©gislatives partielles : Retour du classico PAM-PJD  
N°161 : Istiqlal La chute du Fassisme   
N°160 : Cacophonie gouvernementale : Y a-t-il un pilote dans l’avion 
N°159 : Maroc / Syrie : La guerre est dĂ©clarĂ©e  
N°158 : Interview Abdelouahed El Fassi 
N°157 : Mohamed Maradji : le photographe des trois rois 
N°155 : L’inquiĂ©tant populisme du PJD 
N°154 : La com’ de Benkirane en 5 questions 
N°153 : La mĂ©thode Chabat  
N°152 : Politique fiction : Les jours d’après  
N°151 : Deux Benkirane pour le prix d’un 
N°150 : Istiqlal : Guerre totale au sommet, acte II  
N°149 : Parti de l’Istiqlal : Pour qui penchera la balance  
N°147 : Hauts fonctionnaires : Le couperet des nominations  
N°146 : Qui veut la peau de Chabat 
N°145 : CommĂ©morations : Abdelkrim n’est pas mort  
N°144 : Marche de Casa : L’USFP tacle Benkirane  
N°143 : Patrons et politique :  l'improbable duo
N°142 : IntĂ©rieur : Les dessous d'un choix
N°141 : Communales :  Le casse-tĂŞte du calendrier
N°140 : RNI : un congrès plus aroubi qu’amĂ©ricain !
N°139 : Conseil de la ville de Casablanca : Les « pieds nickelĂ©s» Ă  la mairie
N°138 : PPS Dans l'ombre de Benkirane ? 
N°137 : Le SGG:  envers et contre tous
N°136 : Saison des congrès : Un dinosaure en chasse un autre
N°135 : Maroc-UE :  DĂ©claration d’amour
N°134 : Senoussi    L’homme qui en sait trop
N°133 : Martine au Maroc 
N°132 : USFP  Le congrès de toutes les rivalitĂ©s
N°131 : Al Adl,  bĂŞte noire de Benkirane
N°130 : Congrès du PAM  Le tracteur passe Ă  l'offensive
N°129 : SĂ©curitĂ© nationale  Les services ont le spleen
N°128 : Fouad El Omari  "Le PAM dĂ©range"
N°127 : Gouvernement  Les dossiers sensibles de l'Istiqlal
N°126 : Investiture :  Vote sous haute tension
N°125 : Programme,   plus de lettres que de chiffres
N°124 : Rabat/Ankara,   Il y a PJD et PJD
N°123 : Gouvernement.   On a le casting, on attend le film !
N° 122 : Le PSU   se positionne
N°121 : Formation du gouvernement :   Dernière ligne droite
N° 120 : Gouvernement :  Les signaux qu'on attend
N°119 : Entretien : Salaheddine Mezouar   Projet contre projet, idĂ©e contre idĂ©e
N°118 : Selwa,   de la rose Ă  la lampe
N°117 : Campagne Ă©lectorale :  A vos marques, prĂŞts...
N°116 : Programmes Ă©conomiques :  les enchères sont ouvertes
N°115 : Koutla/G8 :  les hostilitĂ©s peuvent commencer
N°114 : Interview  express
N°114 : Les pirates Ă  l’assaut   de la politique
N°114 : El Jadida  Attention candidat sulfureux
N°114 : Alliances  La gauche se rĂ©veille
N°113 : Alliance   Au G8, la nuit ne porte pas conseil
N°113 : Interview  express
N°113 : Parlement : Session   La grande  évasion des dĂ©putĂ©s
N°112 : Walou pour Oualalou  
N°112 : DĂ©coupage Les ciseaux de la discorde
N°112 : Circonscriptions clĂ©s Fatiha Layadi, victime d’un putsch au PAM
N°112 : Interview express  Mohand Laenser
N°112 : Brèves Le PJD fait la danse du ventre Ă  Nador
N°112 : Faut-il abolir   la peine de mort
N°111 : Alliances Le grand bazar 
N°110 : Justice  Peut mieux faire
N° 109 : Printemps arabe  Demain la charia
N° 109 : Abdelkrim MoutiĂ®  Un exilĂ© bien encombrant
N°108 : Mouvement du 20 fĂ©vrier Qui veut la peau de L7a9ed  
N°107 : Quotas Les femmes se rebiffent  
N°107 : Elections Faites vos jeux, rien ne va plus  
N°107 : Parlement Y a-t-il un avenir pour les jeunes  
N° 106 : Elections anticipĂ©es Le compte Ă  rebours a commencĂ©  
N° 104/105 : Champ religieux Les chiites avancent leurs pions  
N°103 : Istiqlal Cherche leader dĂ©sespĂ©rĂ©ment  
actuel 102 : Sahara Les tribus Ă  couteaux tirĂ©s  
actuel 101 : RĂ©fĂ©rendum Une campagne Ă  double dĂ©tente  
N°100 : Constitution Le dĂ©bat en cinq questions  
N°99 : Chabiba  Mini 20-FĂ©vrier Ă  l’USFP
N° 98 : Constitution Le nouveau règne  
N° 97 : Le printemps marocain sous surveillance 
N° 96 : RNI : Les Ă©lections d'abord  
N° 95 : CCG : Le oui, mais... du Maroc  
N° 95 : Partis : Le PAM dans la tourmente  
Actuel n°94 : 2012, c'est dĂ©jĂ  demain  
Actuel n°94 : RĂ©formes politiques : L'IMRI pose sa pierre  
N°93 : La monarchie, un système moderne 
Actuel n°92 : 20 FĂ©vrier : Ou en est-on ? 
Actuel n°91 : Barbouzeries Les islamistes veillent au grain  
Actuel n°90 : Le maire enfonce Abdelmoula 
Actuel n°89 : Manifester global et revendiquer local 
Actuel n°88 : Des partis plus royalistes que le roi 
Actuel n°87 : Benkirane dans la tourmente 
Actuel n°86 : Salaheddine Mezouar: « J’assumerai mes responsabilitĂ©s ! » 
Actuel n°84 : Du 20 fĂ©vrier au 20 mars... 
Actuel n°83 : Conflits d’intĂ©rĂŞts El Ferrae dĂ©croche la palme d’or
Actuel n°82 : Axe Rabat-Riyad  Destins croisĂ©s
Actuel n°81 : AĂŻcha Mokhtari  
Actuel N°72 : Le message de la Marche blanche 
Actuel n°69-70 : Comment Laâyoune a basculĂ© dans le chaos 
Actuel n°68 : Mieux partager pour vivre mieux 
Actuel n°67 : TĂ©lĂ©, Al Jazeera montre les crocs
Actuel n°66 : La guerre des zaouĂŻas 
Actuel n°65 : RentrĂ©e parlementaire : le roi recadre les dĂ©putĂ©s
Actuel n°64 : Sahara, des militants bien tendancieux
Actuel n°63 : Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, tĂ©mĂ©raire ou courageux ?
Actuel n°62 : La gauche est morte, vive les altermondialistes ! 
Actuel n°61 : Presse-Magistrature : liaisons dangereuses ? 
Actuel n°60 : Les Marocains d’Al-Qaida 
N°59 : La guerre secrète des lobbys 
N°58 : Scandales : cols blancs Ă  la barre 
N°57 : Congrès des islamistes : le MUR bĂ©tonne sa stratĂ©gie 
N°56 : Madrid-Rabat : bisbilles entre voisins 
N°55 : MĂ©dias et sociĂ©tĂ©, un dialogue national en cul-de-sac
N°54 : Les blogs s'activent politiquement 
N°53 : La prière du vendredi gagne du terrain 
N°52 : USFP Alerte rouge pour le parti de la rose
N°51 : MP : Jurassic Park Power 
N°50 : Partis Pour quelques jeunes de plus
N°49 : AMDH  Le 9e congrès officialise la mainmise d’Annahj
N°48 : El Fassi devant les dĂ©putĂ©s,  un bilan mitigĂ©
N°47 : Radi : « Les institutions Ă©lues doivent ĂŞtre irrĂ©prochables  
N°46 : La face cachĂ©e du Cheikh Yassine 
N°45 : Chabat :  retenez-moi ou je fais un malheur !
N°44 : El Himma Cible Abbas El Fassi 
N°43 : Election au perchoir:  Radi sous tension
N°42 : Affaire Belliraj  RĂ©vĂ©lations sur les chiites marocains en Belgique
N°41 : Lobbying : les think tanks au secours des partis politiques ?
N°40 : TĂ©lĂ©vision et politique:  Je t’aime, moi non plus
N°39 : Expulsions d’évangĂ©listes, L’oncle Sam indignĂ© !
N°38 : Cheikh Yassine qui va lui succĂ©der ?
N°37 : Le Makhzen reprend les choses en main
N°36 : Le PAM bouscule le champ politique
N°35 : A quoi sert le Parlement ? 
N°34 : Services secrets Le dur chemin de la bonne gouvernance
N°33 : Sahara La guerre des chefs
N°32 : RNI  Le triomphe de Mezouar
N°31 : Insultes, racisme, violence verbale Quand les politiques dĂ©rapent
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter