EditoNouvelle GénérationDossierEconomiePolitiqueSociétéTendances & CulturePortraitBdVDiaporamaArchives
 
Follow actuel_maroc on Twitter
Follow actuel_maroc on Twitter
La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°85, samedi 12 mars 2011
| More

Alors que l’étau se resserre sur le rĂ©gime libyen, les conjectures vont bon train sur les retombĂ©es du gel des avoirs de la famille Kadhafi, principal investisseur libyen au Maroc.


***

Pas d’inquiĂ©tude. Officiels et opĂ©rateurs Ă©conomiques sont unanimes. Le gel des avoirs de la famille Kadhafi, par rĂ©solution onusienne, dans le sillage de la rĂ©volution en Libye, n’aura aucun impact sur les investissements au Maroc. Et pour cause, contrairement Ă  ce que laisseraient croire quelques projets libyens parmi les plus visibles, comme les stations Oil Libya, Kenzi Tower Hotel Ă  Casablanca ou encore Kenzi Menara Palace Ă  Marrakech, les investissements de la Jamahiriya demeurent limitĂ©s au Maroc. «Hormis des investissements sporadiques et quelques partenariats privĂ©s maroco-libyens, le capital libyen n’est pas trĂšs prĂ©sent au Maroc», soutient-on Ă  l’Agence marocaine de dĂ©veloppement des investissements (AMDI).

Jusqu’en 2007, les investissements directs Ă©trangers (IDE) en provenance de la Libye Ă©taient minimes et plutĂŽt irrĂ©guliers. En tĂ©moignent les volumes qui ne dĂ©passeront pas les 20 millions de dirhams avant 2003. Ils passeront, ensuite, Ă  26 millions de dirhams, avant de tomber Ă  24 millions de dirhams en 2004.

Le mouvement se tarit alors jusqu’en 2007, annĂ©e oĂč les flux vont subitement progresser de 51 % Ă  16,2 millions de dirhams. Mais c’est l’annĂ©e 2008 qui restera dans les annales des relations Ă©conomiques maroco-libyennes avec un «rush» des capitaux libyens au Maroc. Le volume d’investissements enregistrĂ© alors est sans commune mesure avec les annĂ©es prĂ©cĂ©dentes, Ă  239 millions de dirhams.

«BĂ©nĂ©ficiant d’une impulsion politique, le climat des affaires entre Rabat et Tripoli s’est revigorĂ© avec l’arrivĂ©e en masse d’investisseurs libyens au Maroc. Ă  leur tĂȘte, la Libyan Foreign Investment Company (Lafico), filiale du fonds souverain Libyan Investment Authority (LIA)», se rappelle un opĂ©rateur. Cependant, si une multitude d’accords a Ă©tĂ© signĂ©e, seule une poignĂ©e de projets sera concrĂ©tisĂ©e. Ainsi, en est-il du mĂ©morandum d’entente entre Libya Africa Investment Portfolio et le groupe OCP qui portait sur la construction de trois usines de fabrication de produits dĂ©rivĂ©s des phosphates, pour un investissement global de 1 milliard de dollars (environ 7,5 milliards de dirhams). Le projet prĂ©sentĂ© Ă  l’époque en grande pompe, n’est jamais sorti des cartons.

Idem pour l’autre gros investissement libyen portant sur la prospection pĂ©troliĂšre, l’approvisionnement et la distribution des produits pĂ©troliers dans le sud du pays. PortĂ© par le groupe Tamoil, dĂ©tenu Ă  35 % par les Libyens et Ă  65 % par les AmĂ©ricains, il a permis la crĂ©ation de la sociĂ©tĂ© maroco-libyenne Tamoil Sakia. Cette joint-venture devait investir entre 100 et 150 millions de dollars dans ce projet. Mais ce projet ne verra jamais le jour.

Dix ans avant de voir le jour

D’ailleurs, mĂȘme le fameux Kenzi Tower Hotel, dans lequel le fonds Lafico a misĂ© 880 millions de dirhams, a dĂ» attendre une dizaine d’annĂ©es avant de voir le jour en 2009. Parmi les autres projets ayant abouti, le rachat par Oilibya de Mobil Maroc, filiale d’Exxon Mobil. Ă  noter cependant que Libya Oil Maroc qui gĂšre le rĂ©seau des stations Oilibya ne contrĂŽle que 8 % du marchĂ© national de la distribution du carburant.

Par ailleurs, le capital libyen est Ă©galement prĂ©sent dans l’hĂŽtellerie au travers de partenariats avec des opĂ©rateurs privĂ©s. Il s’agit notamment de Kenzi Menara Palace, qui a drainĂ© plus de 450 millions de dirhams Ă  l’issue d’un partenariat avec le patron de la chaĂźne hĂŽteliĂšre, Kenzi, Abdellatif Kabbaj. Les Libyens ont Ă©galement dĂ©bloquĂ© 220 millions de dirhams pour acquĂ©rir et rĂ©nover l’hĂŽtel Solazur de Tanger.

Aujourd’hui, compte tenu de la tournure des Ă©vĂ©nements en Libye et suite Ă  la dĂ©cision de l’ONU de geler les avoirs de la famille Kadhafi, les pouvoirs publics doivent ĂȘtre soulagĂ©s de la faiblesse des capitaux libyens au Maroc. D’autant que les investissements libyens se confondent largement avec les fonds propres de Kadhafi!

La stratĂ©gie libyenne d’investissements extĂ©rieurs repose, en effet, sur deux fonds souverains: Le Libyan Investment Corporation (LIC) et le Libya Africa Portfolio (LAP) pour l’investissement, tournĂ©s tous deux vers l’Afrique. Au Maroc, l’essentiel des capitaux libyens provient du LAP, via sa filiale LAFICO, tous deux frappĂ©s par la dĂ©cision de gel des avoirs. «Mais la prĂ©sence du capital marocain permettra d’attĂ©nuer l’impact, en attendant que la situation se clarifie en Libye», tempĂšre Mohamed Benhamou, directeur du Centre marocain d’études stratĂ©giques. Avis partagĂ© par un analyste financier de la place qui estime que «sauf en cas de dĂ©cision stratĂ©gique requĂ©rant l’aval des partenaires marocain et libyen, les investissements dĂ©jĂ  en place ne souffriront pas de la dĂ©cision de gel.

La partie marocaine assurera la gestion quotidienne, en attendant le dĂ©nouement de la situation en Libye.» Les autres investissements –beaucoup plus rares– portĂ©s par des opĂ©rateurs libyens privĂ©s, ne sont pas concernĂ©s. Il s’agit notamment de projets immobiliers Ă  Rabat et Casablanca. Quoi qu’il en soit, tant que le calme n’est pas revenu en Libye et que le gel des avoirs de la famille Kadhafi est en vigueur, le doute reste de mise.

Khadija El Hassani

L’argent de Kadhafi

La Libya Africa Portfolio (LAP) est le principal fonds souverain du pays. CrĂ©Ă© en 2006 par les Kadhafi, il pĂšserait entre 8 et 10 milliards de dollars. LAP est le bras armĂ© de l’investissement libyen, ou plutĂŽt de la famille Kadhafi, puisque ses membres contrĂŽlent et ordonnent les financements de projets sur le continent africain. Il est composĂ© essentiellement de la LAICO (Libya Africa Investment Company) et de la LAFICO (Libya Africa Financial Company) et plusieurs autres dĂ©rivĂ©s dont la LAAICO (Libya Arab Africa Investment Company). C’est  par le biais de LAFICO que les Libyens ont investi au Maroc.

K.E.H.


Echanges commerciaux, l’offensive libyenne

À l’instar des IDE, les Ă©changes commerciaux entre le Maroc et la Libye, tant Ă  l’importation qu’à l’exportation, restent faibles et peu diversifiĂ©s. En 2009, ils s’étaient Ă  peine Ă©tablis Ă  722 millions de dirhams contre 1,8 milliard de dirhams en 2008. Une baisse qui semble se poursuivre en 2010 puisque sur les onze premiers mois, les Ă©changes ressortent Ă  618 millions de dirhams, en recul de 4 % par rapport Ă  2009. Mais, fait remarquable, les importations l’emportent, et de loin sur les exportations marocaines vers la Jamahiriya. Ă  fin novembre 2010, ces derniĂšres ont reculĂ© de 12 %, avec Ă  peine 278 millions de dirhams, alors que les importations ont progressĂ© de 38 %. Ainsi, notre balance commerciale est dĂ©ficitaire en faveur de la Libye qui devient de ce fait le 54e client du Maroc et son 55e fournisseur. Ă  noter que les exportations vers la Libye portent essentiellement sur les produits alimentaires divers, les produits finis d’équipements industriels, les articles d’habillement, les mĂ©dicaments, les produits de parfumerie, les fils et cĂąbles Ă©lectriques
 Quant aux importations en provenance de ce pays, elles sont constituĂ©es d’engrais, de produits chimiques, de gaz et autres hydrocarbures.

K.E.H.

| More
Archives Economie
N°173 : Transport Maman, j’ai pris le tramway  
N°172 : Comptes spĂ©ciaux du TrĂ©sor 
N°171 : CAFC : Fin d’une rĂ©publique bananiĂšre  
N°170 : DĂ©lais de paiement : Rien n’a changĂ© 
actuel N°169 : Open Sea : Sauve qui peut  
N°168 : Achoura : Un business explosif  
N°167 : Logement social : Le plaidoyer des promoteurs  
N°166 : Projet de budget 2013 : Hold-up sur la classe moyenne  
N°164/165 : Tourisme : SaĂŻdia, douze mois pour sauver la station  
N°163 : Tramway : Deux mois pour tout rĂ©gler !  
N°162 : Interview Patrick Raleigh : AssociĂ© Ă  l’agence de notation Standard & Poor’s
N°161 : Emploi : Ces entreprises qui recrutent  
N°160 : Deux-roues Les industriels dĂ©noncent l’anarchie du marché   
N°159 : AWB, BMCE Bank, BCP : Les enjeux d’une stratĂ©gie africaine  
N°158 : Sous-traitance : Les nouveaux mĂ©tiers rĂ©sistent  
N°157 : RAM : La politique du mĂ©pris 
N°155 : MĂ©dicaments : Les pharmaciens dĂ©noncent une baisse arbitraire
N°154 : La Samir au pied du mur 
N°152 : Tombolas : entre lĂ©galitĂ© et arnaques 
N°150 : Biens immobiliers : Les Marocains misent sur l’Europe  
N°149 : Affaire CIH : D’autres tĂȘtes vont tomber 
N°148 : Danone prend le contrĂŽle de Centrale LaitiĂšre 
N°147 : Affaire Ibrahimi : Le milieu des affaires sous le choc  
N°146 : Comarit : Le transit de la derniĂšre chance 
N°145 : Environnement des affaires : Tadouira, un sport national  
N°144 : Saison estivale : Les opĂ©rateurs anticipent le Ramadan  
N°143 : LiquiditĂ©s : banques et entreprises dans l’impasse
N°142 : Nador West Med  Black-out total sur le projet
N°141 : Maroc-France Le patronat craint plus la crise que Hollande
N°140 : Climat social :  Benkirane sur le qui-vive
N°139 : Casablanca Les grands chantiers sur les rails
N°138 : TGV : L’impossible dĂ©bat
N°137 : Tourisme:  Une saison ratĂ©e
N°136 : SĂ©cheresse L’impasse des agriculteurs
N°135 : Cour des comptes  Royal Air Maroc sur la sellette
N°134 : Lesieur Cristal   Les dessous d’une opĂ©ration stratĂ©gique
N°133 : Tourisme :   Le rĂȘve allemand du Maroc
N°132 : Casablanca Finance City  
N°131 : Affaire CNSS El Haddaoui remet les pendules Ă  l'heure
N°130 : Mohamed Najib Boulif  L’Etat ne peut plus payer les erreurs de gestion passĂ©es
N°129 : EnchĂšres publiques  Des ventes pas si publiques !
N°128 : CIH et Banque Postale  "Pas de rapprochement dans l'immĂ©diat"
N°127 : Intelligence Ă©conomique  Le marchĂ© prend forme
N°126 : PiĂšces automobiles  Le marchĂ© de l'occasion flambe
N°125 : CAN 2012,   omerta sur l’argent du foot
N°124 : Morocco Mall  Les petits commerces imperturbables
N°123 : Budget 2012,   Baraka au feu
N° 122 : Finance islamique,  le Maroc fait sa rĂ©volution
N°121 : Smig,   le salaire de la peur
N° 120 : IntĂ©gration Ă©conomique :   Le Maghreb s’active
N°119 : Yassir Zenagui,  Nous a vons approchĂ© d’autres fonds souverains en Chine...
N°118 : Industrie pharmaceutique :  Maroc Innovation SantĂ© veut plaider non coupable
N°117 : e-commerce :   EnchĂšres inversĂ©es Le Net, terrain fertile en arnaques
N°116 : Finances :  des primes sous haute tension
N°115 : Contrefaçon :  Encore un accord de plus
N°114 : DĂ©chets mĂ©nagers   Une bataille sur fond de campagne Ă©lectorale
N°113 : Chimicolor  La fin d’une lĂ©gende
N°112 : Assurance maladie obligatoire  Un pas en avant, deux pas en arriĂšre
N°112 : CNSS  La vieille dame poursuit sa mue
N°111 : Interview Amine Kandil, directeur gĂ©nĂ©ral du groupe Charaf-fertima
N°110 : Industrie touristique  Destination Afrique
N°110 : Interview, Philippe Doizelet  La formation, le maillon faible
N° 109 : L’OCE dans la tourmente 
N°108 : eFloussy Wafacash au secours des franchisĂ©s  
N°107 : Finances publiques Le budget 2012 otage des Ă©lections  
N° 106 : Crise Ă©conomique Comment s’en sortent les entreprises au Maroc
N° 104/105 : Tabac La libĂ©ralisation en danger 
N°103 : Plan solaire Les Français se positionnent  
actuel 102 : Interview Azelarab Benjelloun  
actuel 102 : AmĂ©nagement Casablanca Scandale de la corniche, saison 2  
actuel 101 : L’aprĂšs Lydec : Pas de relĂšve Ă  l’horizon  
N°100 : Interview Mohamed Elmandjra, DG de MĂ©ditel 
N°99 : Coordinations Les nouveaux syndicats  
N° 98 : A quoi ressemblera notre TGV 
N° 97 : La PME, entre le marteau et l’enclume 
N° 97 : La parole aux patrons 
N° 96 : Piratage et contrefaçon : L’heure du grand mĂ©nage a sonnĂ©  
N° 95 : DĂ©taxe : Un coup d’épĂ©e dans l’eau  
Actuel n°94 : La CGEM vend son label 
N°93 : MeknĂšs Un salon sous le signe de la diversitĂ©  
Actuel n°92 : Produits du terroir cherchent distributeurs 
Actuel n°91 : Rapport de la Cour des comptes : La gabegie de la gestion dĂ©lĂ©guĂ©e
Actuel n°90 : Yasmine Lahlou Filali : Une pharmacienne stratĂšge  
Actuel n°89 : Dialogue social : Bienvenue au moussem 
Actuel n°88 : Privatisation : On racle les fonds de tiroir 
Actuel n°87 : Morocco is back 
Actuel n°86 : Le Maroc, objet de toutes les attentions 
Actuel n°85 : La Libye a beaucoup promis mais peu rĂ©alisĂ©  
Actuel n°84 : Textile : les bons de commande dĂ©filent 
Actuel n°83 : Bancarisation, financement des PME
 Les banques françaises se jettent Ă  l’eau
Actuel n°82 : Smartphones Nokia veut sa part du gĂąteau
Actuel n°81 : Fondations d’entreprises : Une charitĂ© pas toujours bien ord 
Actuel N°72 : Al Omrane Les enjeux d’ une succession 
Actuel n°69-70 : Agroalimentaire : au pays du burger 
Actuel n°68 : Inondations Ă  Tanger : les industriels en alerte 
Actuel n°67 : Le Maroc solaire en marche 
Actuel n°66 : Grippe A H1N1,  mais oĂč est passĂ© le stock de vaccins ?
Actuel n°65 : SaĂąd Zouak, un Marocain vert Ă  New York 
Actuel n°64 : Alliances,  cap sur le logement social
Actuel n°63 : CNIA Saada en Bourse : le marchĂ© s’impatiente 
Actuel n°62 : Interview d'Abdellatif Jouahri, gouverneur de Bank Al-Maghrib
Actuel n°61 : MalĂ©diction des villes nouvelles Nouveau bras de fer Ă  Sahel-Lakhyayta
Actuel n°60 : Rahal, l’insatiable appĂ©tit du traiteur des rois
N°59 : Gouvernement : rentrĂ©e sur la corde raide 
N°58 : Entretien avec Bruno Joubert,  ambassadeur de France Ă  Rabat
N°57 : Centres d’appels, pourquoi la France s’attaque aux dĂ©localisations
N°56 : De nouvelles aventures pour Sindibad by Walibi 
N°55 : La passion partagĂ©e des Kouhen 
N°54 : Les MRE au rĂ©gime sec 
N°53 : Sondages d’opinion La foire aux questions
N°52 : Tata, tes oasis foutent le camp ! 
N°51 : Tapis marocains...  made in China !
N°50 : L'UPM sauvĂ©e par les fonds de financement 
N°49 : Smap Immo Paris,  les MRE sĂ©duits
N°48 : Marina de Casablanca  Un « petit Manhattan » Ă  l’horizon
N°47 : Crise de l’Euro :  Le Maroc Ă©pargnĂ©... pour l'instant
N°46 : Du rififi chez les distributeurs MĂ©ditel 
N°45 : RĂ©forme des retraites :  Ce n’est pas gagné !
N°44 : Alstom prend pied dans l’éolien 
N°43 : Notaires,  une loi pour Ă©viter les arnaques
N°42 : Almazar  sur les chapeaux de roue
N°41 : Assises de l’Industrie: Le plan Emergence prendra-t-il de l'Ă©lan
N°40 : Yassir Zenagui, La success story d’un trader
N°39 : PME-Banques:  Un dialogue de sourds qui s’éternise
N°38 : Les belles promesses de LaĂąyoune 
N°37 : Khalid Cheddadi La CIMR parie sur la e-retraite
N°36 : CrĂ©dit Agricole du Maroc, Vert Ă  tout prix
N°35 : Alami Lazrak Â« Le projet Amwaj nous intĂ©resse »
N°34 : CDG-CIH Une alliance en bĂ©ton
N°33 : Les nouveaux appĂ©tits d'Upline 
N°32 : Airbus afïŹche ses ambitions au Maroc 
N°31 : Faux billets Tour de vis de Banque Al-Maghrib
 
 
actuel 2010 Réalisation - xclic
A propos Nous contacter