EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°90, jeudi 21 avril 2011
| More

Cadette de sa famille, elle surprendra tout le monde en marchant sur les traces de son pĂšre. Yasmine mĂšnera son cursus universitaire et professionnel sans jamais perdre de vue l’intĂ©rĂȘt du groupe familial Pharma 5. Retour sur un parcours sans faute.


***

Tel pĂšre, telle fille. Yasmine Lahlou Filali, docteur en pharmacie et laurĂ©ate de l’universitĂ© RenĂ© Descartes Paris V, a tout naturellement repris le flambeau, Ă  la tĂȘte du groupe familial, Pharma 5.

Pourtant, quand la jeune Yasmine dĂ©croche, en 1992, son baccalaurĂ©at, elle est Ă  mille lieux de penser qu’elle marchera sur les traces de son pĂšre, Abdallah Lahlou Filali, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’AMIP (Association marocaine de l’industrie pharmaceutique).

« En fait, c’est ma sƓur aĂźnĂ©e qui nourrissait l’ambition de devenir pharmacienne comme papa. » Mais le destin en dĂ©cidera autrement. Sa sƓur optera pour un tout autre cursus, un diplĂŽme en gestion puis Sciences Po.

La jeune Yasmine qui Ă©prouvait, elle, une vĂ©ritable passion pour le cheval, rĂȘvait de devenir vĂ©tĂ©rinaire. Au final, elle passera onze annĂ©es en France, transitera par l’UniversitĂ© de l’observatoire Paris V, « comme papa », et c’est Ă  elle que reviendra la lourde tĂąche de diriger les affaires familiales.

Sans regret ? « Aucun, puisque, pour pratiquer le mĂ©tier de vĂ©tĂ©rinaire de chevaux, il fallait que je vive en Europe. Pour moi, la question ne se posait pas et Ă  la fin de mes Ă©tudes, c’est tout naturellement que je suis rentrĂ©e au pays », assure la jeune Maroco-Autrichienne.

Mais auparavant, elle prend le soin de se spĂ©cialiser dans l’industrie du mĂ©dicament et d’acquĂ©rir, Ă  l’issue d’un stage de DESS, une expĂ©rience de trois ans chez Bayer.

Elle transitera par le site de production basĂ© Ă  200 kilomĂštres de Paris, avant d’intĂ©grer le siĂšge en tant que chef de projet du mĂ©dicament gĂ©nĂ©rique. Un plan de carriĂšre tout tracĂ© puisque Pharma 5 s’apprĂȘtait justement Ă  se lancer dans la production du mĂ©dicament gĂ©nĂ©rique.

«DĂšs 1991, mon pĂšre rachĂšte l’outil de production des laboratoires Bayer au Maroc et rĂ©cupĂšre l’équipe de production de l’un de leurs sites, dans le centre-ville de Casablanca. »

Pharma 5 se lancera alors dans la production de comprimĂ©s,  sirops et autres gĂ©lules et pommades, sous licence de divers laboratoires europĂ©ens. Huit ans plus tard, comble du hasard, Yasmine intĂšgre le mĂȘme groupe en France lors de son stage de fin d’études.

Fin 2001, elle rentre au Maroc et assure, aux cĂŽtĂ©s de son pĂšre, la bonne marche de Pharma 5 en supervisant divers projets de dĂ©veloppement de mĂ©dicaments gĂ©nĂ©riques. Cinq ans plus tard, elle dĂ©cide de prendre du recul aprĂšs l’échec d’un premier mariage.

Elle s’envole pour Paris oĂč elle entre aux laboratoires Guerbet, spĂ©cialisĂ© dans les produits injectables, en tant que responsable ContrĂŽle QualitĂ©.

Comme rien n’est dĂ» vraiment au hasard dans le parcours de Yasmine, Pharma 5 s’apprĂȘte, justement Ă  ce moment-lĂ , Ă  lancer la production du mĂ©dicament stĂ©rile. « Chez Guerbet, j’ai pu travailler sur le site de production Ă  la tĂȘte d’une Ă©quipe de 40 personnes et maĂźtriser tout le process », reconnaĂźt Yasmine.

En 2008, retour au Maroc oĂč elle s’occupera de la gestion de l’ensemble de la production de Pharma 5 avant de dĂ©crocher, une annĂ©e plus tard, le prĂ©cieux sĂ©same, Ă  savoir le titre de pharmacien responsable. Et pour cause, tout mĂ©dicament destinĂ© Ă  la consommation ne peut ĂȘtre mis sur le marchĂ© sans l’aval du pharmacien responsable.

Pharma 5 Ă©voluera au fil des expĂ©riences successives de Yasmine Ă  l’étranger.CrĂ©Ă©e au dĂ©but des annĂ©es 90 par Abdellah Lahlou Filali, l’entreprise est destinĂ©e, au dĂ©part, Ă  la distribution de mĂ©dicaments. Depuis, le groupe constituĂ© de 5 filiales spĂ©cialisĂ©es, devient leader dans la production du gĂ©nĂ©rique.

En prenant le relais, Yasmine continue de nourrir de fortes ambitions pour Pharma 5. D’ailleurs, depuis son retour de France, elle initie rĂ©guliĂšrement de nouvelles extensions, pour adapter la production de mĂ©dicaments aux exigences du marchĂ© domestique.

Projet de plateforme logistique

Mais cela ne l’empĂȘche pas de prospecter de nouveaux dĂ©bouchĂ©s Ă  l’étranger, notamment en Afrique et au Moyen-Orient. D’ailleurs, Pharma 5 vient de dĂ©crocher l’autorisation d’écouler sa production en Arabie saoudite.

« Le Maroc est particuliĂšrement bien positionnĂ© dans la rĂ©gion car il bĂ©nĂ©ficie d’une expĂ©rience de 50 ans dans l’industrie pharmaceutique et est le premier pays au Maghreb Ă  avoir investi dans la production de l’antibiotique gĂ©nĂ©rique », rappelle Yasmine.

Plus que jamais, la jeune pharmacienne responsable de 36 ans croit aux atouts compĂ©titifs de Pharma 5. Elle cite d’emblĂ©e la qualitĂ© des installations alignĂ©e sur les normes europĂ©ennes et l’expĂ©rience dĂ©veloppĂ©e dans le domaine du mĂ©dicament gĂ©nĂ©rique.

« Nous venons de rĂ©aliser une opĂ©ration en Libye et il nous est arrivĂ© d’effectuer plusieurs expĂ©ditions vers l’Irak, durant la guerre du Golfe, via un organisme de l’ONU », souligne-t-elle.

Quant au marchĂ© africain, il recĂšle un potentiel important. Pour amĂ©liorer sa force de frappe, Pharma 5 a dĂ©diĂ© une Ă©quipe qui assure la prospection et le suivi de ces marchĂ©s. Parmi les zones Ă  fort potentiel, la CĂŽte d’Ivoire, le SĂ©nĂ©gal et le Cameroun qui totalisent 60% du chiffre d’affaires rĂ©alisĂ© dans la rĂ©gion.

Un autre projet, actuellement en cours, compte pour Yasmine Filali : la rĂ©alisation d’une plateforme logistique qui assurerait une meilleure disponibilitĂ© des produits dans les divers pays de la rĂ©gion.

« Dans les deux prochaines annĂ©es, nous disposerons d’une capacitĂ© suffisante pour satisfaire l’ensemble de ces demandes, sachant que notre intĂ©rĂȘt stratĂ©gique concerne d’abord l’approvisionnement du marchĂ© local. »

Ainsi, bien du chemin a été parcouru par Pharma 5 depuis le lancement en 2001 du premier magasin de stockage, sur le site de Bouskoura qui, peu à peu, se transforme en un véritable complexe industriel.

La plateforme logistique en gestation n’est qu’une nouvelle piĂšce que Yasmine Filali compte ajouter Ă  l’édifice rĂ©alisĂ© avec la complicitĂ© de son pĂšre.

Mouna Kably

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter