EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel n°103, vendredi 15 juillet 2011
| More

Absentes de la premiĂšre tranche de la centrale de Ouarzazate, les entreprises françaises sont dĂ©cidĂ©es Ă  se rattraper. Eric Besson a pris la tĂȘte de l’offensive de charme lancĂ©e en amont de la deuxiĂšme tranche, prĂ©vue fin 2012.


***

Le 23 mars dernier, alors que le printemps arabe secoue la rĂ©gion du Maghreb, une cinquantaine d’hommes d’affaires marocains, soutenus par six ministres, dont Salaheddine Mezouar, vont Ă  la rencontre de leurs homologues français.

 

Objectif : rassurer sur le climat des affaires au Maroc et prĂ©senter les atouts aux investisseurs potentiels. Depuis, l’initiative semble avoir fait mouche. Moins de quatre mois plus tard, les premiĂšres retombĂ©es sont dĂ©jĂ  palpables.

C’est en tout cas ce que laisse supposer l’offensive de charme menĂ©e par les opĂ©rateurs français qui accompagnaient cette semaine Eric Besson, le ministre français de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numĂ©rique, lors de sa visite officielle au Maroc. Celle-ci intervient alors que l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (Masen) s’apprĂȘte Ă  lancer les appels d’offres relatifs Ă  la deuxiĂšme tranche de la centrale de Ouarzazate, premier site identifiĂ© par le plan solaire Maroc.

Cette fois-ci, les entreprises françaises sont bien dĂ©cidĂ©es Ă  se positionner sur ce marchĂ© aux multiples enjeux. Pour la premiĂšre tranche, les entreprises prĂ©sĂ©lectionnĂ©es sont allemandes, espagnoles, italiennes, japonaises, Ă©gyptiennes, et mĂȘme saoudiennes.

S’en est suivi, en mai dernier, le lancement d’un appel d’offres par Masen auprĂšs des quatre consortiums sĂ©lectionnĂ©s, suite Ă  leur prĂ©qualification pour la rĂ©alisation de la premiĂšre tranche de la centrale de Ouarzazate.

L’appel d’offres concerne la conception, la construction, l’exploitation, la maintenance et le financement d’un complexe de production d’électricitĂ© par Ă©nergie solaire, d’une puissance de 55 MW.

Pour rappel, le Maroc a annoncĂ© en 2009, la mise en Ɠuvre d’un projet de production Ă©lectrique d’origine solaire d’une capacitĂ© de 2 000 MW via cinq sites. Ouarzazate (500 MW), Beni Mathar (400 MW), Boujdour (100 MW), Foum El Oued (500 MW) et Sebkhat Tah (500 MW).

L’unitĂ© de Ouarzazate ouvre donc la voie pour ce mĂ©gaprojet solaire de 9 milliards de dollars (environ 70 MMDH). En 2020, lorsque ce programme sera opĂ©rationnel, sa production reprĂ©sentera 42% des besoins Ă©lectriques du Maroc. Les autres tranches seront lancĂ©es au plus tard en 2012, pour une mise en production de la totalitĂ© de la centrale en 2015.

Le temps presse et les entreprises Ă©trangĂšres tentent de se positionner pour ĂȘtre au rendez-vous. Ce qui explique l’offensive d’Areva, de CNIM, de Soitec et autres fournisseurs français.

D’ailleurs, Eric Besson n’a pas manquĂ© d’affirmer que « le plan solaire marocain constituait la clĂ© de voĂ»te du plan solaire mĂ©diterranĂ©en». Aussi, les entreprises françaises sont-elles prĂȘtes Ă  investir au Maroc pour accompagner ce projet.

D’ailleurs, la sociĂ©tĂ© française Soitec, leader mondial des semi-conducteurs et du solaire photovoltaĂŻque Ă  haute performance, vient de conclure un accord avec la Masen pour installer au Royaume un premier dĂ©monstrateur dĂšs dĂ©but 2012.

Au-delĂ  de l’intĂ©rĂȘt manifeste des industriels français pour le programme solaire marocain, l’offensive française s’explique aussi par l’enjeu de sĂ©curitĂ© Ă©nergĂ©tique et de dĂ©veloppement Ă©conomique dans la rĂ©gion.

L’engagement de la France

A l’horizon 2025, il faudra faire face Ă  une forte croissance de la demande en Ă©lectricitĂ©, estimĂ©e Ă  6% par an au sud et Ă  l’est de la MĂ©diterranĂ©e. D’ailleurs, le Plan solaire mĂ©diterranĂ©en (PSM) partage la mĂȘme prĂ©occupation, mais Ă  plus grande Ă©chelle puisque son objectif est de mettre en valeur le gisement de l’énergie solaire dans toute la rĂ©gion.

D’oĂč la nĂ©cessitĂ© de redynamiser le Pacte Ă©nergĂ©tique euro-mĂ©diterranĂ©en, lancĂ© en 2008, mais toujours pas concrĂ©tisĂ©. Selon Besson, il va falloir l’adopter dĂ©finitivement au premier trimestre 2012.

Un premier pas sera franchi, dans ce sens, avec l’accord intergouvernemental qui devrait ĂȘtre conclu entre Rabat et Paris avant fin 2011, pour l’achat Ă  long terme d’électricitĂ© propre. La France s’engage aussi Ă  mobiliser les pays membres de l’UPM, entreprises, bailleurs de fonds et investisseurs, pour concrĂ©tiser le reste du PSM en donnant l’exemple du plan marocain.

Pour donner un signal fort, l’Agence française de dĂ©veloppement (AFD) vient d’accorder 100,3 millions d’euros pour soutenir le plan d’énergie solaire du Maroc. Un argument de taille qui ne manquera pas de peser dans le processus de sĂ©lection.

Khadija El Hassani

Pleins feux sur l’innovation

La formation et la recherche et dĂ©veloppement ne sont pas en reste. Les nouveaux partenariats maroco-français ciblent aussi l’innovation industrielle, en particulier dans les PME. Un accord de coopĂ©ration a Ă©tĂ© signĂ© entre les pĂŽles de compĂ©titivitĂ© français SystĂšme@tic Paris et Maroc Numeric Cluster. Cette convention vise notamment le dĂ©veloppement de l’innovation industrielle dans le domaine du numĂ©rique.


Trois questions  Ă ... Jean-Paul Crouzoulon,

Senior Vice-PrĂ©sident Operations Areva Renouvelables pour l’AmĂ©rique du Nord

 

actuel. Quels sont vos atouts pour remporter le prochain appel d’offres du plan solaire marocain ?

Jean-Paul Crouzoulon. Nous rĂ©pondrons au prochain appel d’offres qui sera lancĂ© par Masen et notre offre a de quoi sĂ©duire. Elle combine l’innovation et la formation au souci de rĂ©duction de coĂ»ts. Areva dĂ©veloppe la production d’énergie solaire thermique Ă  concentration basĂ©e sur la technologie dite du RĂ©flecteur Ă  miroirs de Fresnel linĂ©aires.

Une technologie robuste et efficace qui permet de dĂ©velopper le kilowatt/heure le moins cher. A cĂŽtĂ© de la rĂ©duction des Ă©missions de CO2, la rĂ©duction des coĂ»ts est un atout majeur. Cette technologie vient d’ĂȘtre retenue par l’Australie Ă  l’issue d’un appel d’offres international pour l’installation d’une centrale solaire.

Quid du transfert technologique et de savoir-faire ?

La formation sera partie intĂ©grante de notre offre. Avec notre proposition, le taux d’intĂ©gration pourrait atteindre entre 50% et 60%, ce qui favorisera Ă  terme l’approvisionnement local.

Nous ne sommes pas au Maroc pour crĂ©er uniquement une centrale. Nous visons Ă   dĂ©velopper, avec notre partenaire EDF, une industrie dĂ©diĂ©e. Nous l’avons fait en Allemagne, nous pouvons le faire au Maroc. Surtout que nos premiers contacts avec les industriels marocains sont concluants.

Notre technologie est accessible aux entreprises marocaines. Nous sommes confiants car nous savons que nous pouvons compter sur le savoir-faire des industriels marocains.

Quels investissements prĂ©voyez-vous si vous remporter cet appel d’offres ?

Nos investissements seront d’ordre industriel, technologique et de formation. Nous prĂ©voyons la crĂ©ation d’une usine d’assemblage, en privilĂ©giant le recours aux opĂ©rateurs marocains et en transposant nos mĂ©thodes de travail.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter