EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
actuel n°48, samedi 22 mai 2010
| More

Le mĂ©ga-chantier avance Ă  grands pas. Ses promoteurs sont confiants : les travaux vont bon train et le calendrier de livraison sera respectĂ©. Les Casablancais auront leur marina dĂ©but 2013. Visite guidĂ©e. 


***

La Marina de Casablanca prend forme. Sur le boulevard des Almohades, en face du restaurant La Sqala, les contours de ce mĂ©ga-chantier lancĂ© il y a prĂšs de quatre ans, commencent Ă  se prĂ©ciser. MĂ©connaissable, l’étendue dĂ©serte d’antan a cĂ©dĂ© la place Ă  un immeuble flambant neuf. Sur sa façade se dĂ©tache en gros caractĂšres l’inscription « Marina de Casablanca ». Aujourd’hui prĂȘt et opĂ©rationnel, ce premier immeuble qui sert de showroom et de bureaux Ă  la direction du projet, annonce la couleur.

D’une architecture sobre mais Ă©lĂ©gante, le bĂątiment donne une premiĂšre idĂ©e de ce que sera le futur complexe de la Marina de Casablanca. AnnoncĂ© par ses promoteurs comme un « petit Manhattan », ce nouveau quartier conçu plutĂŽt en hauteur est censĂ© reprĂ©senter le nouveau visage de la mĂ©tropole, plus moderne bien qu’en harmonie avec son environnement. Ainsi, des bĂątiments d’une hauteur de 100 mĂštres (environ 30 Ă©tages) alterneront avec des immeubles rĂ©sidentiels de 15 Ă©tages. « Le nouveau quartier n’aura d’intĂ©rĂȘt que s’il se greffe harmonieusement Ă  la ville en Ă©vitant de la dĂ©figurer », prĂ©cise Jamal Mastari, directeur de projets. Ce nouveau pĂŽle multifonctionnel de la mĂ©tropole s’adosse aux boulevards des Almohades et de Sidi Mohamed Ben Abdellah. La zone se dĂ©veloppe sur 26 hectares dont 10 gagnĂ©s sur la mer grĂące Ă  des travaux d’extension et de protection maritime. Autre caractĂ©ristique du mĂ©ga-chantier de la Marina de Casablanca : elle sera entiĂšrement piĂ©tonne. Toute la circulation s’effectuera en effet en sous-sol, oĂč des passages seront amĂ©nagĂ©s et permettront de rallier les diffĂ©rents pavillons de ce nouveau quartier. Le projet, d’un budget de 6 milliards de dirhams, se compose de plusieurs sous-chantiers regroupĂ©s en quatre grands pĂŽles : le secteur Marina (port de plaisance), le secteur Ramblas  (activitĂ©s commerciales et de travail), les Portes OcĂ©anes (loisirs) et les Jardins de la Grande MosquĂ©e (espaces verts).

Les premiers ilĂŽts Ă©mergent

Le site s’étend sur prĂšs de 1,5 kilomĂštre entre le port de Casablanca et la grande mosquĂ©e Hassan II. Visibles depuis le boulevard cĂŽtier, les premiers Ăźlots de bĂątiments Ă©mergent de la terre. Au milieu des grues et des bĂ©tonneuses, les ouvriers du bĂątiment (la SGTM a remportĂ© ce premier marchĂ© de gros Ɠuvres) s’activent. « Nous sommes en train de finaliser les travaux de gros Ɠuvres sur la premiĂšre tranche du projet qui concerne plus de 100 000 mÂČ de planchers pour bureaux et commerces », prĂ©cise M’Hamed El Merini, directeur gĂ©nĂ©ral dĂ©lĂ©guĂ©, en charge du pĂŽle tertiaire Ă  la CGI, promoteur du projet. Casablanca Marina est, en effet, portĂ©e par la SociĂ©tĂ© Al Manar Development Company, filiale Ă  70 % de la Compagnie gĂ©nĂ©rale immobiliĂšre (CGI), avec une participation de Sama Dubai Ă  hauteur de 30 %.

130 points de mouillage

La construction de la deuxiĂšme tranche qui englobera plus de 160 000 mÂČ de planchers Ă  vocation rĂ©sidentielle, de bureaux et commerces, devrait, selon les affirmations des responsables du projet, dĂ©marrer incessamment. « En tout cas avant fin 2010. A ce rythme, nous sommes trĂšs confiants par rapport aux plannings de livraison annoncĂ©s, qui devraient s’étaler, selon les composantes, entre 2012 et 2013 », affirme El Merini.

Pour l’heure, hormis le showroom et les bureaux de la direction du projet qui sont prĂȘts et exploitĂ©s, seul le port de plaisance est achevĂ© et Ă©quipĂ©. Celui-ci pourrait s’agrandir du cĂŽtĂ© du chantier naval. Ce sera un port de plaisance avec 130 points de mouillage ou anneaux, avec possibilitĂ© d’extension vers le chantier naval.

« La marina, mais aussi la bordure du complexe en front de mer, sont conçues pour rĂ©sister aux effets de l’érosion maritime et autres inconvĂ©nients liĂ©s Ă  la proximitĂ© de l’eau. Ainsi, la crĂȘte bordant le complexe peut rĂ©sister Ă  une houle de 15 mĂštres », commente Abdelhamid Anedam, chef de projets. Pour ĂȘtre opĂ©rationnel, le port de plaisance n’attend donc que les services complĂ©mentaires : capitainerie, restaurants, commerces
 qui devront animer la Marina. Leur rĂ©alisation est du ressort de l’investisseur, le Jordanien Mawareed qui assure, en collaboration avec le fonds d’investissement Madaef (filiale de la CDG), la maĂźtrise d’ouvrage de ce pĂŽle. Les Casablancais devront donc encore patienter avant de pouvoir profiter de leur marina.

Khadija El Hassani

Commercialisation: rush sur le résidentiel

CĂŽtĂ© rĂ©sidentiel, l’on se bouscule au portillon. La premiĂšre tranche mise en commercialisation en juillet 2009, qui se compose de produits rĂ©sidentiels haut de gamme, s’est envolĂ©e comme des petits pains. Parmi les prestations offertes, le confort visuel et spatial, des planchers chauffants, de grandes terrasses avec vue sur mer, l’insonorisation
 « Nous avons notĂ© avec satisfaction que le marchĂ© a bien apprĂ©ciĂ© ces nouveaux produits dont la commercialisation s’est dĂ©roulĂ©e dans de trĂšs bonnes conditions », confirme El Merini. Sur les 300 logements mis en vente, plus de 80 % sont dĂ©jĂ  commercialisĂ©s. Les appartements ont une superficie variant entre 130 et 200 m2, au prix de 27 000 dirhams le m2 en moyenne. Les composantes professionnelles sont, elles, totalement commercialisĂ©es. En revanche, les produits bureaux sont en cours de dĂ©veloppement conjoint avec les futurs acquĂ©reurs, et plusieurs contrats seraient en phase de finalisation.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter